Né au milieu des années 90 et pérennisé seulement depuis 2015, le Tour de Croatie (27 septembre-2 octobre) va connaître une édition historique dans un peu moins de quinze jours. Coincé quelque part entre les Mondiaux et la fin de la saison, notamment le Tour de Lombardie (8 octobre), il accueillera, selon la rumeur, le vainqueur du Tour de France pour la première fois de son histoire. Car, c'est là que Jonas Vingegaard a choisi de revenir. Peut-être pour accoler son nom à celui de Yates, Nibali ou Siutsou au palmarès. Plus sûrement pour redevenir coureur cycliste loin du tumulte médiatique.
L'info nous est parvenue de la Gazzetta dello Sport. Début septembre, le quotidien italien avait déjà cherché à en savoir plus sur le calendrier de fin de saison du tombeur de Tadej Pogacar sur le Tour de France. "Pas de nouvelle" aurait glissé la Jumbo-Visma. Deux semaines plus tard, la Gazzetta souffle que le Tour de Croatie a été retenu avant l'objectif de la fin de saison, le Tour de Lombardie. Pas de Mondial donc mais ceci, le Danemark le savait depuis un moment. Ce n'est pas pour ça en revanche qu'il l'a accepté.
Tour de France
Disqualifié du Tour 2022, Quintana a fait appel devant le TAS
29/08/2022 À 13:41

Pas de Mondial, le Danemark s'agace

"Nous ne comprenons pas pourquoi Vingegaard ne vient pas en équipe nationale, a regretté Morten Bennekou, président de la fédération danoise, auprès de Danish BT. Nous l'accepterions si Jonas ne veut pas, n'est pas autorisé ou ne peut pas venir en équipe nationale, mais Jonas lui-même n'a donné aucune raison. Il est devenu un poids lourd désormais. S'il le veut, il peut frapper du poing sur la table pour se faire entendre. Regardez Mads Pedersen. C'est lui-même qui a décidé de ne pas participer, pas Trek-Segafredo. Vingegaard est à ce niveau maintenant, donc c'est à lui de décider ce qu'il veut, pas Jumbo-Visma."

Le résumé : Pogacar a tout tenté, a chuté, puis Vingegaard et la Jumbo l'ont essoré

Mais précisément : Jonas Vingegaard était-il prêt pour ça ? Physiquement, il l'a prouvé d'une manière éclatante, il avait tout ce qu'il fallait pour remporter le Tour de France. Sa victoire n'a souffert d'aucune contestation et penser que la présence de Primoz Roglic n'y aurait rien changé ressemble à du bon sens. Mais mentalement ? Escorte d’avions de chasse, cortège en décapotable, foule immense, c'est en véritable héros de la nation que Vingegaard avait été fêté à son retour à Copenhague fin juillet. "C’est quelque chose que je n’aurais pas pu imaginer, c’est incroyable. C’est fantastique et méga émouvant", avait-il soufflé quand son père estimait qu'il avait "rassemblé la nation".

Explosion mentale

Beaucoup pour un coureur de 25 ans tout juste dont la trajectoire jusqu'en 2021 ne le préparait pas vraiment à un tel accomplissement ? Sans doute mais la fête se fiche souvent pas mal de sa tête d'affiche. Pourvu qu'il y ait l'ivresse… "J'aurais aimé participer au Tour du Danemark (mi-août), s'était-il excusé dans la foulée. Mais je me suis rendu compte que j'avais encore besoin de repos. Quand vous remportez le Tour de France, c'est une sorte d'explosion mentale qui vous arrive. C'est très difficile de parler aux médias et aux fans tous les jours. C'est génial, mais aussi très fatigant."
Pas de Tour du Danemark, pas de Mondiaux et huit semaines loin de la compétition, c'est peu dire que Jonas Vingegaard a pris du temps pour lui depuis le milieu de l'été. A l'évidence, il en avait besoin. Pour beaucoup, remporter un Tour de France ressemble à l'accomplissement, si ce n'est d'une vie, au moins d'une carrière. Sur Tadej Pogacar, bambin triomphateur de 2020, tout glisse. Il en va différemment de son tombeur de 2022.
Le Danois n'est pas le premier à vivre ça et l'exemple le plus criant est bien entendu Bradley Wiggins qui n'a plus jamais été le même, sur le vélo comme dans la vie après son succès sur le Tour 2012. La dépression qui avait suivi son succès avait mis en lumière les immenses sacrifices qu'il avait dû endurer pour y arriver. Le cas de Jonas Vingegaard diffère sur beaucoup de points mais il rappelle que remporter le Tour de France n'a pas que des bons côtés. Gageons que le grimpeur d'Hillerslev aura pris assez de temps pour digérer et qu'il retrouvera la compétition avec plaisir.

Sivakov plus Evenepoel que Pogacar ou Vingegaard : "Il a ce côté rouleau-compresseur qui plaît"

Tour de France
Disqualifié, Quintana nie l'utilisation du Tramadol
17/08/2022 À 17:36
Tour de France
Quintana disqualifié pour "présence de tramadol" dans son sang
17/08/2022 À 13:28