Il n'y échappera pas. C'est le cas depuis ce funeste 19 septembre 2020 et ce le sera tant qu'il n'aura pas remporté le Tour de France. Et encore. A deux jours du départ de l'édition 2021 de la Grande Boucle, Primoz Roglic a de nouveau dû revenir sur ce contre-la-montre de La Planche des Belles Filles et plus largement sur cette cuisante défaite et ce qu'il compte changer pour ne pas revivre le même cauchemar. "Je ne pense pas beaucoup au déroulement du Tour de l'année dernière, je continue d'avancer et nous avons parlé avec l'équipe de ce que nous avons bien fait et de ce que nous n'avons pas fait", a-t-il dit en conférence de presse.
"Nous avions une équipe de rêve et nous avons mené une course de rêve, il n'y a pas besoin de changer cela, poursuit Roglic, maillot jaune pendant 11 jours l'année dernière. Cependant, nous pouvons être meilleurs dans beaucoup de petites choses, [...] peut-être que nous pourrions aussi courir différemment tactiquement, avoir une approche un peu différente". Jumbo-Visma en est-elle réellement capable ? En somme, il s'agit de ne pas rééditer les erreurs du passé mais cette équipe court d'une seule façon, ou presque, depuis que Primoz Roglic en a pris les rênes. Et à un jour exceptionnel de Tadej Pogacar près, on n'évoquerait pas ce débat, si ce n'est pour taxer les jaunes et noirs de courir de manière ennuyeuse, comme les Sky/Ineos avant eux.
Tour de France
Ineos, Jumbo, UAE : La raison des plus forts
22/06/2021 À 22:35

Le chrono, cet aspect trop oublié en 2020

La saison 2020, perturbée par le coronavirus, a beaucoup servi à Roglic. Elle lui a permis de voir que son corps réagissait bien à une longue période d'entraînement loin des compétitions puisqu'il était déjà au top à la reprise, début août. C'est sans doute l'une des raisons pour lesquelles il a décidé de ne pas courir entre Liège-Bastogne-Liège, le 25 avril, et le départ du Tour à Brest, ce samedi 26 juin. Deux mois d'inactivité, du jamais-vu pour un vainqueur du Tour de France. Cette saison 2020 lui a aussi appris que monter sur le vélo de chrono à l'entraînement n'était pas superflu. Aussi, il l'a plus enfourché dans sa préparation pour le Tour.

Le profil de la 5e étape : 27km de chrono pour un premier grand rendez-vous

"Nous avons reconnu les deux contre-la-montre et vu à quel point ils seront décisifs, dit-il. Nous avons vu l'année dernière qu'ils pouvaient être cruciaux et faire de grosses différences". C'est sans doute pour ça qu'à la sortie du Tour du Pays Basque, qu'il a remporté en battant Pogacar, il avait pris la voiture pour remonter vers la France et reconnaître en une journée le chrono dans le vignoble bordelais puis celui en Mayenne. "Nous avons essayé de s'entraîner avec le vélo de chrono, nous avons mis beaucoup d'efforts dans ce domaine."

Le profil de la 20e étape : 30,8km de chrono pour purs spécialistes

Dernier sujet évoqué en conférence de presse par Roglic : la force des équipes adverses et notamment de l'équipe Ineos qui promet aux patrons du peloton une course folle et des attaques inattendues. "J'ai des équipiers, et je dois leur faire confiance", s'est contenté de commenter le Slovène, toujours avare de grandes déclarations face à la presse. Non, la concurrence ne lui fait pas peur. Après tout, il est, jusqu'à preuve du contraire, l'un des deux meilleurs coureurs de grands tours du monde.
Tour de France
Brailsford prêt à passer la main chez Ineos : "Si j'ai encore des problèmes de santé, j'arrête"
19/07/2021 À 18:50
Tour de France
"Cavendish a fait le 'come-back' le plus improbable dans le cyclisme"
19/07/2021 À 18:08