Il aimait le football et s'est mis au cyclisme par hasard

L'amour pour le cyclisme, Tadej Pogacar l'a trouvé un peu avant ses dix ans. Le natif de Komenda, petite ville d'un millier d'âmes dans la banlieue de la capitale Ljubljana, était jusqu'ici épris d'un autre sport, celui que la plupart des gamins du monde pratique : le football. Le petit Tadej court aussi beaucoup. "Un ami de la famille nous a initiés au vélo", explique-t-il à Cyclingnews.

Tour de France
Pionnier, jeunesse, razzia : Pogacar, la grande histoire à tous les étages
20/09/2020 À 17:01

Sa mère, Marjeta, raconte l'anecdote avec plus de précision auprès de L'Équipe : "Tadej a voulu imiter son frère" quand un entraîneur d'un club de Ljubljana avait voulu mettre son aîné, Tilan, à l'essai. Trop petit, il avait cependant dû attendre plusieurs mois avant que le club ne trouve un vélo à sa taille.

A 11 ans, il laminait des coureurs plus vieux que lui

Andrej Hauptman n'est pas n'importe qui. Ancien coureur slovène, médaillé de bronze du Mondial de Lisbonne (2001) derrière Oscar Freire et Paolo Bettini, il est resté dans le milieu du cyclisme. La carrière de Tadej Pogacar lui doit beaucoup, c'est lui qui a glissé son nom à Giuseppe Saronni, conseiller de la formation UAE-Emirates.

Tadej Pogacar (UAE Team Emirates), meilleur jeune du Tour 2020

Crédit: Getty Images

Si Hauptman a tant d'amour pour Pogacar, c'est qu'il l'a bluffé dès leur première rencontre. Un coup de foudre ne se commande pas. "Un jour, je suis arrivé en retard à une course, se remémore Hauptman pour Cyclingnews. J’ai vu un gamin tout frêle qui se faisait dépasser par le peloton. J’ai dit aux organisateurs qu’il fallait faire quelque chose pour aider ce jeune coureur. Les organisateurs m’ont dit que ce n'est pas ce que je pensais. C’était ce jeune qui avait un tour d’avance sur le reste." Ce jeune c'est évidemment Tadej Pogacar, alors âgé de 11 ans.

Il vit à Monaco et ne rentre en Slovénie qu'une semaine par an

Depuis qu'il court pour l'équipe UAE Emirates, début 2019 donc, Tadej Pogacar a bien grandi. Celui qui reconnaît qu'il avait peur de quitter la Slovénie, de se retrouver au milieu d'une équipe cosmopolite, déménage pour s'émanciper du cocon familial. Comme de nombreux autres professionnels, Peter Sagan ou Philippe Gilbert pour ne citer qu'eux, il s'installe à Monaco.

Tadej Pogacar (UAE Emirates) lors de la 20e étape du Tour de France 2020

Crédit: Getty Images

Sa mère explique à L'Équipe qu'elle ne voit plus beaucoup son enfant. "Il ne rentre plus qu'une semaine par an, dit-elle. On ne s'appelle pratiquement pas, on échange par Whatsapp car je ne veux surtout pas le distraire". Samedi, immédiatement après l'arrivée à la Planche des Belles Filles, Tadej a eu sa petite amie au téléphone et pestait car la réception n'était pas bonne.

Il a un entourage sulfureux

Tadej Pogacar, comme Primoz Roglic, n'a pas échappé aux suspicions de dopage sur cette Grande Boucle. Les records d'ascension qu'il a battus (Peyresourde, Marie-Blanque, Pas de Peyrol, Grand Colombier et Planche des Belles Filles) et la mauvaise réputation du cyclisme slovène, notamment à cause de l'opération Aderlass, ont suffi pour jeter le doute sur ses performances. Son entourage a aussi été montré du doigt, et pour cause.

Présente depuis 2017 dans le World Tour, UAE Emirates compte dans son encadrement deux des anciens responsables de l'équipe Saunier Duval, du nom du fabricant de chaudières, Mauro Gianetti et Joxean Matxin Fernandez. La formation avait beaucoup fait parler d'elle sur le Tour 2008. Riccardo Ricco y avait été contrôlé positif à l'EPO et deux de ses acolytes, Leonardo Piepoli et Juan José Cobo, avaient par la suite également été convaincus de dopage. Matxin Fernandez a aussi dirigé l'équipe Geox de Cobo au moment de sa victoire sur la Vuelta 2011. Le grimpeur espagnol en avait plus tard été déchu au profit de Chris Froome.

Sur le vélo, Pogacar est libre et offensif depuis toujours

Primoz Roglic contrôle, Tadej Pogacar le harcèle. Depuis le départ de Nice, le second est toujours passé pour l'animateur de la course quand son aîné ennuyait par sa stratégie défensive. "Pogi" a toujours été ainsi sur le vélo. Sur la dernière Vuelta, il avait remporté la difficile 20e étape après un raid de 34 kilomètres. "Les directeurs sportifs m'avaient demandé de rester dans les roues, se souvient-il. J'y suis allé, c'était tout ou rien. J'y suis arrivé en me disant que les gars derrière étaient tout aussi fatigués que moi". Ce raid lui avait permis de monter sur la 3e marche du podium derrière Roglic et Valverde.

Pogacar a mis Roglic K.O. ! Le dénouement historique de la 20e étape

Sur la Course de la Paix espoirs, en 2018, il avait réussi le même genre de performance. Sous une pluie battante, il avait lancé son attaque à 30 kilomètres de l'arrivée de la dernière étape, raflant tout au passage dont la victoire finale devant Marc Hirschi (3e) notamment. Jaka Primozic, son ami d'enfance, a résumé pour Libération : "Il ne fait que ce qu’il veut. Quand sa tête veut quelque chose, ses jambes s’y plient."

UAE l'a sécurisé jusqu'en 2024

Pour UAE Emirates, le recrutement de Tadej Pogacar ressemble à un coup de maître. Arrivé début 2019, il y a déjà remporté les Tours d'Algarve, de Californie, de la communauté de Valence et donc de France. Le tout à même pas 22 ans, son anniversaire ayant lieu ce lundi.

L’émotion de Pogacar : "Je ne peux même pas décrire ce que je ressens"

Formation solide du World Tour, porteuse du maillot jaune à Nice avec Alexander Kristoff, UAE Emirates avait besoin d'un leader pour les Grands Tours puisque Fabio Aru n'est plus le coureur qu'il a été. Elle l'a trouvé avec le Slovène et souhaite bien évidemment le conserver le plus longtemps possible. Les prétendants de Pogacar devront attendre un moment avant de le courtiser : il est sous contrat avec son équipe actuelle jusqu'à la fin de la saison 2024.

Il a fait Top 15 chez les jeunes sur Paris-Roubaix et le Tour des Flandres

Un tout petit peu plus d'1,75 mètre sous la toise, 66 kilos, c'est le prototype parfait du grimpeur. Rien d'étonnant donc à voir Tadej Pogacar marteler ses adversaires dès que les pentes s'élèvent, y compris quand elles le font de manière brutale. Mais le petit Pogacar est une pépite et à l'image d'autres coureurs de sa génération, il pourrait bien briller sur des terrains très variés.

Chez les jeunes, le Slovène s'est mis en évidence sur les… Flandriennes. En 2016, il prenait la 13e place de Paris-Roubaix juniors. Devant lui, Marc Hirschi, Jasper Philipsen, son coéquipier chez UAE-Emirates, ou encore le Français Tanguy Turgis. Deux ans plus tard, c'est sur le Tour des Flandres qu'il prenait la 15e place. Chez les pros, il ne s'est pas encore essayé à ces courses, prenant cependant la 18e place à Liège la saison dernière.

C'est un pur produit de la formation slovène

C'est donc en 2019 que Tadej Pogacar a pris son envol. Jusqu'à ses 19 ans, il courait sous pavillon slovène, d'abord chez ROG - Ljubljana, jusqu'en 2017 puis chez Ljubljana Gusto Xaurum la saison suivante. Mais évidemment aussi avec l'équipe nationale. C'est avec le maillot slovène qu'il a notamment remporté le Tour de l'Avenir en 2018, succédant à Egan Bernal. Comme pour le palmarès du Tour de France, donc.

Pogacar - stage 9 Vuelta 2019 - Getty Images

Crédit: Getty Images

"C'est un talent exceptionnel, confiait à Drect Vélo Martin Hvastija, directeur sportif de l'équipe nationale à l'époque. Tadej a commencé à faire du vélo très jeune, je pense que c'est un vrai produit de l'école cycliste slovène, contrairement à Primoz Roglic qui est arrivé sur le tard." Formé chez Adria Mobil, formation slovène de deuxième division, Roglic a rejoint Jumbo-Visma (anciennement Lotto-NL Jumbo) dès 2016.

Tour de France
De Brest à Fougères en passant par Mûr-de-Bretagne, le Tour 2021 devrait zapper Rennes
14/10/2020 À 17:15
Tour de France
Les coureurs d'Arkéa-Samsic entendus pourront courir "sans restriction"
23/09/2020 À 13:54