Eurosport

Sabre – Grand Prix de Moscou : Sanguk Oh-dessus du lot !

Sabre – Grand Prix de Moscou : Sanguk Oh-dessus du lot !

Le 12/05/2018 à 20:54

Impérial tout au long de la journée, Sanguk Oh décroche, ce samedi, le Grand Prix de Moscou, son deuxième de la saison.

Comme le reste de ses adversaires, Luca Curatoli n’a rien pu faire en finale face au sabreur sud-coréen (8-15). Le Français Vincent Anstett a failli créer l’exploit face au numéro 1 mondial.

Oh, mais quelle saison ! Une nouvelle fois dominateur, Sanguk Oh s’est offert dans la capitale moscovite son troisième titre de l’exercice 2017-2018, après s’être déjà adjugé la Coupe du monde de Györ en Hongrie et le Grand Prix de Cancún au Mexique, en décembre dernier.

À 21 ans, le Sud-Coréen fait désormais figure d’épouvantail dans le sabre mondial, son compatriote Bongil Gu, actuel n°1 de la discipline, a du souci à se faire. En finale, Oh n’a fait qu’une bouchée de Luca Curatoli, avalé 15 touches à 8 !

Vainqueur ici-même l’an passé de son unique Grand Prix en carrière, l’Italien se plaît décidément bien à Moscou. Mené 10 touches à 7 en demi-finale, il avait su totalement renverser la vapeur pour faire tomber Gu : 15-11 ! Décevant chez lui au Grand Prix de Séoul, ce dernier s’est néanmoins rassuré en signant un nouveau podium. Au tour précédent, il était toutefois déjà passé tout près de la correctionnelle.

Anstett, un Gu d’inachevé

Meilleur Français du tournoi, Vincent Anstett fut en effet tout proche de créer la sensation face au numéro 1 mondial, en quarts de finale. Excellent en riposte et offensif quand il le fallait, le tireur tricolore a su déstabiliser son adversaire également par ses petits sauts de cabri.

Comme lorsque Gu fut poussé dans ses retranchements en bout de piste, obligé de finir en grand écart. Mais malgré une belle avance (11-6), ça n’a malheureusement pas suffi. Après un dernier arrêt de jeu en raison d’un saignement à la main gauche, Anstett, qui a quasiment fait toute la course en tête, s’est finalement incliné sur une ultime parade-riposte du Sud-Coréen (14-15). Cruel.

Même épilogue dans le quart qui a opposé Mojtaba Abedini à Hansol Ha pour la victoire finale de l’Iranien (15-14), qui subira ensuite, comme tout le monde, la loi de Oh (9-15). C’est finalement le Français Boladé Apithy qui lui a offert le plus de résistance, en s’inclinant 12-15 en huitièmes. Du côté du reste de nos tireurs, Maxime Pianfetti, Baptiste Dubarry, Edern Annic, Maxence Lambert et Nicolas Rousset ont tous vu leur course se stopper au stade des 32es de finale.

S’il y avait trois Sud-Coréens dans le tableau final de 8, à signaler qu’il n’y avait en revanche aucun Hongrois. Aron Szilagyi et Andras Szatmari, respectivement numéros 2 et 4 mondiaux avant ce tournoi, ont chuté en 8es.

Il ne restera à tout ce beau monde que la Coupe du monde de Madrid, le week-end prochain, pour peaufiner les derniers réglages avant les différents Championnats continentaux qui auront lieu en juin. Du 16 au 21 juin 2018 à Novi Sad (Serbie) pour l’Europe. Ce dimanche, place à l’épreuve féminine à Moscou.

0
0