24 heures après Erik Zabel, c'est une autre figure imposante du cyclisme mondial qui annonce son départ à la retraite. Dimanche soir, à l'issue de la course en ligne des Mondiaux de Varèse, Paolo Bettini appartiendra au passé. L'Italien a annoncé samedi soir lors d'une conférence de presse qu'il mettait un terme à sa carrière. A 34 ans, lâché par l'équipe Quick Step, il n'a pas retrouvé un employeur susceptible de lui offrir un défi à la mesure de son ambition.
"Ces derniers mois, j'ai beaucoup réfléchi, a-t-il expliqué devant les journalistes. Et puis, l'idée a fait son chemin, simplement, et j'ai décidé d'arrêter ma carrière, avec beaucoup de sérénité. Je suis serein, ému aussi, mais c'est une décision que j'assume. Comme on dit, j'espère qu'elle sera juste. J'y ai beaucoup pensé ces derniers jours, et n'ai pas trouve de contre-indications. Je suis évidemment déçu d'arrêter ma carrière parce que je n'y étais pas préparé mais je n'ai pas trouvé une équipe qui me convienne et je ne veux pas faire n'importe quoi ".
"Je suis là pour un dernier numéro"
Mondiaux Varèse
Bettini rêve du triplé
27/09/2008 À 11:15
Lors de la dernière Vuelta, Bettini avait été très déçu d'apprendre que Quick Step avait cassé sa tirelire pour attirer Stefan Schumacher. Le champion du monde en titre était furieux après Patrick Lefevere, le manager de la formation belge, qui avait refusé auparavant de revaloriser son contrat. Cela l'avait incité à claquer la porte. Depuis, plusieurs formations s'étaient mis sur les rangs pour essayer d'attirer le "Grillon", mais il n'a visiblement pas trouvé chaussure à son pied. "J'ai bien mesuré la situation, a-t-il poursuivi. Quick Step ne m'a pas proposé un nouveau contrat et, pour poursuivre ma carrière, j'avais besoin d'un nouveau grand défi que je n'ai pas trouvé".
Mais à 24 heures de la retraite, il lui reste tout de même un immense défi à relever, celui d'un possible troisième titre consécutif de champion du monde. L''exploit serait dantesque, surtout après cette annonce inattendue. Revenu à son meilleur niveau, comme le prouvent ses deux succès d'étapes sur le Tour d'Espagne, Bettini sera forcément surmotivé à Varèse. "Je n'ai pas de regret, et je suis là pour un dernier numéro, avec le dossard numéro un dans le dos, et avec l'ambition de ne rien lâcher, avec de la détermination et l'envie de remporter le Mondial. Ce serait une belle page de l'histoire du cyclisme". Lui qui en a déjà écrit quelques unes sait de quoi il parle.
Mondiaux Varèse
La grande frustration
29/09/2008 À 13:00
Mondiaux Varèse
Ballan: "Paolo est formidable"
29/09/2008 À 06:00