Eurosport

Steve Guerdat remet la main sur la finale du Top Ten

Steve Guerdat remet la main sur la finale du Top Ten

Le 07/12/2018 à 23:48

Ce soir à Genève, Steve Guerdat s’est imposé pour la deuxième fois dans une finale du Top Ten, l’épreuve réservée aux dix meilleurs cavaliers au monde. Face à son public, le pilote helète a été le meilleur avec Alamo, supplantant le Suédois Henrik von Eckermann sur Castello 184 et l’Américain McLain Ward associé à Clinta.

Quel meilleur scénario pour le public suisse que de voir son champion briller sur la piste de Palexpo ? Ce soir à Genève, Steve Guerdat a soulevé pour la deuxième fois le trophée du vainqueur de la finale du Top Ten grâce à Alamo, un cheval qu’il ne monte que depuis la fin d’année dernière et qui était jusqu’alors dans l’ombre de ses deux cracks Albfurhen’s Bianca et Hannah. Au terme d’une deuxième manche ahurissante lors de laquelle le Suisse a pris de grands risques aux abords des trois derniers obstacles, le chronomètre a été sans appel, couronnant le champion olympique de Londres pour la deuxième fois dans cette épreuve. Il s’était en effet emparé du trophée en 2010 avec la regrettée Jalisca Solier.  
Pour soixante-neuf centièmes de retard, le Suédois Henrik von Eckermann a en effet dû s’avouer vaincu avec Castello 184, le cheval de son élève Evelina Tovek. À noter qu’il s’agit tout de même d’une performance notable pour le couple qui ne concourt ensemble qu’occasionnellement. Au départ de sa deuxième finale du Top Ten, McLain Ward a été mené à la troisième place par sa somptueuse Clinta. Impressionnante sur chaque saut, la grise a perdu un peu trop de temps en l’air du propre aveu de son pilote.
 
Extrêmement en forme ces dernières semaines puisque vainqueur de deux étapes de la Coupe du monde Longines et de l’épreuve majeure hier, Daniel Deusser n’aura pu faire mieux qu’une quatrième place ce soir à Genève. Aux rênes de Tobago Z, l’Allemand parti en début de seconde manche manque la victoire pour un peu moins de deux secondes. À sa suite, le vice-champion du monde individuel Martin Fuchs qui avait sellé son meilleur cheval Clooney.
Dernier au départ du deuxième acte, Niels Bruynseels avait une sacrée carte à jouer avec sa pétillante Gancia de Muze. Une sacrée incompréhension en milieu de parcours a toutefois stoppé net leurs espoirs de succès puisqu’une barre est tombée.
 

0
0