C’est le propre des hyperactifs. Impossible de rester en place, même quand tout est figé. Sur un vélo, Julian Alaphilippe fait définitivement partie de cette catégorie. Ce dimanche, la dernière étape du Tour de la Provence devait être calme, un long fleuve tranquille dans un après-midi d’hiver, pour un sprint programmé dès le départ. Mais le champion du monde français avait une petite idée derrière la tête : marquer son territoire et prouver, encore une fois, que ses jambes seront bien au rendez-vous en 2021.
À Saint-Michel-de-Frigolet, sur le seul point chaud de cette dernière étape, il est allé chercher trois petites secondes de bonifications, suffisantes pour aller chiper la place de dauphin à Egan Bernal (Ineos-Grenadiers). "Ça ne mange pas de pain", s’est-il marré après coup. De quoi terminer avec le sourire. "En franchissant la ligne, j’ai été ravi de ma forme et de la façon dont les choses se sont passées pour nous dans ce superbe Tour de la Provence", a expliqué "Loulou" après coup.

Alaphilippe sur sa deuxième place au général : "Ça ne mange pas de pain"

Tour de La Provence
Bouhanni : "J’ai vraiment eu peur, je pensais chuter dans les 15 derniers mètres"
15/02/2021 À 18:25

Et maintenant, les Classiques...

Il y a de quoi à dire vrai : "On a fait une super semaine avec l’équipe, a-t-il enchaîné. On a été sur le podium pendant les quatre jours de course et je termine deuxième pour ma première course de l’année, c’est pas trop mal. C’était pas forcément ce que j’avais imaginé donc c’est super". Autrement dit, c’est prometteur pour la suite. Et inquiétant pour les potentiels adversaires d’Alaf.
Car ce classement final vient surtout récompenser une étape du Ventoux où il aura rivalisé les yeux dans les yeux avec Egan Bernal et la machine Ineos-Grenadiers. "Je suis plus que satisfait du Ventoux, je ne pouvais pas faire grand-chose de plus, expliquait-il après coup. C’était un vrai test et je peux être fier de la façon dont on a géré cette difficile ascension qui demande du contrôle, même si on n’a pas été jusqu’au bout ensemble. C’est un super résultat qui me donne de la confiance pour les prochains objectifs".
Ils sont nombreux, à commencer par la saison des Classiques, qu’il compte bien croquer à pleine dents. Le vainqueur de Milan-Sanremo 2019 commencera sa tournée par la découverte du Circuit Het Nieuwsblad, le 27 février. Avec de l’ambition, comme toujours : "Tout ce qui arrive maintenant, ça va être important. J’ai un gros programme jusqu’à Liège-Bastogne-Liège et ce ne sont que des courses qui me plaisent donc je vais donner le maximum". Et pour Alaphilippe, quand il a du plaisir, il y a forcément du spectacle. Et souvent des victoires. Comme quoi, tous les repères ne sont pas forcément perdus en 2021…

Ineos et Sosa à la manoeuvre, Alaphilippe à la hauteur : le résumé de la 3e étape

Tour de La Provence
Sosa se couronne, Alaphilippe chipe la place de dauphin à Bernal
14/02/2021 À 15:43
Tour de La Provence
Bauhaus a mis Ballerini et Bouhanni à distance : l'arrivée de la dernière étape en vidéo
14/02/2021 À 15:23