Valentina Vezzali est définitivement une championne exceptionnelle. A 34 ans, la légendaire fleuretiste italienne s'est offert un troisième sacre olympique consécutif après avoir décroché l'or à Sydney (2000) puis à Athènes (2004). La quintuple championne du monde a cependant dû batailler ferme pour signer cet exploit inédit. Après avoir facilement pris le dessus sur sa rivale Margherita Granbassi en demi-finale (12-3), elle a connu bien plus de difficultés que prévues face à la surprenante Nam Hyunhee en finale. La Sud-Coréenne, en tête à 30 secondes de la fin, était même toute proche de l'exploit. Mais l'expérience de Vezzali a fait la différence.

L'Italienne avait pourtant tout fait pour se rendre la partie facile. Comme à son habitude, elle avait démarré très fort pour mener 3 touches à 0 à l'issue de la première manche. Mais Hyunhee a prouvé que sa victoire en demi-finale sur l'autre légende italienne du fleuret, Giovanna Trillini, n'était pas due au hasard. Après avoir réduit son retard (4-3) au terme de la deuxième période, la Sud-Coréenne au palmarès vierge a fait une remontée sensationnelle pour mener 5-4 à 45 secondes de la fin de l'assaut. Dos au mur, Vezzali a régi en championne. Après avoir égalisé dans la foulée, l'Italienne a su porter la touche fatale à 4 secondes de la fin pour s'imposer 6-5.

Pékin 2008
Les larmes de Maitrejean
11/08/2008 À 06:40

Granbassi en bronze

Peu de temps auparavant, Granbassi avait apporté une nouvelle médaille à l'Italie en décrochant le bronze face à Trillini. Vice-championne du monde en 2007, la Triestine n'a jamais été vraiment inquiétée par son expérimentée compatriote. A 38 ans, Trillini rêvait d'une nouvelle médaille d'or, 14 ans après son sacre à Barcelone. Elle rentre finalement bredouille des épreuves individuelles, mais il parait improbable qu'elle ne ramène pas une nouvelle breloque avant la fin des Jeux. Avec trois représentantes en demi-finale, il faudrait en effet un cataclysme pour que l'Italie ne décroche pas l'or sur les épreuves par équipes.

Seule Française engagée sur le fleuret féminin, Corinne Maîtrejean est sortie par la petite porte dès les huitièmes de finale, alors qu'elle était tête de série numéro 8 du tableau. Exemptée du premier tour, elle avait pourtant réalisé une bonne entrée en matière face à l'Américaine Erinn Smart (15-9) en 16e de finale. Au coude à coude avec l'Allemande Katja Waechter, la Française a complètement craqué dans la dernière manche pour finalement s'incliner logiquement (10-15), quittant l'épreuve individuelle en larmes. Celles de Vezzali sur le podium avaient un goût beaucoup moins amer.

DECLARATION : Valentina Vezzali (ITA/championne olympique)

"Ce que je ressens est très fort, j'ai du mal à l'expliquer, personne ne peut sans doute comprendre, d'autant que la finale a été difficile, sans doute la plus difficile des trois que j'ai gagnées, car je me suis retrouvée menée 4 à 5 (à 42 secondes de la fin). J'espère qu'on va reconnaître mon travail, j'ai tout donné à ce sport. Je pense à mon père qui, là-haut, doit être très content et aussi à mon premier entraîneur. Je veux remercier en premier mon fils, car il m'attend à la maison. Quand il a vu que je faisais ma valise pour partir en Chine, il m'a dit: "Si tu veux, je prends mon fleuret en plastique et je viens avec toi". Je remercie aussi mon mari, mon maître d'armes, tout le monde, car dans la vie, on travaille en équipe et c'est comme cela qu'on gagne même quand parfois cela parait impossible".

Pékin 2008
Sanson : "Ce n’est pas une revanche"
17/08/2008 À 17:45
Pékin 2008
Flessel pourrait poursuivre
17/08/2008 À 12:53