Les suiveurs voulaient du spectacle, ils en ont eu à la pelle sur la septième étape de la Grande Boucle. Entre Millau et Lavaur, le vent était annoncé et les bordures avec lui. Si Roglic, Dumoulin, Bernal, Pinot et d'autres ont tenu bon, Pogacar, Landa, Carapaz et Porte ont déjà perdu 1'21''. Dans les bordures, Wout Van Aert, lui, se régale. Comme à Albi l'an dernier, le Belge a réglé le sprint du peloton, s'offrant son deuxième succès sur le Tour de France 2020. Il est le premier coureur à doubler cette année.
Cette fois, ils ont fait la course. Et de quelle manière ! Les 168 kilomètres séparants Millau et Lavaur ont défilé à une vitesse folle. Il faut dire qu'avec l'action des Bora-Hansgrohe de Peter Sagan, bien décidés à éliminer ses adversaires dans la course au maillot vert, qu'il a d'ailleurs récupéré, la guerre a été déclenchée dès les premiers hectomètres. Après le sprint intermédiaire, Bora-Hansgrohe a reçu l'appui des autres équipes. Dans le final, celui-ci a été décisif et fait des victimes de choix.

Van Aert était (encore) intouchable au sprint : sa victoire à Lavaur

Tour de France
Le Tour et les JO : van der Poel et le casse-tête du calendrier 2021
29/12/2020 À 08:10

Pogacar, Porte et Landa piégés, la Groupama-FDJ de Pinot a maitrisé

A peu moins de 40 kilomètres de l'arrivée, Egan Bernal et ses Ineos ont lancé la seconde offensive d'envergure de la journée. Relayés par les Astana notamment, les Britanniques ont réduit le peloton de moitié. Dans le deuxième groupe figuraient alors Tadej Pogacar, troisième au général vendredi matin, Mikel Landa, Richie Porte, Richard Carapaz, victime d'un incident mécanique dans le final, ou encore Esteban Chaves. Pour eux, le débours s'élève à 1'21''. Dans ce Tour qui se joue jusqu'ici à coups de secondes, c'est déjà beaucoup.
Thibaut Pinot a donc réussi sa journée. Le cauchemar d'Albi, où il avait perdu gros l'an dernier, est chassé. Encore à l'arrière du groupe quand Ineos a lancé les hostilités, le Français a pu compter sur une Groupama-FDJ solide avec Ladagnous, Kung, Molard ou encore Madouas. Victime l'an dernier, l'équipe du grimpeur français s'est transformée en actrice en 2020 en passant quelques relais dans les vingt derniers kilomètres. Romain Bardet, Julian Alaphilippe et Guillaume Martin ont eux aussi terminé dans le premier paquet comme Bernal, Roglic, Dumoulin, Yates, Buchmann, Lopez et Quintana.
Lui aussi a le sourire. Surpuissant, à l'aise dans le vent, Wout Van Aert a levé les bras pour la deuxième fois sur ce Tour de France en devançant Edvald Boasson Hagen et Bryan Coquard. Le "Coq'" mène un beau contingent français avec Christophe Laporte 4e, Clément Venturini 6e et Hugo Hofstetter 7e. Des leaders présents dans le bon coup, les sprinteurs à la fête bien que battus, les Français ont passé l'épisode des bordures avec brio. Les temps changent et le Tour est lancé pour de bon.

La palette à Jacky : Comment Alaphilippe et Sagan se sont fait piéger dans le sprint final

Tour de France
"Je ne comprends pas comment ce type..." : Jumbo-Visma et les affres de La Planche des Belles Filles
28/12/2020 À 16:07
Tour de France
Pogacar et la difficulté de battre son idole Roglic : "Avant, je voulais qu'il gagne le Tour"
16/12/2020 À 08:03