Peter Sagan a gardé son sens du timing. Il l’a prouvé mercredi à Martigny, en débordant Sonny Colbrelli au moment idéal pour s’adjuger la 1re étape du Tour de Romandie. Il n’a pas non plus perdu son sens de la répartie. Lorsqu’il s’est présenté face aux micros à l’issue de son succès - vêtu d’un maillot vert de leader du classement par points qui fait presque office de seconde peau pour lui -, il a ainsi fait remarquer : "Tout le monde dit des choses comme : 'Sagan est de retour’, mais je ne suis jamais parti, j’ai toujours été là."
Toujours au rendez-vous du Tour de Romandie, non. Il y retourne cette semaine, onze ans après une première participation marquée par une victoire d'étape alors qu’il n’était encore qu’un espoir du peloton. En revanche, toujours sur le devant de la scène : l’argument s’entend. Sagan n’a en effet pas été transparent depuis le début de l’opus 2021. Il l’a été lors de Tirreno-Adriatico, tout juste remis du Covid-19. Mais il a enchaîné avec une 4e place sur Milan-Sanremo, un succès en Catalogne et un accessit sur le Ronde (15e).

La magie Sagan opère encore : son sprint victorieux en vidéo

Tour de Romandie
Sagan, la romance romande
28/04/2021 À 15:35

"C'était probablement la seule étape qui me convenait"

Mais voilà, 15e du Tour des Flandres, pour Peter Sagan - qui l'a notamment gagné en 2016 -, c’est plutôt un camouflet qu’une place d’honneur. Et on ne l’avait plus vu depuis, alors qu’il se prépare à une grosse suite de saison, avec le Tour d’Italie (8-30 mai), le Tour de France (26 juin - 18 juillet) et Paris-Roubaix (3 octobre) en marqueurs principaux. "Cela fait du bien, après trois semaines sans course, de venir ici et de gagner", a-t-il commenté dans un discours certes convenu, mais sans doute plus teinté de sincérité qu’à une époque où moins de doutes entouraient son niveau.
Dès mardi, lors du prologue, Sagan avait relativement rassuré. Pas toujours enclin à faire les chronos à fond, le leader de la Bora-Hansgrohe avait pris la 28e place, concédant 22 secondes au vainqueur du jour, Rohan Dennis, mais seulement 7 au champion du monde en titre du contre-la-montre, Filippo Ganna. Après le bouquet qu’il vient d’empocher, bonifications à la clef, le septuple maillot vert du Tour de France ne pointe plus qu’à 10 secondes de Dennis, qui a conservé la tête pour INEOS Grenadiers.
De quoi lui donner des idées, même si l’épreuve va prendre une hauteur qui risque de lui être rédhibitoire ? Non, jure-t-il : "C’était probablement la seule étape qui me convenait… les suivantes seront très difficiles." Il fut un temps où l’hypothèse de voir Peter Sagan ambitionner un sacre au classement général d’une telle course n’aurait pas été saugrenue. Ce temps semble révolu. Mais pas celui des victoires pour le Slovaque de 31 ans.

Sagan est-il fini ? "Sa victoire à Roubaix lui a coupé l’appétit"

Tour de Romandie
Dennis et les Ineos déjà aux avant-postes
27/04/2021 À 15:32
Tour de France
Deux mois de coupure et une reprise au Tour : Roglic va disparaître
26/04/2021 À 21:02