ERC

Présentation ERC : Rally di Roma Capitale

Présentation ERC : Rally di Roma Capitale
Par ERC

Le 12/07/2019 à 12:00Mis à jour Le 14/07/2019 à 09:37

Après avoir relevé le relevé ultime à grande vitesse sur terre en Lettonie et en Pologne, le Championnat d'Europe FIA des Rallyes entame la seconde moitié de sa saison 2019 avec le Rally di Roma Capitale sur asphalte, en Italie, du 19 au 21 juillet.

Intégré au calendrier de l'ERC en 2017, le Rally di Roma Capitale comprend une cérémonie de départ et une parade passant devant plusieurs sites historiques de la ville, avant que les équipages ne se lancent dans deux jours de compétition sur 16 spéciales à l'est et à l'ouest de Rome.

Après quatre manches, Łukasz Habaj occupe la tête du classement mais le champion en titre Alexey Lukyanuk revient fort après un début de saison difficile. La victoire du Russe en Pologne lui a permis de réduire son retard sur Habaj à 11 points avant un rallye qu'il a remporté en 2018 au terme d'un intense duel avec Giandomenico Basso.

Basso, double champion d'Europe et leader de son championnat national, est un des cinq Italiens dotés du statut prioritaire FIA et engagés sur des voitures de type R5 à Rome. Le triple champion ERC Luca Rossetti et les vainqueurs du Rally di Roma Capitale Simone Campedelli (qui va donner son baptême du feu en ERC à la toute nouvelle Ford Fiesta R5 de M-Sport) et Umberto Scandola (présent sous la bannière de Hyundai Motorsport N) seront aussi de la partie, tout comme le lauréat de l'ERC Junior Andrea Crugnola.

Nikolay Gryazin et Mārtiņš Sesks vont étrenner leur récompense pour avoir remporté les titres 2018 en ERC1 Junior et ERC3 Junior respectivement, alors que Chris Ingram et Sindre Furuseth veulent marcher dans leurs pas. À deux manches de la fin de saison, ils sont respectivement leader des championnats ERC1 Junior et ERC3 Junior.

Zelindo Melegari rejoint pour la première fois l'Abarth Rally Cup en tant qu'équipier du leader de la catégorie, Andrea Nucita. Emma Falcón revient défendre son titre 2018 en ERC Ladies’ Trophy.

Le Rally di Roma Capitale en 100 mots
La progression de cet excitant rendez-vous asphalte, organisé et promu par Motorsport Italia, a été remarquable. Disputé pour la première fois en 2013, le Rally di Roma Capitale a fait ses débuts en ERC en 2017, l’Italie figurant au calendrier pour la première fois depuis 2013 quand le Rallye Sanremo y était inscrit. Il s’est avéré un gros succès avec sa parade dans le centre de Rome, une spectaculaire spéciale spectacle autour du Palais de la Civilisation dans le quartier de l’EUR, puis deux journées compactes de compétition sur des spéciales situées à l’est et au sud-est de la capitale.

Quoi de neuf en 2019 ?
L'épreuve étant concentrée sur les journées de samedi et dimanche, la traditionnelle spéciale de l'EUR du vendredi en fin d'après-midi n'est pas incluse dans le parcours qui est par ailleurs largement inchangé par rapport à l'an dernier – à l'exception du nouveau secteur chronométré d'Affile-Bellegra le deuxième jour. Santopadre-Arpino et la Super Spéciale d'Ostia, qui clôturera le rallye, ont été ajustées pour cette année, Ostia accueillant plusieurs activités à destination du public.

Les changements propres à l'ERC concernent la nouvelle appellation des catégories ERC Junior : l'ERC Junior Under 28 devient ERC1 Junior et l'ERC Junior U27 devient ERC3 Junior, toujours avec le soutien de Pirelli. Par ailleurs, les voitures de type R4-K et RGT sont éligibles en ERC2. L'Abarth Rally Cup est disputée sur six rendez-vous ERC, et le Rallye de Hongrie intègre le calendrier pour la première fois en tant que manche décisive de la saison en novembre.

On en parle
*Le troisième Rally di Roma Capitale comptant pour le championnat d'Europe accueille les champions ERC1 et ERC3 Junior en titre, Nikolay Gryazin et Mārtiņš Sesks, pour la première de leurs deux récompenses à chacun. Sesks, qui a remporté la catégorie ERC3 Junior il y a 12 mois à Rome, va faire sa première apparition sur asphalte avec une R5 et avec son nouveau copilote Uldis Briedis – son coach de longue date.
*Zelindo Melegari va intégrer les rangs de l'Abarth Rally Cup à Rome, l'Italien passant de sa Mitsubishi Lancer à une Abarth 124 rally pour affronter le leader actuel de la catégorie, Andrea Nucita, Italien lui aussi, et son rival polonais Dariusz Poloński. Le trio est éligible pour les points en ERC2, tout comme le débutant koweitien sur asphalte Mshari Althefiri.
*Łukasz Habaj (Sports Racing Technologies) arrive en Italie avec 11 points d'avance dans la course au titre sur Alexey Lukyanuk du Saintéloc Junior Team, champion sortant et vainqueur du Rally di Roma Capitale l'année dernière.
*Ce ne sera toutefois pas la première visite d'Habaj en Italie cette saison. Le Polonais a disputé le Rallye Sanremo, comptant pour le championnat d'Italie, en avril, et s'est classé huitième au général.
*Après un 76e Rallye PZM de Pologne à ennuis le mois dernier, Chris Ingram (Toksport WRT) voudra préserver en Italie son avance au championnat ERC1 Junior sur Filip Mareš (ACCR Czech Team), qui a remporté en Pologne la catégorie des espoirs pilotant une R5.
*L'Allemand Albert von Thurn und Taxis, qui habite à Rome depuis plus de dix ans, revient à sa plus familière ŠKODA Fabia R5 après avoir conduit une Volkswagen Polo R5 sur les deux derniers rendez-vous.
*Plus que changer de voiture, Simone Campedelli, qui a remporté la section du championnat d'Italie au Rally di Roma capitale en 2017, monte en gamme, lui qui échange son ancienne Ford Fiesta R5 contre la dernière version de la voiture développée par M-Sport.
*Comme pour Thurn und Taxis, le Rally di Roma Capitale est un rendez-vous “à domicile” pour Paulo Nobre le Brésilien, puisque sa Fabia est alignée par la structure Motorsport Italia basée à Rome.
*Norbert Herczig poursuit sa campagne ERC avec une Polo du MOL Racing Team, le multiple champion de Hongrie visant toujours son premier podium 2019.
*Niki Mayr-MelnhofVojtĕch Štajf et Lars Stugemo reprennent leur campagne ERC après avoir éludé les deux derniers rendez-vous en Lettonie et en Pologne. Le double champion ERC2 Tibor Érdi Jr est lui aussi de retour sur la scène européenne.
*Les anciens champions ERC Giandomenico Basso et Luca Rossetti sont les hommes à battre en championnat d'Italie cette année. Après cinq manches, Basso, deuxième à Rome il y a un an, est en tête pour trois points.
*Double vainqueur du Rally di Roma Capitale, Umberto Scandola essaiera sa Hyundai i20 R5 de Hyundai Motorsport N pour la première fois sur asphalte, s'étant concentré jusque-là sur des rallyes terre en 2019.
*Andrea Crugnola, qui lutta avec Stéphane Lefebvre pour le titre ERC Junior inaugural en 2014, intègre pour la première fois la catégorie reine du championnat d'Europe avec une Fabia R5.
*Le FPAK Portugal Team ERC va pouvoir compter une nouvelle fois sur son effectif complet de pilotes avec Pedro Antunes et Aloísio Monteiro.
*Après avoir disputé les deux derniers rendez-vous sur terre, Hiroki Arai voudra montrer son talent sur asphalte avec sa Citroën du team STARD. Cependant, sa copilote habituelle Ilka Minor n'étant pas disponible, le Japonais sera associé à un autre Autrichien, Jürgen Heigl, qui travaillait jusque-là en qualité de coordinateur chez STARD.
*Emma FalcónCatie Munnings et la nouvelle venue roumaine Cristiana Oprea sont engagées en ERC Ladies’ Trophy. Ce sera le second départ en ERC1 Junior pour Falcón après ses débuts au Rally Islas Canarias en mai. Munnings, de son côté, est de retour avec la Peugeot Rally Academy après avoir manqué la Pologne.
*Après avoir disputé son premier vrai rallye terre en Pologne, Florian Bernardi retrouve sa surface favorite avec une Renault Clio R3T. Le Français veut confirmer sa victoire dans la classe ERC3 au Rallye des Canaries et effacer le souvenir de débuts compliqués au Rally di Roma Capitale en 2018.
*Sindre Furuseth, qui mène la catégorie ERC3 Junior soutenue par Pirelli après quatre manches, avait lui aussi été frustré à Rome en 2018 et attend toujours sa première victoire après sept podiums.
*Son proche rival Efrén Llarena a disputé une course contre le temps pour préparer une Peugeot 208 R2 de remplacement après un énorme accident en Pologne dans lequel la précédente a été salement endommagée – mais dont le pilote du Rally Team Spain et sa copilote Sara Fernández ont eu la chance de se tirer indemnes.
*Ken Torn vise une troisième victoire consécutive en ERC3 Junior mais admet que son manque de connaissance de l'asphalte pourrait le handicaper avec sa Ford Fiesta R2T. Gregor Jeets pilotera une seconde voiture de l'Estonian Autosport Junior Team, alors que le Britannique James Williams fera ses débuts en ERC3 Junior sur une Fiesta.
*Elias Lundberget Grégoire Munster, les deux pilotes de l'ADAC Opel Rallye Junior Team, abordent le Rally di Roma Capitale pour la première fois en espérant plus de réussite qu'en Pologne où ils ont abandonné dans la même spéciale. Erik Cais et l'autre pilote de l'ACCR Czech Team, Jan Talaš, vont retrouver leur surface favorite, le goudron, en Italie. Idem pour Roman Schwedt, qui retrouve son ancien copilote Henry Wichura sur la lancée de son meilleur résultat dans la catégorie – avec une quatrième place – en Pologne.
*Pas en mesure de trouver le financement pour continuer en ERC1, Orhan Avcioglu descend en ERC3 à Rome pour la première de quatre courses prévues sur une Peugeot 208 R2 du Toksport WRT.

Face à face : Basso & Rossetti
Ces deux grandes figures des rallyes italiens sont aussi les deux pilotes les plus décorés en ERC avec cinq titres européens et 30 victoires à eux deux. Le championnat d'Italie est leur objectif pour l'instant (Basso mène de trois points devant Rossetti) mais tous deux voudront briller autour de la capitale de leur pays.

En forme : Filip Mareš
L'espoir soutenu par la fédération tchèque a déjà fait étalage de sa valeur sur asphalte avec une R5, mais sa percée en ERC1 Junior sur la terre polonaise a souligné ses grandes qualité – en plus de le remettre en lice pour le titre à deux manches de la fin de saison.

L'essentiel à savoir
Départ : 19h00, 19 juillet, Château Saint-Ange, Rome
Arrivée : 20h30, 21 juillet, Lido di Ostia
Quartier général : Best Western Hotel Fiuggi Terme Resort & Spa, Via Capo i Prati 9, 03014 Fiuggi
Apparitions en ERC (depuis la restructuration de 2004): 2 (2017, 2018)
Spéciales : 16
Distance chronométrée : 203,34 kilomètres
Distance en liaison : 740,67 kilomètres
Distance totale : 944,01 kilomètres
Surface : Asphalte


0
0