Sur les courses par étapes, quand la pente s'élève, il y a décidément le duo Roglic – Pogacar et le reste du monde. Mercredi, la route s'est élevée, pas longtemps mais brutalement dans le final de la 3e étape, et personne n'a vraiment été surpris de voir les deux Slovènes en découdre pour le gain de l'étape. Autre réminiscence du dernier Tour de France, le plus jeune des deux a fait la nique à son ainé, toujours leader du général, en le réglant au sprint.
C'est, déjà, la 5e victoire de Tadej Pogacar en 2021. Au sommet de la terrible côte à Ermualde, le vainqueur du Tour a d'abord embrayé dans la roue de Primoz Roglic avant de le sauter dans les 100 derniers mètres, pour sa plus grande joie. "Cette victoire me fait très plaisir parce que, depuis que j'ai couru le Tour du Pays basque il y a deux ans, j'avais pour ambition de revenir ici et de bien faire. C'est une très belle course, et l'enthousiasme du public est vraiment incroyable."

Une réplique monstrueuse et Pogacar a maté Roglic : l'arrivée en vidéo

Tour du Pays Basque
Sinistrose envolée et semaine parfaite : cette fois, Roglic a eu tout bon
11/04/2021 À 21:50

A fleurets mouchetés

Pogacar avait bien préparé son affaire, selon ses dires. Il savait exactement quoi faire, et à quel moment, comme il l'a expliqué à l'arrivée : "Ce matin, nous étions allés reconnaitre le final en voiture avec le manager de l'équipe. Matxin m'avait bien décrypté parcours et j'étais bien conscient de la difficulté de la dernière montée. Je savais que ce serait important d'être devant pour bien lancer le sprint jusqu'à la ligne". L'étroitesse de la route a failli l'empêcher de se déporter pour prendre le pas sur Roglic mais Tadej Pogacar a fini par trouver l'ouverture dans le tout dernier virage.
Par le jeu des bonifications, l'écart entre les deux coureurs slovènes retombe ainsi à 20 secondes à mi-chemin de ce Tour du Pays basque, dont ils occupent désormais les deux premières places au général. Malgré cette nouvelle "défaite", avec beaucoup de guillemets, Primoz Roglic s'estime lui aussi satisfait. "Je suis content de la manière dont l'étape s'est déroulée, assure-t-il. Oui, c'est dommage de ne pas avoir gagné, mais ma condition est très bonne. La dernière montée était vraiment dure et intense. Tadej a juste été un peu meilleur que moi sur le sprint et il mérite sa victoire."
Dans le verbe, le duel entre ces deux-là s'effectue toujours à fleurets mouchetés, mais ne vous y trompez pas, au vu du passif constitué par le Tour de France 2020, ce Tour du Pays basque revêt une importance spéciale pour les deux hommes. Si Pogacar peut marquer un peu plus au fer rouge son compatriote, il ne s'en privera pas. Malgré le débours initial du contre-la-montre de lundi, le coup semble toujours jouable pour "Pogi" : "Il reste trois jours de course, tous difficiles. Je suis plutôt optimiste parce que la forme est bonne et l'équipe fait du très bon travail collectif."

Roglic : "Le grand objectif, c'est de gagner cette bataille"

Si les deux prochaines étapes ne seront effectivement pas de tout repos et potentiellement dangereuses, c'est surtout le dernier acte, samedi, qui s'annonce a priori décisif avec l'arrivée au sommet à Arate, une ascension classée en première catégorie. Pour l'heure, Roglic garde la main même si, mieux que personne, il sait que tout peut s'envoler au dernier moment, comme il l'a appris sur le Tour 2020 ou, dans un autre contexte et sous une autre forme, lors du dernier Paris-Nice.
Malgré tout, il s'accroche à son pécule. Il veut gagner, peu importe sa marge finale. "Je suis toujours devant au classement général", a-t-il rappelé, pas loin d'être agacé que l'on puisse considérer le fait d'avoir été devancé par Pogacar dans cette étape comme une forme d'échec, même relatif. "Le grand objectif, c'est de gagner cette bataille. Je me fous de gagner avec une seconde ou cinq minutes d'avance", a-t-il ajouté. Pour l'heure, il en compte vingt. Des secondes. Pas des minutes. C'est à la fois beaucoup et peu quand on a eu les malheurs de "Rogla". Et quand on a un Pogacar aux trousses.

Primoz Roglic toujours en jaune. Jusqu'au bout cette fois ?

Crédit: Getty Images

Tour du Pays Basque
Gaudu aux anges : "J'avais des frissons, c’était un truc de fou !"
10/04/2021 À 19:30
Tour du Pays Basque
Roglic en patron, Pogacar pris au piège, Gaudu épatant : Le résumé de la dernière étape
10/04/2021 À 17:36