AFP

Bol d'Or : La Honda numéro 1 du trio Foray, Di Meglio et Hook s'impose

Honda renoue avec le succès, vingt-deux ans après
Par Eurosport

Le 16/09/2018 à 14:58Mis à jour Le 16/09/2018 à 16:40

BOL D'OR - La Honda numéro 1 pilotée par le trio Foray, Di Meglio et Hook a remporté l'édition 2018 sur le circuit du Castellet. L'écurie japonaise ne s'était plus imposée dans l'épreuve depuis 1996.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

L'équipe Honda TSR menée par Josh Hook, Freddy Foray et Mike Di Meglio a remporté dimanche la 82e édition du Bol d'Or, mythique course de moto sur 24h, accentuant la domination du constructeur dans la compétition (17 victoires), 22 ans après son dernier titre glané en 1996.

Toujours dans le trio de tête, le team Honda a bataillé jusqu'aux derniers instants avec la moto N.7 de Yamaha, pilotée par Broc Parkes, Niccolo Canepa et Marvin Fritz,(à 54 secondes), mais renoue finalement avec la victoire sur le circuit Paul Ricard du Castellet (Var). La Yamaha n°13 de Danny Webb, Mathieu Lagrive et Sheridan Morai complète le podium.

Longtemps en tête et en lice pour un doublé après une victoire en 2017, la moto Suzuki numéro 2 pilotée par Gregg Black, Vincent Philippe et Étienne Masson n'a pas réussi à conserver son titre et se classe à la 5e place de la course.

Vidéo - Bol d'Or : le triomphe de la Honda numéro 1 en images

02:39

De Puniet malchanceux

La grande déception du jour est pour Randy de Puniet au guidon de la Kawaski numéro 11, en tête à trois heures de l'arrivée mais qui a subi un problème mécanique. Classé à la 7e place, le Français, ancien pilote de Grand Prix, est décidément malchanceux depuis ses débuts en endurance en 2016 où il avait terminé à la 2e place du Bol d'Or. A noter aussi l'impressionnante chute du Français Manu Dagault au volant de la moto N.40 à deux heures de l'arrivée. A 30 minutes de la fin de la course, c'est la moto N.33 qui s'est couchée et s'est enflammée. Les deux teams ont dû abandonner.

Cinquante-neuf équipages de trois pilotes, écuries officielles des grands constructeurs (Honda, Suzuki, Kawasaki, BMW et Yamaha), privées et semi-privées, s'étaient inscrites pour participer à la compétition qui ouvre la saison 2018-2019 du Championnat du monde d'endurance motocycliste (EWC). Les écuries japonaises monopolisent les premières places avec 46 titres depuis la création de l'épreuve en 1922.

0
0