Eurosport

NFL - Seattle Seahawks - Denver Broncos (43-8) : Les 12 stats à retenir du Super Bowl XLVIII

Les 12 stats à retenir du Super Bowl XLVIII

Le 03/02/2014 à 16:01Mis à jour Le 03/02/2014 à 17:48

Du drôle de record de Peyton Manning aux dessous du carton "offensif" des Seahawks, voici les 10 statistiques frappantes du sacre de Seattle face à Denver dans le 48e Super Bowl.

2,6. Le nombre de yards gagnés en moyenne sur chaque course par Marshawn Lynch. Le running back des Seahawks, annoncé comme un des joueurs clés de ce Super Bowl, a finalement tenu un rôle mineur. En dehors d'une course de 18 yards, Lynch n'a jamais trouvé l'ouverture, cumulant seulement 21 yards sur ses 14 autres portées de balle. Si on avait dit aux Broncos qu'ils limiteraient Lynch à 39 yards sur le match, ils auraient probablement cru que ce serait bon signe pour eux. Mais c'est ailleurs que Seattle a fait la différence. Et quelle différence !

4. Un linebacker MVP? Ce n'était plus arrivé depuis Ray Lewis en 2001. Malcolm Smith a reçu cet honneur dimanche et ce n'est pas volé. Il symbolise la mainmise de la défense de Seattle sur ce Super Bowl. Son interception, qui a débouché sur un touchdown, a scellé définitivement le sort du match dans le deuxième quart-temps. Smith a littéralement explosé ces dernières semaines. Lors de ses 44 premiers matches en NFL, playoffs, compris, il n'avait pas singé la moindre interception. Il vient d'en réussir... quatre sur ses cinq dernières rencontres.

5. Russell Wilson a finalement relativement peu pesé sur les débats. Le jeune quarterback des Seahawks a pourtant livré un match très propre statistiquement. Et même un peu plus: il est devenu le cinquième QB à compiler à la passe au moins deux touchdowns, 200 yards et 70% de passes complétées dans un Super Bowl. Il est en très bonne compagnie puisqu'il rejoint dans ce club Phil Simms, Drew Brees, Joe Montana et Troy Aikman. Des cinq, Wilson est le seul à ne pas avoir été désigné MVP du match. Sans doute parce que ces deux touchdowns sont arrivés alors que Seattle avait déjà plié le match depuis longtemps.

5. Denver est désormais seul dans une catégorie peu enviable: celle du plus grand nombre de défaites au Super Bowl. Les Broncos sont devenus dimanche les premiers à compter cinq revers dans la grande finale NFL. Et quand ils perdent, les joueurs du Colorado ne font pas semblant puisque trois de ces défaites figurent parmi les cinq plus lourdes de l'histoire du Super Bowl.

Denver Broncos offensive coordinator Adam Gase (L) checks his clipboard as quarterback Peyton Manning (18) throws a pass during practice (Reuters)

Denver Broncos offensive coordinator Adam Gase (L) checks his clipboard as quarterback Peyton Manning (18) throws a pass during practice (Reuters)Reuters

12. Des records, il y en a eu dans ce Super Bowl XLVIII. A commencer par celui de l'ouverture du score la plus rapide jamais vue: 12 secondes. Après le retour de kickoff sur les 14 yards, les Broncos se sont tirés une balle dans le pied dès le tout premier jeu offensif, lorsque le centre Manny Ramirez a effectué un snap trop hâtif qui a surpris Peyton Manning. Le ballon a filé dans l'en-but, obligeant Denver à concéder un safety et les deux points qui vont avec. Douze secondes, c'est une seconde plus rapide que le touchdown sur retour du coup d'envoi de Devin Hester, en 2007, avec Chicago. C'est le neuvième safety de l'histoire du Super Bowl, mais le quatrième en six ans. Il y a inflation...

16. Même si les Seahawks ont fait exploser le tableau d'affichage, il ne faut pas s'y tromper, ce n'est pas seulement l'attaque des hommes de Pete Carroll qui a été à l'origine de cette orgie. A tel point qu'au milieu du troisième quart-temps, alors que Seattle menait déjà 29-0, plus de la moitié de ces points ne provenait pas de l'escouade offensive. 16 d'entre eux avaient été l'oeuvre de la défense (un touchdown plus un safety, soit neuf points) ou des équipes spéciales (le retour de coup de pied de Percy Harvin). Seattle a d'ailleurs réussi un quadruplé jamais vu au Super Bowl avec un touchdown à la passe, à la course, en défense et sur équipe spéciale.

19. Il y a un membre de plus dans le cercle des champions. Seattle est la 19e franchise à apposer son nom sur le Vince Lombardi Trophy depuis la création du Super Bowl en 1967. C'était la deuxième participation des Seahawks battus en 2006 par Pittsburgh pour leur première apparition. Niveau merchandising, tout est déjà prêt.

21. Outre sa jeunesse (voir ci-dessous), ce qui caractérise l'effectif de Seattle, c'est son côté revanchard. 21 des 53 membres de l'équipe n'ont même pas été recrutés lors de la draft. Ce sont des oubliés, que les Seahawks ont ensuite récupéré au fur et à mesure. Même Russell Wilson, le quarterback de l'équipe, symbolise le côté affamé de ces joueurs désireux de montrer qu'ils valent mieux que ce qu'on voulait bien leur dire. Wilson, jugé trop petit, n'a été sélectionné qu'au troisième tour de la draft 2012. Tant mieux pour Seattle, qui a gagné dans l'affaire un quarterback de premier ordre à prix discount.

26,4. Non seulement Seattle a désormais officiellement la meilleure équipe de la NFL mais, en prime, les Seahawks disposent du plus jeune roster vainqueur du Super Bowl de toute l'histoire, avec une moyenne d'âge de 26,4 ans pour les 53 membres de l'effectif, dont aucun joueur n'avait jamais mis les pieds au Super Bowl. Les Seahawks peuvent-ils instaurer une dynastie? Ils semblent en tout cas partis pour durer, même si d'ici deux ans, le contrat taille XXL que ne manquera pas d'obtenir Russell Wilson à la fin de son engagement rookie contraindra forcément les dirigeants à faire des choix sur le reste de l'effectif, salary cap oblige. L'an prochain, les Seahawks tenteront déjà de devenir la première équipe en 10 ans à conserver leur titre.

34. Peyton Manning a vécu une soirée historique à New York. Si, si... Le quarterback des Broncos a complété 34 passes. Jamais personne n'avait fait aussi bien lors des 47 premières éditions du Super Bowl. Manning a effacé des tablettes Tom Brady, qui détenait le record depuis dix ans. Mais en 2004, lors de la victoire de New England face à Carolina, Brady avait été élu MVP. Manning en est resté très loin, bien évidemment. Son receveur Demaryius Thomas a d'ailleurs lui aussi battu le record de réceptions dans un Super Bowl. Comme quoi...

 Denver Broncos running back Knowshon Moreno (27) is tackled by Seattle Seahawks defensive end Chris Clemons (91) during the first quarter in Super Bowl (Reuters)

Denver Broncos running back Knowshon Moreno (27) is tackled by Seattle Seahawks defensive end Chris Clemons (91) during the first quarter in Super Bowl (Reuters)Reuters

43. Seattle a inscrit 43 points dimanche. Il y avait onze ans qu'une équipe n'avait plus franchi la barre des 40 points au Super Bowl. C'était Tampa Bay face à Oakland, en 2003. Paradoxalement, c'était  aussi la dernière fois qu'un défenseur a été désigné MVP du match.

0
0