Panoramic

Tour des Flandres 2014 : le patron, c'est (encore) Fabian Cancellara

Le patron, c'est (encore) Cancellara

Le 06/04/2014 à 17:01Mis à jour Le 06/04/2014 à 19:18

Fabian Cancellara a remporté son troisième Tour des Flandres après 2010 et 2013. Le Suisse a été le plus fort au sprint, devant notamment Sep Vanmarcke (3e).

Il était favori et il n’a pas déçu. Très fort tout au long de cette 98e édition, Fabian Cancellara (Trek-Factory) a remporté le Tour des Flandres pour la troisième fois de sa carrière, après 2010 et 2013. Il égale Tom Boonen, Fiorenzo Magni, Achiel Buysse, Eric Leman, Johan Museeuw avec trois victoires. Le Suisse, âgé de 33 ans, a encore le temps de devenir le seul détenteur de ce record avec quatre victoires. Moins aérien qu’à l’habitude, le Suisse a fait parler son expérience pour s’imposer lors d’un sprint à quatre devant Greg Van Avermaet (2e), Sep Vanmarcke (3e) et Stijn Vandenbergh (4e). Les autres favoris Tom Boonen (7e) et Peter Sagan (16e) ont déçu, les Français aussi.

Décidement, rien ne peut empêcher Fabian Cancellara de s’imposer sur les Monuments pavés. Auteur du doublé Flandres-Roubaix en 2013, le Suisse n’a pourtant pas été aidé par les circonstances de course. Très (trop) vite privé de ses deux meilleurs équipiers Grégory Rast et Stijn Devolder, "Spartacus" n’a cependant pas cédé à la panique, malgré les attaques lointaines de sérieux outsiders comme Van Avermaet et la présence dans le groupe principal de cinq Omega Pharma-Quick Step. Une seule accélération de Cancellara a suffi pourtant à faire la différence, ni Boonen, ni Sagan ne pouvant suivre la locomotive de Berne dans la dernière ascension du Vieux Quaremont, à 16 kilomètres de l’arrivée.

Fabian Cancellara

Fabian CancellaraImago

Parti en compagnie de Sep Vanmarcke (Belkin), le leader de l’équipe Trek-Factory a ensuite repris le duo de tête Van Avermaet-Vandenbergh au sommet du Paterberg, avant de s’imposer sereinement dans la dernière ligne droite. Fabien Cancellara peut toutefois "remercier" les défaillances de Peter Sagan et de Tom Boonen, qui semblaient pourtant à l’aise à une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée, dans l’avant-dernier enchaînement Vieux-Quaremont-Paterberg. Si le Belge a tout de même terminé dans le top 10, aucun des deux n’a pesé réellement sur la course. Vainqueur impressionnant du Grand Prix E3 il y a une semaine, le Slovaque a été la grande déception de ce Tour des Flandres, démontrant une nouvelle fois son incapacité à répondre à la pression et surtout à tenir la longue distance des grandes classiques.

Les Français n'ont pas été au rendez-vous

Attendus eux aussi mais à un degré moindre, les Français n’ont globalement pas été au rendez-vous, il est vrai pas forcément aidé par le scénario de course. Tombé à deux reprises, Tony Gallopin (Lotto-Belisol) est revenu à chaque fois dans le groupe des favoris mais a fini par lâcher dans le dernier passage au Vieux-Quaremont, tout comme Sylvain Chavanel (IAM), un peu trop juste dans chaque "berg". Pris dans une cassure (Démare) et dans une chute (Offredo) très loin de l’arrivée, les leaders de la FDJ.fr n’ont jamais pu rentrer sur la tête de la course. Finalement, les bonnes surprises sont venues des coureurs que l’on n’attendait pas forcément. Présents dans le groupe de dix en chasse derrière Van Avermaet, Sébastien Minard (AG2R La Mondiale) a longtemps été le meilleur Tricolore, place qui est au final revenue à Vincent Jérome (11e).

Pour Fabien Cacellara, la suite s'annonce passionnante. A chaque fois que le Suisse a remporté le Tour des Flandres, il a enchaîné avec Paris-Roubaix. S'il s'imposait dans le Nord dimanche prochain, il égalerait Tom Boonen et Roger de Vlaeminck avec quatre victoires. Avec une intelligence de course pareille, c'est dans les cordes de Spartacus.

0
0