Tampa Bay n'avait plus mis les pieds au Super Bowl depuis 18 ans et sa victoire face à Oakland. Cette année-là, les Bucs avaient succédé au palmarès à New England, l'équipe d'un certain Tom Brady. Près de deux décennies plus tard, Brady est toujours là, à plus de 43 ans.
Après avoir disputé neuf Super Bowls avec New England (pour six victoires), le légendaire quarterback avait décidé l'an dernier de quitter son équipe de toujours pour rejoindre Tampa. Une saison lui aura suffi pour amener les Bucs à la grande finale. Dimanche soir, ils sont allés s'imposer à Green Bay (26-31), au terme d'un match qu'ils ont mené d'un bout à l'autre.
NFL
Deux matches de la prochaine saison délocalisés à Londres en octobre
12/05/2021 À 19:55

La fin d'une malédiction

Le 55e Super Bowl de l'histoire sera donc le 10e Super Bowl de l'invraisemblable carrière de Brady, mais aussi le tout premier disputé à domicile par un des deux protagonistes, puisqu'il se tiendra le 7 février au Raymond James Stadium de Tampa. C'est la fin d'une drôle de malédiction. Mais rien ne résiste à Tom Brady même si, dimanche, il a failli coûter cher à son équipe. Chirurgical dans la première moitié du match, il a ensuite lancé trois interceptions sur trois drives consécutifs (trois interceptions en sept passes, même), permettant aux Packers de croire à un improbable comeback.
Dès le premier drive du match, Brady a donné le ton et les premiers coups de poignard dans le dos de la défense de Green Bay. Deux conversions cruciales sur 3e tentative puis une passe millimétrée à destination de Mike Evans pour le touchdown inaugural. Green Bay a répliqué en début de 2e quart-temps, évidemment à la passe, lorsque le probable MVP de la saison Aaron Rodgers a expédié Marquez Valdes-Scantling à dame.

Choix discutable

C'est juste avant la pause que Tampa Bay a réussi le break, alors que le score n'était que de 14-10 : une interception de Rodgers dans la dernière minute du 2e quart-temps puis, sur le gong ou presque (à une seconde de la mi-temps), Brady s'est connecté avec Scotty Miller. 21-10. Cet enchainement terrible allait faire mal aux Packers d'autant que, juste au retour des vestiaires, à la suite d'un fumble, le quarterback des Bucs signait son 3e touchdown du jour.
A 28-10, cette finale de conférence semblait pliée pour de bon. Mais le réveil de l'attaque de Green Bay (deux longs drives bien menés pour deux touchdowns signés Rodgers), associé aux trois interceptions de Brady, a brusquement relancé un match que l'on pensait fini. Les Packers ont même eu une possession pour égaliser en fin de match mais ils ont préféré opter pour un field goal plutôt que de jouer la 4e tentative sur les 8 yards de Tampa. Choix discutable. Certes, ils revenaient à 31-26 au score, mais ils n'allaient jamais revoir le ballon en attaque.
Contraints de jouer à l'extérieur tout au long des playoffs, les Bucs se sont imposés à Washington, New Orleans et, donc, Green Bay. Sacrée performance qui, en dépit de ses quelques errements dimanche, portent le sceau de l'inimitable Brady. Dix Super Bowls... Aaron Rodgers, le grand Aaron Rodgers, espérait en jouer un 2e, dix ans après. Brady rules...

Tom Brady (Tampa Bay)

Crédit: Getty Images

NFL
Fusillade aux Etats-Unis : un ancien joueur NFL tue cinq personnes avant de se suicider
08/04/2021 À 16:40
NFL
La saison régulière passe à 17 matches par équipe
30/03/2021 À 21:48