Monumental, indécent, extraordinaire ! Les qualificatifs manquent pour définir l’exploit qu’a réalisé, ce dimanche, Romain Cannone en finale du tournoi olympique d’épée. Totalement inattendu à ne niveau de la compétition, le Français a terrassé en finale le numéro 1 mondial et champion du monde en titre hongrois Gergely Siklosi (15-10), pour offrir à la France la première médaille d’or de ces Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

Cannone en or : la 15e touche du sacre et l'explosion de joie du clan français

Premier titre depuis 1992

Tokyo 2020
Lefort : "on était en mission"
03/08/2021 À 16:48
Sans aucun complexe et après un parcours remarquable tout au long de la journée, où il a notamment éliminé un ex-champion olympique, Cannone a déjoué tous les pronostics pour succéder à la légende Éric Srecki, dernier vainqueur tricolore de l’épreuve individuelle lors des JO de Barcelone en 1992.
Comme pour chacune de ses joutes depuis son entrée en lice, le Français de 24 ans a pris le dessus dès l’entame de son combat. Classé 47e mondial, Romain Cannone n’a pas hésité à se montrer offensif très rapidement face au plus grand adversaire qu’il pouvait affronter, usant notamment de la technique dite du “petit bonhomme” qui consiste à attaquer en s’accroupissant.
Face à l’explosivité du benjamin de l’équipe de France d’escrime, Gergely Siklosi a mis quelques touches avant d’entrer réellement dans sa joute. Une fois la mesure prise de son concurrent, le Hongrois est donc parvenu à recoller à la fin du premier tiers-temps (5-5). Mais c’est bien dans la deuxième partie de ce combat que Cannone a fait exploser le Magyar.

Romain Cannone, en finale à l'épée - 25/07/2021

Crédit: Getty Images

Un finish de patron

Tandis que les touches double se succédaient, le Français n’a aucunement tenté de gagner du temps et a préféré lancer plusieurs contre-attaques en déséquilibre pour tromper Siklosi par trois fois consécutivement. Dans les ultimes secondes du deuxième acte, l’épéiste tricolore a même surpris le Hongrois en le touchant au pied, alors que le chronomètre affichait trois secondes restantes.
Une percée qui lui a permis de s’envoler au score et de s’offrir un matelas conséquent avec 4 touches de titre (14-9). Deux touches plus tard, celui qui ne devait être que remplaçant des Bleus s’est converti en champion olympique. Une consécration qui est venue sauver la journée noire de ses coéquipier(es), tous et toutes éliminé(e)s avant le stade des quarts de finale.
Désormais, avec un champion du monde qui a raté son olympiade, Yannick Borel, et un jeune escrimeur de talent paré d’or pour sa première olympiade, l’équipe de France a de quoi nourrir de grands espoirs dans la compétition par équipe, qui aura lieu jeudi, dans laquelle ils ont un titre à défendre.

La première Marseillaise a résonné à Tokyo : le podium de Cannone

Tokyo 2020
Lefort : "La force de cette équipe, c'est que chacun connaît son rôle"
03/08/2021 À 06:48
Tokyo 2020
Berder au JO Club : "On aurait pu aligner deux ou trois équipes de France de sabre"
02/08/2021 À 14:36