AFP

En argent au sabre, Cécilia Berder offre à la France sa première médaille

Berder ouvre le compteur des Bleus
Par AFP

Le 16/06/2018 à 21:37Mis à jour Le 16/06/2018 à 22:19

CHAMPIONNATS D'EUROPE - La France décroche sa première médaille grâce à la sabreuse Cécilia Berdier. La Bretonne a remporté l'argent après avoir été battue en finale par la Russe Sofia Velikaia.

De l'argent pour commencer. La sabreuse Cécilia Berder est devenue vice-championne d'Europe samedi, s'inclinant en finale contre la Russe Sofia Velikaïa, et débloque ainsi le compteur de l'équipe de France pour la première journée à Novi Sad, en Serbie.

A 28 ans, Cécilia Berder complète sa collection. En argent il y a trois ans à Moscou aux Championnats du monde et en bronze deux ans plus tard, toujours aux Mondiaux, à Leipzig, la Bretonne est montée sur son premier podium individuel européen samedi en Serbie. "Quand l'adrénaline est là, le corps est capable de merveilles", a expliqué à l'AFP Berder, juste après son podium, fatiguée par sa journée. "En chambre d'appel, j'avais du mal à avancer. Avec l'envie, ça passe, j'arrive à mettre des touches", a-t-elle précisé.

" Il y a plein de championnes qui n'ont pas de médaille"

"C'est une médaille aux Championnats d'Europe. Quand je vois toutes les filles qui sont là et qui finissent sans, je réalise la chance que j'ai. Il y a plein de championnes qui n'ont pas de médaille, ce soir j'en ai une autour du cou. Je savoure", a estimé la native de Morlaix. Comme en finale à Moscou en 2015, et comme en quarts de finale à Rio de Janeiro aux Jeux olympiques en 2016, Berder a rendu les armes contre Velikaïa, cédant 15 touches à 10. "Ça fait beaucoup, c'est comme ça, c'est le sport. Ça veut dire que j'ai encore plein de marches à gravir, plein de choses à travailler", a-t-elle reconnu. "Mais ce soir, je vais m'octroyer le droit de savourer avec le collectif et avec tout le monde."

En demi-teinte

Velikaïa réalise un joli retour au sommet suite à une pause maternité, après sa médaille d'argent aux JO 2016. Elle s'était imposée en mai pour sa première compétition de reprise, et décroche à Novi Sad son quatrième titre continental après 2008, 2015 et 2016. Pour les escrimeurs français, la journée avait commencé en demi-teinte, avec des fleurettistes frustrés de manquer le podium. Le plus jeune, Maxime Pauty (24 ans), aura également été le plus proche de rentrer à la maison avec une médaille autour du cou.

Pour son premier grand championnat, il lui aura manqué une touche pour battre l'Italien Giorgio Avola (14-12) en quarts de finale, mais il s'est incliné à la touche décisive (15-14). La deuxième journée à Novi Sad sera consacrée à l'épée chez les messieurs, où Yannick Borel tentera la passe de trois après ses couronnements européens en 2016 et 2017, et les filles du fleuret, avec notamment Ysaora Thibus.

0
0