Reuters

Evans saute sur l'occasion

Evans saute sur l'occasion
Par Eurosport

Le 30/04/2011 à 17:53Mis à jour Le 30/04/2011 à 19:11

Cadel Evans a fait un grand pas vers la victoire finale dans le Tour de Romandie. L'Australien a pris la 8e place du contre-la-montre de 20 kilomètres samedi lors de la 4e étape, enlevée par l'Américain David Zabriskie (Garmin). A la veille de l'arrivée, Evans devance Tony Martin et Alex Vinokourov.

Nouveau changement de leader sur le Tour de Romandie. Peut-être le dernier, cette fois. Certes, il reste encore une étape, dimanche, avec deux ascensions classées en première catégorie (le Col du Mollendruz et le Col du Marchairuz). Mais elles sont relativement loin de l'arrivée. On peut donc considérer que l'option prise par Cadel Evans sur la victoire finale est pour le moins sérieuse. Huitième du contre-la-montre de 20 kilomètres entre Aubonne et Signal-de-Bougy dominé par David Zabriskie, l'Australien a pris le maillot jaune de leader samedi.

Le champion du monde 2009 occupait la 4e place du général samedi matin. A 32 secondes du leader plus que jamais en sursis, Pavel Brutt, mais à 10 secondes seulement d'Alexandre Vinokourov. Avec l'Allemand Tony Martin, toutefois un peu plus en retrait, les deux hommes étaient les grands favoris pour le maillot jaune avant ce chrono décisif. Evans a beaucoup mieux tiré son épingle du jeu que Vino, seulement 22e. Tony Martin a lui repris du temps à Evans, mais pas suffisamment pour devancer l'Australien dans la hiérarchie. Evans a donc finalement pris le pouvoir avec 18 secondes d'avance sur Martin et 19 sur Vinokourov.

Evans comme à la maison

Fort de son expérience, le leader de l'équipe BMC sait pertinemment qu'il a fait le plus dur samedi. Le Tour de Romandie lui tend les bras et ce n'est pas rien à ses yeux. Ici, Evans est un peu comme chez lui. "Pour moi, ce Tour de Romandie reste une épreuve particulière, a-t-il confié sur le site officiel de l'épreuve à sa descente du podium. Je suis comme à la maison ici, j'ai habité en Romandie et j'y ai gagné un de mes premiers grands succès en 2006." Après son succès dans Tirreno-Adriatico au mois de mars, il est en passe d'aller chercher une deuxième course par étapes majeure du calendrier. De bon augure dans l'optique du Tour de France, son objectif majeur cette saison.

Au-delà du général, l'autre enjeu du jour était bien évidemment le gain de l'étape. A l'arrivée, on retrouve cinq gros rouleurs aux cinq premières places, puisque Zabriskie a devancé, dans l'ordre, Richie Porte (de seulement deux petites secondes), Lieuwe Westra, Bradley Wiggins et Tony Martin, considéré comme le grand favori. Mais la météo a quelque peu faussé les débats. Zabriskie en a bénéficié. Après son passage, le vent s'est considérablement levé, avant que la pluie ne s'invite à son tour en fin d'étape, pour le passage des premiers du général. Une météo fatale à Denis Menchov, Janez Brajkovic ou David Millar. "J’aime beaucoup ce genre de parcours, vallonné et roulant, qui peut vraiment fatiguer les organismes, a confié Zabriskie. Ça s’est bien passé pour moi. J’ai aussi senti pas mal de vent lors de mon passage. Mais c’est le cyclisme, la chance fait partie du jeu."

0
0