Etape 21 - Dimanche 20 septembre

Départ : Mantes-la-Jolie
Arrivée : Paris Champs-Elysées
Distance : 122 km
Heure de départ : 16h
Heure d'arrivée : Aux alentours de 18h58 (moyenne calculée à 41 km/h)
Type : Plat

Tour de France
De Brest à Fougères en passant par Mûr-de-Bretagne, le Tour 2021 devrait zapper Rennes
14/10/2020 À 17:15

Le profil de la 21e étape : Un cadre idyllique pour la parade

Parcours

Au départ de Mantes-la-Jolie, le peloton prendra la direction du sud-est en passant par Saint-Nom la Bretèche et faisant un salut royal devant le Château de Versailles. Ensuite, les coureurs remonteront vers Paris par Meudon et Issy-les-Moulineaux. Puis ce sera le même parcours que l'an dernier, via les boulevard des Maréchaux et une remontée vers le centre de Paris. Comme en 2019, le Tour passera par la Cour Carrée du Louvre avant de rejoindre la Place de la Concorde et les Champs-Elysées pour huit tours de circuit. Tadej Pogacar portera le maillot jaune pour la première fois. Il y a pire cadre pour un tel baptême du feu.

Les difficultés du jour

Km 13,5 - Côte de Beuil (2,3 km à 3,6%) - 4e catégorie

La météo

L'arrivée quasiment en nocturne sur les Champs-Elysées pourrait rimer avec orages ce dimanche soir. Si tel est le cas, l'organisateur devrait figer les temps au premier passage sur la ligne d'arrivée. Pour la suite, ça pourrait être très dangereux.

La rétro

Il n'y croyait pas lui-même. Alors que Baden Cooke et Robbie McEwen étaient trop occupés à se battre pour le maillot vert à sa gauche, Jean-Patrick Nazon est parvenu à les doubler dans les derniers hectomètres pour offrir à la modeste équipe Jean Delatour une victoire de prestige sur les Champs-Elysées en 2003. "J'ai eu la chance de ma vie," souriait le sprinteur après le plus beau succès de sa carrière.

Quelques vainqueurs sur les Champs-Elysées

1975 : Walter Godefroot (Allemagne)
1979 et 1981 : Bernard Hinault (France)
1989 : Greg Lemond (Etats-Unis)
1994 : Eddy Seigneur (France)
2003 : Jean-Patrick Nazon (France)
2019 : Caleb Ewan (Australie)

La stat : 4

Depuis que le Tour s'achève sur les Champs-Elysées (1975), le sprint est la règle sur la plus belle avenue du monde. Et quel plus beau symbole que de s'y imposer avec le maillot vert sur le dos ? Sam Bennett, qui s'est arraché pour voir Paris, en rêve sans doute. Il rejoindrait Freddy Maertens (1981), Djamolidine Abdoujaparov (1993), Robbie McEwen (2002) et Mark Cavendish (2011).

L'homme à suivre : Caleb Ewan

Il s'est accroché pour rallier Paris, ce n'est sûrement pas pour admirer le paysage. Caleb Ewan connaît bien l'arrivée du Tour de France, il avait gagné sur les Champs-Elysées battant Dylan Groenewegen, l'autre forte tête du sprint en 2019. Chaotique au possible, le sprint des Champs favorise souvent un coureur agile capable de se frayer un chemin dans l'ultime ligne droite. Cette description correspond parfaitement à Ewan. Un succès ce dimanche et il réaliserait un second triplé après celui de 2019.

C'était beau, c'était chaud : Comment Ewan est venu coiffer Sagan

Tour de France
Les coureurs d'Arkéa-Samsic entendus pourront courir "sans restriction"
23/09/2020 À 13:54
Tour de France
Quintana nie tout dopage : "Je suis un coureur propre"
23/09/2020 À 06:33