Antonio Brown a refait des siennes. Une fois encore. Peut-être la fois de trop. Dimanche, lors du déplacement de Tampa Bay à New York pour affronter les Jets, le receveur des Buccaneers a quitté la pelouse en plain match. Au cours du troisième quart-temps, il a retiré son maillot, l'a jeté à terre, avant de s'en aller directement au vestiaire tout en saluant quelques fans de Tampa qui avaient fait le déplacement. Une scène ahurissante, qui n'est que le dernier épisode des frasques d'Antonio Brown.
Dès sa conférence de presse d'après-match, Bruce Arians, l'entraîneur des Bucs, avait annoncé que Brown, un des meilleurs joueurs à son poste au cours de la dernière décennie, ne porterait plus le maillot de la franchise floridienne. "Il n'est plus un Buc, fin de l'histoire. Parlons plutôt des gars qui ont gagné le match ce soir", avait-il dit. Selon ESPN, il n'avait toujours pas été officiellement viré lundi soir, Tampa étant encore en pourparlers avec la Ligue pour savoir comment mettre un terme à son contrat de la meilleure des manières. Une chose est sûre, on ne reverra plus le receveur aux 83 touchdowns en carrière avec le champion en titre.
NFL
375 M$ sur 10 ans : contrat astronomique pour Brady, futur consultant chez Fox Sports
12/05/2022 À 08:52
"C'était un moment très difficile. Je lui souhaite de bien se porter. J'espère que s'il a besoin d'aide, il en obtiendra. C'est très dur parce que je me soucie vraiment de lui", a dit Bruce Arians lundi devant la presse au lendemain de cet incident. S'il a refusé d'entrer dans les détails, Arians a estimé qu'il n'était pas nécessaire d'épiloguer, chacun ayant vu la scène : "C'est assez évident ce qui s'est passé. Il a quitté le terrain et c'est tout... Nous avons eu une conversation et il a quitté le terrain."
Je ne regrette pas de l'avoir fait venir
Selon NFL Network, Brown, souffrant d'une cheville, blessée plus tôt dans la saison, a demandé à ne pas entrer en jeu. "Je ne sais pas s'il était blessé, a répliqué Arians. A-t-il dit qu'il était blessé ? Non." Sur certaines images, on peut voir Mike Evans, le receveur numéro un des Bucs, tenter de raisonner Brown, avant de le laisser partir.
A 33 ans, la carrière déjà chaotique de Brown en NFL est désormais laissée en suspens, lui qui s'est déjà ouvert sur des troubles mentaux et traîne des problèmes extra-sportifs qui l'ont notamment vu ces dernières années régler un procès au civil pour des accusations de viol. Plus tôt cette saison, il a écopé d'une suspension de trois matches pour avoir utilisé une fausse carte de vaccination contre le Covid-19.
Brown avait rejoint les Buccaneers en octobre 2020, juste après avoir été suspendu huit matches pour mauvaise conduite. Une sanction résultant d'un incident survenu en janvier 2020 au cours duquel lui et son préparateur physique ont été accusés d'avoir violenté le conducteur d'un camion de déménagement. Auparavant, l'ancien Steeler (il a effectué la majeure partie de sa carrière à Pittsburgh avant de s'en aller avec pertes et fracas) avait manqué la quasi-totalité de la saison 2019 après avoir été renvoyé des New England Patriots après une seule apparition.
Malgré tout, son talent, immense, avait incité Tampa Bay à miser sur lui. Une forme de dernière chance. Bruce Arians le connaissait bien pour avoir été son coordinateur offensif à Pittsburgh lors de son arrivée en NFL. La saison dernière, même dans un rôle secondaire, Antonio Brown avait contribué au sacre de la bande à Tom Brady. "Je ne regrette pas de l'avoir fait venir", a assuré Arians lundi. A Tampa, pas sûr que grand-monde ne regrette non plus son départ.
L.V., avec AFP
NFL
Kaepernick prêt à accepter un rôle de remplaçant si une équipe veut de lui
19/04/2022 À 06:16
NFL
Les Washington Commanders accusés de malversations financières
13/04/2022 À 06:19