Ben Maher tenait la victoire. Mais une fois de plus, le sort s’est acharné sur le talentueux Britannique. Six ans après avoir manqué l’or pour une barre renversée sur le dernier parcours des championnats d’Europe Longines de Göteborg, l’ex-numéro 1 mondial a laissé l’avant-dernier vertical à terre, offrant la victoire au Suisse, Martin Fuchs. Ainsi, aucun couple n’aura bouclé cette échéance continentale sans commettre la moindre faute. Pourtant, les parcours présentés par Louis Konickx aujourd’hui ne semblaient pas présenter de difficultés extrêmes. La pression, et la fatigue accumulée au cours de ces quatre jours de jumping ont suffi à faire basculer les choses dans cette finale individuelle.

Equitation
Utamaro d’Écaussines en a fini avec le sport
30/09/2020 À 08:59

Les Français pas en reste

Après avoir enregistré un nombre important de forfaits, vingt-cinq couples sont repartis ce dimanche pour une ultime journée de saut d’obstacles à Rotterdam, dont quatre Français. Malheureusement, aucun des Tricolores en lice n’est parvenu à se qualifier parmi les douze meilleures paires. Kévin Staut, qui ne devait, initialement, pas prendre part à cette finale n’a concédé qu’un point de temps dépassé avec son grand Calevo 2. Pénélope Leprevost et Vancouver de Lanlore ne sont pas passés loin d’une belle performance, mais une faute sur la sortie du fautif double numéro douze a eu raison du couple. Même score en sortie de piste pour Nicolas Delmotte et Urvoso du Roch, encore jeune à ce niveau d’épreuve, qui ont laissé le numéro neuf au sol. Alexis Deroubaix, meilleure chance tricolore aujourd’hui n’a pu éviter deux erreurs sur un Timon d’Aure un peu émoussé. Le Nordiste termine aux portes du top douze, juste derrière le numéro un mondial, Steve Guerdat, auteur de deux fautes avec son incomparable Albführen’s Bianca dans la dernière ligne.

Finalement, c’est Marcus Ehning qui a signé le premier sans-faute de la journée dans la manche initiale. Avec son génial Comme Il Faut 5, le maestro allemand n’a rien laissé au hasard, pas même le chronomètre, qui avait jusque là piégé tous ses concurrents. En mettant la pression sur les suivants, le cavalier de la Mannschaft a réalisé une jolie remontée, puisque six couples lui sont passés derrière. Sa compatriote Simone Blum, les deux Suédois Peder Fredricson et Henrik von Eckermann, ainsi que Martin Fuchs et Ben Maher n’ont, quant à eux, pas flanché. Seul Jos Verlooy, encore provisoirement médaillé d’argent a effleuré la sortie du triple numéro cinq, faisant remonter Martin Fuchs d’une place avant la dernière manche de ces championnats.

Une deuxième étape sélective

Steve Guerdat préférant jeter l’éponge, ce sont onze couples qui se sont retrouvés pour franchir les dix derniers obstacles qui se dressaient face à eux. Si un temps le parcours a semblé être une formalité, le triple a joué des surprises à certains favoris. Peder Fredricson, Henrik von Eckermann et même la championne du monde, Simone Blum, s’y sont fait piéger, renversant tantôt l’entrée ou le milieu de la combinaison. Seul Néerlandais a s’être ouvert les portes de ce dernier affrontement, Marc Houtzager devrait se souvenir longtemps de son parcours. Non, le local n’a pas remporté de médaille. Mais le scénario de son parcours relève du jamais vu. Les tribunes, toujours partiellement vides, se sont mises à gronder de façon inhabituelle. Et pour cause. Deux défenseurs animalistes se sont introduits sur la piste, en plein parcours. Fort heureusement, Marc Houtzager et Sterrehof’s Calimero n’ont pas tremblé, déroulant un magnifique parcours, entaché d’un unique point de temps. Le duo est sorti sous une standing ovation du public, bien méritée au vue des conditions avec lesquelles le couple a dû composer.

De son côté, Marcus Ehning a une nouvelle fois délivré une véritable leçon d’équitation sur son petit Comme Il Faut 5, que beaucoup ne jugeaient pas capable d’affronter les difficultés d’un championnat. En ne concédant qu’un point de temps, le couple peut se réjouir d’une belle cinquième place, en plus de la médaille d’argent glanée vendredi avec la Mannschaft. Malgré leur faute, Simone Blum et DSP Alice prennent la quatrième place, après avoir montré une grande aisance au cours de la semaine. Se faisant lui aussi piéger par le temps, Jos Verlooy, quelque peu inattendu à ce niveau, s’est assuré une médaillede bronze, aux rênes d’un Igor impeccable.

Une foulée de trop

Plein de rage, Martin Fuchs a motivé son formidable gris, Clooney 51, à la voix. Sans rien lâcher, le vice champion du monde a mené son partenaire de longue date vers une nouveau sans-faute aux obstacles, ne laissant qu’un point de temps. Mais malgré cette concession, Ben Maher n’avait pas le droit à l’erreur. Juché sur son exceptionnel Explosion W, le Britannique semblait piloter son bel alezan de la meilleure des manières. Mais, à deux obstacles de la médaille d’or, l’ex numéro 1 mondial a flanché. En faisant huit foulées pour aborder l’avant-dernier vertical, Ben Maher a trop cherché à reculer son fils de Chacco Blue de l’obstacle sur bidet et a fini par renverser la barre.

L’or était alors promis à Martin Fuchs, tant de fois deuxième dans les derniers grands championnats. Il aura fallu à l’Helvète quelques secondes pour réaliser ce qui venait de lui arriver, avant de sauter en plein trot du dos de Clooney et de se jeter dans les bras de son groom, Sean Vard. Et quelle émotion ce fut pour le jeune suisse que d’entendre son hymne résonner dans le stade de Rotterdam. Martin Fuchs n’a pas caché sa joie sur le podium, laissant couler des larmes de bonheur. Revenu de loin après avoir été opéré de coliques, Clooney 51 a une nouvelle fois répondu présent, et permet à son cavalier d’entrer un peu plus dans la légende de son sport.

Martin Fuchs

Crédit: Getty Images

Equitation
Première victoire française en Coupe du monde de dressage depuis cinq ans
29/09/2020 À 14:38
Equitation
Niels Bruynseels victorieux à Grimaud avec Gancia de Muze
28/09/2020 À 10:39