Equitation

À l’occasion de la journée olympique, flashback sur les médailles tricolores à Rio en 2016

Partager avec
Copier
Partager cet article

À l’occasion de la journée olympique, flashback sur les médailles tricolores à Rio en 2016

Crédit: Eurosport

ParGrand Prix
23/06/2020 à 15:56 | Mis à jour 23/06/2020 à 15:56

Depuis plus de soixante ans, le 23 juin est la journée olympique, célébrant à travers le monde l’anniversaire de la création du Comité olympique international (CIO). L’occasion de se replonger dans les trois médailles obtenues par les cavaliers tricolores lors des derniers Jeux olympiques, à Rio de Janeiro, en 2016.

Lors des Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016, les cavaliers français ont ramené trois médailles à leur pays: deux en or et une d’argent, récoltées au sein des installations du complexe militaire de Deodoro. En une édition de l’échéance mondiale, les huit Bleus de concours complet et de saut d’obstacles ont ramené autant de médailles que leurs aînés en vingt-quatre ans!  

Le 9 août, à l’issue de trois jours de compétition, le complet français a décroché l’or par équipes, grâce à Astier Nicolas et Piaf de B’Neville, Karim Laghouag et le regretté Entebbe de Hus, Thibaut Vallette et Qing du Briot*ENE-HN, ainsi que Mathieu Lemoine et Bart L. À vingt-sept ans, le premier s’est également adjugé l’argent en individuel, derrière le légendaire couple allemand Michael Jung avec La Biostethique Sam.   

Equitation

Le circuit du Grand National de saut d’obstacles est de retour

IL Y A UNE HEURE

La tâche s’annonçait pourtant difficile pour l’équipe de France qui avait tiré le numéro deux dans l’ordre de départ. Parti en ouvreur de l’équipe de France pour la première épreuve, le dressage, Astier Nicolas et Piaf de B’Neville sont sortis du rectangle avec une pénalité de quarante-deux points, à cause de deux erreurs sur les changements de pied, les classant provisoirement onzièmes. À la suite du passage de ses quatre cavaliers, la France s’est classée provisoirement deuxième par équipes, à deux dixièmes de la tête à cause d’une notation plutôt sévère de la reprise de Karim Laghouag et Entebbe de Hus.  

Astier a conservé ses pénalités acquises le premier jour à la suite d’un maxi sur le cross (c’est-à-dire un parcours réalisé sans pénalité aux obstacles et dans le temps imposé). Sûr de lui au moment de s’élancer en deuxième sur ce cross jugé comme le plus difficile de l’histoire olympique moderne, sans autre repère que ceux obtenus lors de la reconnaissance, le Français n’a pas vacillé. Un exploit qu’ils n’ont été que trois à réaliser, permettant au couple de remonter à la troisième place provisoire en individuel. Côté français, Karim Laghouag a écopé d’un refus d’Entebbe de Hus à la sortie d’une combinaison, à la suite duquel Thibaut Vallette et Qing du Briot*ENE-HN et Matthieu Lemoine et Bart L ont assuré le sans-faute sur les obstacles tout en ayant pris les options longues. Les deux couples sont donc rentrés avec du temps dépassé. Des performances qui ont cependant permis à la France de se maintenir sur le podium virtuel par équipes, à la troisième place.  

Le lendemain, la finale sur les barres de ce triathlon des sports équestres a mis en avant le mental du jeune Normand, qui a signé avec Piaf un sans-faute assurant à la France une médaille, dont la couleur a dépendu des performances concurrentes. En effet, avant lui, Karim Laghouag et Entebbe de Hus ont concédé un seul point de temps dépassé, Thibaut Vallette a déroulé un sublime sans-faute avec Qing du Briot*ENE-HN et Matthieu Lemoine a renversé deux barres sur Bart. Pour la Nouvelle-Zélande, Mark Todd, a ensuite renversé quatre obstacles avec Leonidas II, et les Kiwis ont terminé en chocolat. L’Australie a quant à elle reculé à la troisième place, à la suite de deux fautes de son dernier couple, Christopher Burton et Santano II. L’équipe de France de complet a ainsi remporté une nouvelle médaille d’or par équipes, après celle gagnée en 2004 Athènes. 

Pour Astier et Piaf, tout n’était pas fini puisque la médaille individuelle s’est jouée sur un ultime parcours, trois heures plus tard. Malgré une faute importante sur le second plan de l’oxer numéro trois et six points de pénalités, le duo a réussi à accrocher l’argent en individuel ! Une consécration pour le Normand, et pour toute l’équipe de France.  

Quelques jours plus tard, le 17 août, le titre olympique par équipes a également été glané par l’équipe de France de saut d’obstacles (en photo), composée de Pénélope Leprevost sur l’impétueuse Flora de Mariposa, Roger-Yves Bost associé à la généreuse Sydney Une Prince, Kevin Staut avec le métronome Rêveur de Hurtebise*HDC et enfin Philippe Rozier juché sur le puissant Rahotep de Toscane. Ce dernier couple a d’ailleurs été propulsé dans le grand bain à la suite du malheureux forfait de Simon Delestre et son crack Hermès Ryan des Hayettes, qui s’est blessé dans son box juste avant le coup d’envoi de la compétition. L’équipe de France est passée par toutes les émotions lors de cette échéance, l’extraordinaire Flora de Mariposa ayant également souffert de violentes crises de coliques à la veille de la warm-up, à laquelle elle n’avait finalement pu prendre part. La chute de Pénélope Leprevost lors de la Chasse, désarçonnée après un gros saut de sa jument sur l’oxer numéro neuf, a été un énième coup dur. À genous, les Bleus se sont relevés de la meilleure des manières.  

À l’issue de la première manche de l’épreuve par équipes, les Bleus pointent à la cinquième place avec un seul point. Les duos composés de Kevin Staut avec Rêveur de Hurtebise*HDC et Pénélope Leprevost sur Flora de Mariposa ont signé de bons sans-fautes, Roger-Yves Bost et Sydney Une Prince ont écopé d’un petit point de temps dépassé et Philippe Rozier et Rahotep de Toscane sont sortis de piste avec quatre points, le gris ayant mis un pied dans la rivière.  

Le lendemain, le 17 août au matin, s’est tenue la finale par équipes. Pour figurer sur le podium, les tricolores se devaient d’enchaîner les sans-faute en en comptant sur les défaillances de leurs concurrents. Philippe Rozier et Rahotep de Toscane ont mis la France dans de bons rails en concluant leur parcours avec un unique point de temps. Kevin Staut et son généreux alezan ont ensuite signé un magistral sans-faute. Les autres nations accumulant les fautes, le parcours sanctionné d’un petit point de temps de Roger-Yves Bost et Sydney Une Prince a permis de sacrer la France dès sa troisième rotation, permettant à Pénélope Leprevost d’économiser Flora de Mariposa et de ne pas repartir pour cette seconde manche par équipes. Quarante ans après l’exploit de Marc Roguet, Marcel Rozier – le père de Philippe – Hubert Parot et Michel Roche à Montréal, les Bleus ont retrouvé le sommet de l’olympe.  

Equitation

Les cinq victoires qui ont marqué la carrière de Charlotte Dujardin

HIER À 14:00
Equitation

Dieu Merci van T&L, la nouvelle potentielle monture olympique d’Éric Lamaze

HIER À 13:12
Dans le même sujet
Equitation
Partager avec
Copier
Partager cet article