Eurosport

Lord Pepsi rejoint le Brésil

Lord Pepsi rejoint le Brésil

Le 20/01/2020 à 11:07

Complice de Paul Estermann depuis 2012, Lord Pepsi, le fils de Böckmann’s Lord Pezi a quitté les écuries du Suisse. Le hongre de 14 ans s’est envolé en direction du Brésil. Il évoluera dans les prochains moins sous la selle de Felipe Amaral.

Il avait éclaté aux yeux du grand public en 2015, lors d’une belle victoire dans les Equita Masters, à Lyon. Lord Pepsi avait alors brillé sous la selle de Paul Estermann et fait démonstration de toutes ses qualités à seulement neuf ans. 

Dès 2012, Paul Estermann avait commencé à former progressivement son hongre oldenbourgeois pour le plus haut niveau. À huit ans, le fils de Böckmann’s Lord Pezi avait terminé neuvième de l’épreuve réservée aux jeunes chevaux au CHIO 5* d’Aix-la-Chapelle, entouré par d’autres grands noms comme Sultane des Ibis, Colestus ou encore Gaudi. Quelques semaines après, le puissant bai courait son premier Grand Prix 2* et terminait à la deuxième place. Ce fut alors le début d’une belle histoire pour l’Helvète et sa fidèle monture.

Lancé au niveau 5* à La Baule en 2015, Lord Pepsi n’a cessé de progresser, faisant preuve d’une grande régularité au plus haut niveau. Quatrième du Grand Prix CSIO 5* de Mannheim en juillet 2015, le bai a rapidement rejoint les rangs du cadre élite suisse et pris part à plusieurs événements majeurs : la finale du circuit des Coupes des Nations Longines, en 2016, la finale de la Coupe du Monde Longines à Paris en 2018, ainsi que les derniers championnats d’Europe Longines de Rotterdam, l’été dernier. 

Mais le 15 janvier, Felipe Amaral a annoncé sur les réseaux la vente du talentueux hongre au Brésil. “Nous sommes extrêmement enthousiastes de vous annoncer l’achat du hongre Lord Pepsi pour l’équipe brésilienne”, s’est-il notamment réjoui. Racheté par la famille Greenlees à Paul Estermann et Maria Traber, qui possédaient jusque là chacun 50 % des parts, Lord Pepsi évoluera dans un premier temps sous la selle de Felipe Amaral, avant d’être monté par le jeune Philipp Greenlees. 

Plus apparu en compétition depuis le CSI 4* de Samorin en octobre dernier, le bai retrouvera le chemin des concours à l’occasion du Sunshine Tour. Pour rappel, Paul Estermann, accusé de maltraitance, notamment sur son ancienne jument de tête Castlefield Eclipse, s’est progressivement retiré des devants de la scène, bien que la présomption d’innocence lui permette toujours d’évoluer en compétitions internationales. Le Lucernois a même renoncé à son appartenance au cadre élite suisse pour les prochains grandes échéances. Une des raisons qui a peut-être poussé l’Helvète à se séparer de son fidèle Lord Pepsi, en cette année olympique.