A Mentougou, une ville située dans une zone montagneuse à l'ouest de Pékin, le public tenu à distance s'est massé pour assister à l'arrivée du peloton des 19 équipes, qui disputent cette première édition.
Dans une ambiance de fête au village malgré la présence en nombre de forces de l'ordre, la course s'est conclue par un sprint massif sur la large avenue d'arrivée. Assez large pour que la foule soit cantonnée à plusieurs mètres de distance, tant les autorités paraissent ne vouloir courir le moindre risque d'un hypothétique incident dans une organisation parfaitement huilée. Sur l'écran géant installé près de l'arrivée, le film du sprint est repassé en boucle. La photo-finish aussi, puisque son examen a été nécessaire pour départager Heinrich Haussler et le Russe Denis Galimzyanov, encore en tête à 10 mètres de la ligne, le Néerlandais Theo Bos terminant à la troisième place.
Martin et les millions de fans
Paris - Bourges
Cavendish ne tient pas parole
05/10/2011 À 12:14
Tout comme les spectateurs, les innombrables volontaires qui officient pour l'événement ont pu applaudir ensuite le défilé des lauréats sur le podium. Après Heinrich Haussler (27 ans), qui a signé son troisième succès de la saison après deux étapes du Tour du Qatar en février dernier, l'Allemand Tony Martin (26 ans), aux commandes de la course suite à son succès du contre-la-montre, a endossé un nouveau maillot rouge de leader. Le Chinois Jiang Kun (21 ans), désigné combatif du jour, a été ovationné. C'est lui, un pistard de formation, champion de son pays en 2011 et membre de la sélection nationale formée pour l'épreuve, qui a animé l'échappée de quatre coureurs (avec De Gendt, Anton et Muravyev) lancée dans la première heure, alors que le peloton continuait à emprunter les immenses artères de Pékin vides de tout véhicule extérieur à la course, et reprise seulement à une quinzaine de kilomètres de l'arrivée.
Malgré des chutes dans le final (Péraud, Bookwalter), cette courte étape de 137 kilomètres a laissé le classement inchangé. "Je suis bien placé pour gagner", a reconnu Martin qui pense garder son maillot de leader au terme de la troisième étape, la plus accidentée de l'épreuve. Le parcours de 162 kilomètres, qui passe près des tombeaux des empereurs Ming, franchit trois cols de moyenne montagne classés en première catégorie, le dernier situé à 12 kilomètres de l'arrivée. Rien a priori qui puisse effrayer Martin, vainqueur de Paris-Nice en mars dernier. L'Allemand, qui découvre le pays, s'est même laissé aller à sourire quand une journaliste chinoise lui a demandé: "Savez-vous qu'après votre victoire du contre-la-montre vous avez des millions de fans ?".
Tour de Pékin
Martin se met au rouge
05/10/2011 À 07:55