Ils ne voulaient pas. Longtemps, Wout Van Aert et Mathieu van der Poel ont tenté de repousser le spectre de la rivalité. Certainement pas amis, le Belge et le Néerlandais n'étaient pas ennemis pour autant, disaient-ils. Mais la route n'est pas le cyclo-cross. Et alors qu'ils luttaient depuis des années dans les sous-bois sans anicroche particulière, la rivalité a pris une autre dimension. Et c'est tant mieux. Orphelin de grandes rivalités qui lui donnent une partie de sa couleur, le cyclisme en a besoin.
Écartons tout de suite un éventuel quiproquo : la rivalité sportive entre deux des meilleurs cyclistes du monde n'est pas neuve. Dater la naissance du duel Van Aert-van der Poel à la saison 2020 serait une hérésie et une insulte au cyclo-cross. Depuis 2015, aucun titre mondial n'a échappé au duo (trois chacun). Une telle régularité ancre forcément le duo dans une rivalité. Rivalité sportive toujours. En 2019, Wout Van Aert avait félicité Mathieu van der Poel pour sa victoire à l'Amstel Gold Race. Difficile d'imaginer ça aujourd'hui. Surtout après le dernier automne.

Gand-Wevelgem 2020, premiers échanges tendus

Cyclo-cross
Van Aert, Van der Poel et les autres : à la redécouverte du cyclo-cross
28/01/2021 À 21:32
La Belgique raffole du cyclo-cross et pourtant il a fallu que les deux hommes s'écharpent sur la route pour que tout ceci prenne une toute autre ampleur. Le 11 octobre dernier, Mads Pedersen remportait Gand-Wevelgem. Derrière, Van Aert et van der Poel ont été piégés. Ou plutôt se sont piégés. "Dans le final, il y en avait un qui me regardait tout le temps. Il préférait me voir perdre plutôt que de gagner lui-même", lance Van Aert. Sa cible, c'est van der Poel. "Il oublie sûrement que j'ai déjà beaucoup de victoires à mon actif et que je n'allais pas non plus boucher chaque trou".
"C'est une réaction étrange de la part de Wout, rétorque "MVDP". Je trouve ça un peu bas de dire que je cours pour le faire perdre. Je cours toujours pour gagner." L'histoire aurait pu s'arrêter là mais l'occasion est trop belle. Enfin, la première étincelle dans une relation jusqu'ici cordiale. "Cela m'a surpris qu'un jour après on revienne là-dessus", s'étonne Van Aert. Une semaine après Gand-Wevelgem, c'est pourtant le Tour des Flandres, institution en Belgique, qui se profile. Et la presse belge, mais aussi internationale, n'allait pas laisser l'occasion de parler des deux favoris du "Ronde". Surtout pour les opposer.

Sprint royal et photo finish : entre van der Poel et Van Aert, c'était chaud

"Je veux gagner des courses et pour cela, je devrai souvent devancer Mathieu", prophétisait le Belge… battu par son rival d'un souffle au Tour des Flandres. Sur le "Ronde", le duo s'est disputé la victoire dans l'une des plus grandes courses du monde pour la première fois. Et déjà, le cyclisme en redemande. Car une rivalité au plus haut niveau entre deux coureurs encore jeunes (26 ans tous les deux mais Van Aert est de 1994) rendra service à tout le monde.

Avec Van Aert et van der Poel, le cyclisme peut en prendre pour dix ans

Coppi-Bartali, Anquetil-Poulidor, Merckx-Ocana, Merckx-De Vlaeminck, Hinault-Lemond, Boonen-Cancellara… Le plus collectif des sports individuels aime se polariser autour de deux noms. Plus souvent sur les grands tours, parfois sur les classiques comme pour le Belge et le Suisse. Boonen et Cancellara ont animé le printemps au carrefour des années 2000 et 2010. Leur rivalité a fait couler beaucoup d'encre et aucun duo ne s'est autant détaché depuis. Ni Froome-Contador, jamais vraiment rivaux, ni Alaphilippe-Valverde, duel cantonné à la "petite" Flèche Wallonne le plus souvent.
Avec Wout Van Aert et Mathieu van der Poel, qui n'ont pas encore atteint le dixième du niveau des rivalités citées, le cyclisme peut en prendre pour dix ans. Avec les années, elle va inévitablement gagner en relief. Van der Poel a remporté le dernier duel, Van Aert voudra donc prendre sa revanche la prochaine fois. Et ainsi de suite. Ici ou là, chacun ira de sa petite phrase. Ils ne voulaient pas être rivaux mais le temps joue contre eux dans cette histoire.
Un jour peut-être, ils abandonneront le cyclo-cross mais ce sera pour mieux se concentrer sur la route où tous les monuments du printemps (Milan-Sanremo, Tour des Flandres, Paris-Roubaix et Liège-Bastogne-Liège) peuvent leur correspondre. Certains les imaginent même un jour se battre sur le Tour de France. D'ici-là, ils animeront toujours les sous-bois et ce dimanche l'un pourrait bien prendre l'avantage sur l'autre en conquérant un quatrième titre mondial en cyclo-cross. Et avant même que le résultat soit connu, on en redemande déjà.
Cyclo-cross
Jolien Verschueren est décédée à 31 ans
02/07/2021 À 13:08
Cyclo-cross
Brand : "S'il y a une course où mes qualités peuvent être utiles, c'est Paris-Roubaix"
23/03/2021 À 10:20