Getty Images

Sagan dans un fauteuil

Sagan dans un fauteuil

Le 10/07/2019 à 17:01Mis à jour Le 10/07/2019 à 18:48

TOUR DE FRANCE – Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) a remporté la 5e étape du Tour de France, disputée mercredi entre Saint-Dié-des-Vosges et Colmar. Le maillot vert s'est imposé au terme d'un sprint qu'il a dominé avec aisance. Wout van Aert et Matteo Trentin complètent le podium. Dixième, Julian Alaphilippe (Deceuninck - Quick Step) conserve son maillot jaune.

C'était un apéritif. Et il a été avalé comme tel par le peloton du Tour de France. Avant d'aller se "promener" du côté de La Planche des Belles Filles pour une étape qu'on guette depuis belle lurette, les forçats de la route ont fait le job. Et c'est Peter Sagan qui a décroché la timbale au terme d'un sprint qu'il a largement dominé. Le Slovaque, maillot vert conforté, a mis tout le monde au pas. Quand Sagan a passé la surmultiplée, personne n'a suivi. Wout van Aert (Jumbo-Visma) et Matteo Trentin (Mitchelton-Scott), respectivement 2e et 3e, ont ramassé les miettes.

Vidéo - Au jeu du sprint massif, Sagan a imposé sa loi : l'arrivée de la 5e étape

01:55

Mention spéciale à Edvald Boasson Hagen (Dimension Data), victime d'un incident mécanique avant la dernière côte et qui est revenu, à la force du jarret, jusqu'à se classer 12e de l'étape. Julian Alaphilippe, lui, a passé une journée plus tranquille, paletot jaune sur le dos. Lors de l'emballage, le leader du Tour de France a bien tenté de se mêler à la bagarre mais il n'a jamais trouvé l'ouverture et, au final, n'a pas insisté. Le jeu n'en valait pas forcément la chandelle. Il termine 10e et n'est pas le premier tricolore puisque cet honneur revient à Julien Simon (Cofidis), 6e. Jeudi sera moins calme sur la route grimpante de La Planche des Belles Filles où l'on devrait voir les premiers masques tomber.

Une échappée en laisse

Longtemps, cette étape se résuma à une partie de chat avec quatre souris qui avaient tenté leur chance au long cours. Quatre souris nommées Simon Clarke (EF Education First), Tom Skujins (Trek-Segafredo), Mads Würtz (Katusha-Alpecin) et Tim Wellens (Lotto-Soudal), porteur du maillot à pois. Ce dernier a bien mené sa barque puisqu'il a profié des côtes de Grendelbruch (3e catégorie) et du Haut-Koenigsbourg (2e) pour se donner un peu d'air en tête du classement de la montagne. La folle équipée n'a jamais pris le large. A peine plus de 2'30" parce que le peloton - avec la Bora-Hansgrohe, Sunweb et Deceuninck - Quick Step - a parfaitement tenu les fuyards en laisse.

Partie autour du 20e kilomètre, l'équipée s'est terminée dans la Côte des Trois-Épis (2e catégorie). Mads Würtz s'est fait décramponner et Tom Skujins a tenté sa chance en solitaire. Sans réussite. Rui Costa n'a pas eu plus de chance quand, sur le plat final, il s'est lancé dans une attaque désespérée. Mais l'ancien champion du monde s'est fait avaler à deux kilomètres de l'arrivée. Laissant ainsi place nette aux sprinteurs et au roi Sagan, qui ne s'est pas fait prier au moment d'aller décrocher sa 12e étape sur le Tour.

Vidéo - Gallopin "attaqué" par... un parasol

00:34
0
0