DIVISION AFC EST
Pronostic Eurosport.fr
1. New England (14-2)
2. New York Jets (9-7)
3. Miami (7-9)
4. Buffalo (7-9)
. NEW ENGLAND PATRIOTS
Entraîneur: Bill Belichick
Titres: 3
Stade: Gillette Stadium (68.756 places)
Saison 2009: 11-5
Playoffs 2009: Non qualifié
Football US
Seymour à Oakland
06/09/2009 À 18:44
New England vient de vivre une saison improbable, à tous points de vue. On ne sait d'ailleurs ce qui reste le plus incroyable: avoir terminé avec 11 victoires et 5 défaites sans Tom Brady, ou avoir manqué les playoffs avec un tel bilan, chose est rarissime. Malgré l'absence de leur star, victime d'une rupture des ligaments croisés à un genou, les Patriots n'ont donc pas démérité avec un quarterback, Matt Cassell, qui n'avait plus débuté un match depuis le lycée. Le mérite en revient essentiellement à l'entraîneur Bill Belichick, ce génie du jeu. Cette année, retour à la normale. Tom Brady revient en pleine forme et cela suffit à installer à nouveau la formation bostonienne dans la peau du grandissime favori de cette saison.
Vainqueur du Super Bowl en 2002, 2004 et 2005, finaliste en 2008, New England vise un quatrième titre. L'équipe parait même encore plus forte qu'il y a deux ans, quand elle avait signé la saison régulière parfaite (16-0) avant de s'incliner sur le fil face aux Giants lors du Super Bowl. La défense, plus jeune et plus physique que l'an dernier, a les moyens d'être dominatrice (malgré le départ de Seymour à Oakland ce week-end) et l'attaque parait innarêtable. Randy Moss reste l'un des meilleurs receveurs de la Ligue et il a développé une réelle alchimie avec Brady. Les Pats ont qui plus est réussi une intersaison parfaite, avec une draft solide (pas de premier tour de draft mais quatre picks au deuxième tour et deux autres au troisième), et le recrutement de plusieurs free agents solides (Joey Galloway, Derrick Burgess, Chris Baker). Mais quand une équipe regroupe le meilleur coach en activité et l'un des plus grands quarterbacks de l'histoire du jeu avec, en prime, un effectif d'une grande richesse quasiment à tous les postes, difficile de ne pas se montrer optimiste...
____________________________________________________________________________________________
. NEW YORK JETS
Entraîneur: Rex Ryan
Titres: 1
Stade: The Meadowlands (80.242 places)
Saison 2009: 9-7
Playoffs 2009: Non qualifié
La page Brett Favre est tournée chez les Jets. Elle n'aura duré qu'un an et se sera achevée en eau de boudin. La catastrophique fin de saison new yorkaise a également entraîné le départ du coach, Eric Mangini, jugé responsable de cette faillite finale. New York avait donc besoin d'un nouvel entraîneur et d'un nouveau quarterback. Le premier a été trouvé du côté de Baltimore en la personne de Rex Ryan, l'excellent coordinateur défensif des Ravens. Une référence. Quant QB, les Jets l'ont récupéré via la draft et ils ont sans doute enfin déniché le leader de leur attaque pour les prochaines années. Mark Sanchez possède tout le répertoire, du bras à la vision du jeu en passant par un indéniable charisme. Il commettra les erreurs inhérentes aux rookies mais il peut devenir productif dès cette saison. Installé derrière une ligne offensive de premier choix, il pourra s'appuyer sur un jeu de course efficace à l'image de Thomas Jones.
Le plus gros problème pour Sanchez réside dans la faiblesse de son escouade de receveurs, le départ de Laveranues Coles pour Cincinnati laissant les Jets dépourvus de cible prioritaire digne de ce nom. Une carence sans doute rédhibitoire pour que New York devienne dès cette année une force majeure dans l'AFC. Mais si Sanchez tient ses promesses, les playoffs sont peut-être envisageables car la défense est très solide. Ryan a emmené dans ses bagages le linebacker de Baltimore Bart Scott, et la défense aérienne se voit sérieusement renforcée par le corner Lito Sheppard et le safety Jim Leonhard. Beaucoup d'éléments du puzzle sont en place, mais New England est hors de portée. Dans le meilleur des cas, les Jets peuvent donc briguer une des deux wild-cards pour les playoffs. Mais il manque probablement une année à cette équipe.
____________________________________________________________________________________________
. MIAMI DOLPHINS
Entraîneur: Tony Sparano
Titres: 2
Stade: Landhsark Stadium (75.192 places)
Saison 2009: 11-5
Playoffs 2009: 1er tour
La divine surprise de la saison dernière. Ridicule en 2008 (1 victoire, 15 défaites), Miami s'est miraculeusement redressé en remportant l'AFC Est avec 11 victoires l'an dernier et une qualification pour les playoffs à la clé. Deux hommes ont été décisifs dans ce retour au premier plan : le quarterback Chad Pennington et le coach rookie Tony Sparano, qui a su redonner vie au vestiaire et une âme à ce groupe. Mais le plus dur commence maintenant pour les Dolphins. L'effectif reste de qualité et prometteur. Le retour du linebacker Jason Taylor, après une saison d'exil à Washington, renforce la défense au sol et apporte encore un peu plus de leadership alors que la ligne offensive est solidifiée par l'apport du raider Jake Grove. Les principaux leaders, de Pennington à l'ancien Steeler, Joey Porter, sont toujours là. Même si les départs d'Andre Goodman et Renaldo Hill, deux titulaires indiscutables l'an passé, affaiblissent la défense aérienne, sur le papier, les Finns restent compétitifs et même sans doute un peu plus costauds globalement.
Pourtant, il est peu probable qu'ils retournent en playoffs cette année. Pour quatre raisons. D'abord parce que l'effet de surprise ne jouera plus. Désormais, Miami sera pris au sérieux. Partout, et tout le temps. Ensuite, le retour de Tom Brady place à nouveau New England au-dessus du lot. Les Patriots avaient échoué juste derrière Miami la saison dernière sans leur quarterback vedette. Ils seront devant cette fois. Troisième facteur jouant contre les Dolphins, ils ont bénéficié en 2008-2009 d'un indéniable facteur chance, en étant l'équipe la plus épargnée dans la NFL par les blessures. Leurs titulaires ont manqué un total cumulé de 46 matches, de loin le plus faible de la Ligue. A titre de comparaison, le total s'élevait à 186 matches pour New England. Enfin, et c'est sans doute le point le plus important, les Floridiens vont devoir se coltiner le calendrier le plus ardu de toute la NFL. Outre les six matches dans leur division, une des plus denses du pays, ils affronteront Atlanta, Indianapolis, San Diego, Carolina, Tennessee ou Pittsburgh, que des équipes présentes en playoffs l'an dernier. Ainsi sera le paradoxe des Dolphins: une meilleure équipe, mais un moins bon bilan…
____________________________________________________________________________________________
. BUFFALO BILLS
Entraîneur: Dick Jauron
Titres: 0
Stade: Ralph Wilson Stadium (73 967)
Saison 2009: 7-9
Playoffs 2009: Non qualifié
Les Bills ont gagné au début des années 90 une étiquette peu enviable de losers après avoir perdu quatre Super Bowls consécutifs, de 1991 à 1994. C'était pourtant une époque bénie pour Buffalo, qui possédait alors une grande équipe au jeu enthousiasmant à l'image du trident offensif Jim Kelly, Thurman Thomas et Andre Reed. Epoque bénie, peut-être, mais surtout lointaine. La franchise de l'état de New York peine à tutoyer à nouveau le très haut niveau et n'a plus disputé les playoffs de puis maintenant neuf ans. Au moins les Bills ont-ils enfin fait parler à l'intersaison en engageant l'un des joueurs les plus médiatiques (et des plus ingérables) en la personne de Terrell Owens. A 36 ans, T.O. n'a plus sa carrière devant lui, mais il offre à Buffalo un des meilleurs groupes de receveurs de la NFL en rejoignant Lee Evans et Josh Reed. Une bonne nouvelle pour le quarterback Trent Edwards, qui possède en prime un bon running back avec Marshawn Lynch.
Buffalo aura donc une attaque bien équilibrée au niveau de ses options malgré la faiblesse de sa ligne offensive. Sauf que, durant la présaison, elle s'est avérée catastrophique, au point de provoquer le limogeage du coordinateur offensif! Le secteur défensif, lui, a beaucoup souffert la saison passée de la faiblesse de son pas rush. Pas un seul joueur n'a réussi plus de quatre sacks. Le retour d'Aaron Schobel et l'arrivée du rookie Aaron Maybin devraient densifier ce secteur. Mais Buffalo n'a pas les moyens de venir contrarier New England. Si Terrell Owens se montre performant sur le terrain et irréprochable en dehors, l'attaque progressera, mais pas suffisamment. Dick Jauron, pour sa quatrième saison, joue gros. Pour que le coach ne passe pas à la trappe, les Bills ont besoin de gagner vite. Mais leur début de saison est terrible sur le papier, avec des matches contre New England, New Orleans ou Miami.
Football US
Les Jets passent
09/01/2011 À 08:22
Football US
Seattle, cancre en playoffs
03/01/2011 À 21:39