Equitation

Un cavalier suspendu vingt ans pour maltraitance et dopage

Partager avec
Copier
Partager cet article

Un cavalier suspendu vingt ans pour maltraitance et dopage

Crédit: Eurosport

ParGrand Prix
10/06/2020 à 10:02 | Mis à jour 10/06/2020 à 10:03

À la suite d'une blessure tragique ayant entraîné la mort de son cheval Castlebar Contraband lors d’une course d’endurance à Fontainebleau en 2016, le cheikh Abdul Aziz Bin Faisal Al Qasimi a été suspendu vingt ans par le Tribunal de la Fédération équestre internationale (FEI). Une sanction historique.

Le 3 juin dernier, le Tribunal de la FEI a rendu une décision sans précédent. L’Émirati Abdul Aziz Bin Faisal Al Qasimi a été jugé pour avoir blessé et entraîné la mort de son cheval Castlebar Contraband. Condamné à vingt ans de suspension – dix-huit ans pour maltraitance et deux ans pour la violation des règles de la médication équine contrôlée – le cheikh va également devoir s’acquitter d’une amende de 17 500 CHF (soit 16 183 euros) et du remboursement des frais de procédure (15 000 CHF soit 13 871 euros). La sanction prend effet à la date de rendu du jugement, soit le 3 juin 2020, jusqu’au 27 mai 2040. 

Lors du CEI 1* de Fontainebleau, le 15 octobre 2016, Castlebar Contraband a dû être euthanasié après une fracture ouverte au niveau du canon de l’antérieur droit, alors qu’il galopait en tête de la course. Grâce à des prélèvements réalisés post mortem, des traces de Xylazine ont été retrouvées. Cette substance médicamenteuse contrôlée, bien qu’interdite en compétition, est parfois utilisée en endurance pour abaisser la fréquence cardiaque des chevaux et éviter une élimination lors des différents contrôles vétérinaires effectués tout au long de la course. La défense du cheikh se basait sur une administration du produit lors du processus d’euthanasie, car il peut servir de sédatif, analgésique et relaxant musculaire, ce que réfute la vétérinaire traitante ayant pratiqué l’euthanasie. Le Tribunal de la FEI a accepté l’explication de cette dernière, qui soutient avoir suivi un protocole standard qui excluait l’utilisation de la Xylazine. 

Equitation

Sanneke Rothenberger de retour à la compétition

IL Y A 5 HEURES

De plus, le rapport post mortem a prouvé la présence de plusieurs lésions localisées, cohérentes avec des injections récentes ayant privé Castlebar Contraband de sa sensibilité lors de l’entraînement, avant et pendant la compétition. Associé à l’arthrose de l’articulation du boulet avant droit, cela a créé des fractures de stress, responsables de la blessure mortelle du hongre de dix ans. 

Le directeur juridique de la FEI, Mikael Rentsch, s’est montré satisfait de cette décision: “Il s’agit d’une très bonne décision pour le bien-être des chevaux et la lutte contre le dopage dans le sport équestre. Nous sommes très heureux de voir une sanction aussi sévère prononcée par le Tribunal FEI et elle avertit sévèrement les autres que le Tribunal ne tolérera pas les cas de maltraitance des chevaux.”

Malgré cette décision historique, certains acteurs de la discipline auraient aimé voir la FEI entamer des poursuites à l’encontre de l’entourage au sens large du cheval, le rapport de la FEI mentionnant un donneur d’ordre ayant sollicité les infiltrations à la clinique britannique où était suivi Castlebar Contraband les semaines précédant la course. Or, dans ces cas de dopage, le cavalier est d’office la seule personne responsable. Quoi qu’il en soit, le jugement jugé “exemplaire” par le plus grand nombre envoie un signal fort pour le bien-être animal et la lutte contre le dopage initiée par la FEI. 

Preuve de la volonté d’accélérer les changements dans le monde de l’endurance, la vétérinaire française Morgane Schambourg a proposé un nouveau protocole de contrôle d’hyposensitivité, qui sera mis en place lors des courses régies par la FEI. L’échec à ce test mécanique – qui ne porte pas atteinte à l’intégrité physique du cheval – engendrera automatiquement l’élimination du couple par le jury. En effet, preuve a été faite au préalable que les chevaux d’endurance soumis à cette forme de dopage supprimant la sensibilité de leurs membres avant et pendant les épreuves entraîne la perte du signal d’alarme supposé intervenir en cas de douleur et de blessure. 

Equitation

Quatorze chevaux périssent dans un incendie en Alsace

IL Y A UN JOUR
Equitation

Thomas Carlile s’impose au haras de Jardy avec la jument qu’il prépare pour les JO

13/07/2020 À 15:47
Dans le même sujet
Equitation
Partager avec
Copier
Partager cet article