Quelle sera l'affiche du 56e Super Bowl de l'histoire, qui se tiendra le 13 février à Los Angeles, dans le flambant neuf SoFi Stadium, antre des Rams et des Chargers ? Premiers éléments de réponse lors de ce premier week-end de playoffs. Si les Green Bay Packers et les Tennessee Titans sont exemptés de ce "Wild-card round" après avoir terminé avec le meilleur bilan de leur conférence respective, les douze autres équipes qualifiées sont sur le pont de samedi à lundi.

CONFERENCE NATIONALE

NFL
Tampa et Brady se promènent contre Philadephie pour entamer leurs playoffs
HIER À 21:27
Tampa Bay Buccaneers (13-4) - Philadelphie Eagles (9-8)
Dimanche, 19 heures (heure française)
Opération "Grand Huit" pour Tom Brady. Après avoir conquis l'an dernier son septième trophée Vince Lombardi, le premier avec Tampa, le légendaire quarterback ne visera à nouveau rien d'autre que le sacre. Brady, 44 ans, n'a pas vraiment levé le pied cette saison, au point d'être à nouveau favori dans la course au titre de MVP. Les Buccaneers partiront largement favoris face à Philadelphie, dont la principale arme offensive, le jeu au sol, risque de se heurter au gros point fort de la défense floridienne, précisément la défense contre la course.
Offensivement, Tampa a perdu deux éléments importants, les receveurs Antonio Brown, viré par l'équipe il y a deux semaines après sa sortie de terrain improbable en plein match face aux Jets, et Chris Godwin. "Terrific Tom" pourra toutefois encore compter sur sa cible principale, Mike Evans, et sur son éternel compagnon d'armes, le tight end Rob Gronkowski. Les Bucs s'étaient imposés en saison régulière à la mi-octobre, mais le score avait été serré (28-22). Cela pourrait être à nouveau le cas dimanche, mais voir le tenant du titre chuter d'entrée constituerait une énorme surprise.
Dallas Cowboys (12-5) - San Francisco 49ers (10-7)
Dimanche (22h30, heure française)
Un choc historique entre deux des franchises les plus titrées de l'histoire. Mais c'est la première fois depuis 1995 que ce grand classique se tient en playoffs. San Franciso est miraculé. Menés 17-0 par les Rams lors du dernier match de saison régulière, les 49ers sont allés arracher leur place en playoffs au prix d'une folle fin de match et d'une victoire en prolongation.
La stat clé pour SF ? Le quarterback Jimmy Garoppolo a terminé sept matches cette saison sans lancer d'interception. Résultat, 7 victoires. A l'inverse, San Francisco est à 2-6 quand son maître à jouer est intercepté au moins une fois. En face, le cornerback de Dallas Trevon Diggs a signé 11 interceptions cette année. Du jamais vu depuis 40 ans.
Les deux équipes disposent de playmakers en attaque (Deebo Samuel notamment est dans une forme explosive à San Francisco) et malgré l'avantage du terrain, les Cowboys ont peut-être hérité du pire adversaire pour un tour de wild-card. Le quarterback Dak Prescott, excellent cette saison, doit maintenant se montrer à la hauteur dans un contexte sous haute tension pour justifier les espoirs du public texan.
Los Angeles Rams (12-5) - Arizona Cardinals (11-6)
Dans la nuit de lundi à mardi (2h15, heure française)
Arizona a longtemps été l'équipe la plus "hot" de la NFL cette saison. Mais après avoir remporté sept de leurs huit premiers matches, les Cardinals ont amorcé une dégringolade progressive. Ils restent sur quatre défaites lors de leurs cinq dernières sorties. Pas vraiment l'élan idéal avant d'aborder les playoffs. Mais les Rams ont eux bouclé leur campagne en chutant à domicile face à San Francisco, lâchant un match qu'ils maîtrisaient tranquillement.
La défense californienne dispose d'atouts incroyables à tous les étages : Aaron Donald en ligne défensive, le linebacker Von Miller, et le cornerback Jalen Ramsey. Mais le secondary des Rams est aussi perturbé par des blessures. En attaque, Matthew Stafford reste une énigme. Si l'ancien numéro un de la draft a connu une saison prolifique au plan statistique, certains de ses lancers interpellent (17 interceptions). Surtout, son expérience en playoffs reste limitée.
La bonne nouvelle pour Arizona ? Peut-être le fait de jouer à l'extérieur. Les Rams n'ont pas la "fanbase" la plus solide du pays et les Cards se sont montrés bien plus efficaces loin de leur antre cette saison (8 victoires en 9 déplacements) qu'à domicile (3-5). Les deux matches de saison régulière entre les deux formations ont d'ailleurs débouché sur une victoire de l'équipe visiteuse.

Matthew Stafford sera-t-il à la hauteur pour les Rams ?

Crédit: Getty Images

CONFERENCE AMERICAINE

Cincinnati Bengals (10-7) - Las Vegas Raiders (10-7)
Samedi, 22h30 (heure française)
Le match qui va ouvrir ces playoffs 2022. Deux équipes qui n'en peuvent plus d'attendre un succès en après-saison. Le dernier succès de Cincinnati remonte à plus de... 30 ans. 18 ans pour les Raiders. Les Bengals sont une équipe en pleine ascension, dans le sillage de l'explosif tandem offensif composé par le quarterback Joe Burrow et le receveur rookie Ja'Marr Chase (qui a battu le record de yards à la réception pour un débutant).
La franchise de Las Vegas a quant à elle alterné le très bon et le médiocre cette saison, mais en battant sur le fil les Chagers dimanche dernier, elle a composté son billet pour les playoffs. Une première depuis cinq ans. Maxx Crosby et Yannick Ngakoue, les deux "pass-rushers" du Nevada, devront mettre un maximum de pression sur Joe Burrow. Enfin, un élément à surveiller : Cincinnati est l'équipe la plus disciplinée de la Ligue, alors que les Raiders affichent le troisième plus gros total de pénalités cette saison.
Buffalo Bills (11-6) - New England Patriots (10-7)
Dans la nuit de samedi à dimanche (2h15, heure française)
Et si c'était le match... le plus froid de l'histoire de la NFL ? Les Etats-Unis s'attendent à un nouvel "Ice Bowl" la nuit prochaine à Buffalo, où les Bills reçoivent New England pour un savoureux duel entre deux équipes de la même division (AFC Est), ce qui offre toujours un sel supplémentaire à une rencontre de playoffs. Le mercure affichera au "maximum" -12° et devrait chuter jusqu'à -17° ! "Ce n'est amusant pour personne de jouer par ces températures, juge Josh Allen, le quarterback des Bills. Quand vous vous retrouvez au sol après un plaquage, ça fait encore plus mal. Mais plus qu'une barrière physique, c'est une barrière mentale. Il faut passer au-delà."
Peu importe le temps, il faudra effectivement jouer ce match et il s'annonce indécis. Ce sera le troisième affrontement de la saison (et le troisième en à peine plus d'un mois) pour les deux équipes, chacune s'étant imposée... à l'extérieur. Buffalo aura l'avantage du terrain samedi, mais ce n'est donc pas une garantie. Les Patriots ont vite digéré le départ de la légende Brady, avec son successeur au poste de QB, Mac Jones. Léger avantage tout de même sur le papier aux Bills, forts de leur expérience de l'an dernier, où ils s'étaient approchés du Super Bowl en atteignant la finale de conférence.
Kansas City Chiefs (12-5) - Pittsburgh Steelers (9-1-7)
Dans la nuit de dimanche à lundi (2h15, heure française)
Sacrés il y a deux ans, à nouveau présents au Super Bowl l'an dernier (défaite contre Tampa Bay), Kansas City va tenter de faire une troisième fois de suite la loi dans l'AFC. Les Chiefs ont longtemps inquiété cette saison (ils avaient perdu quatre de leurs sept derniers matches), avant d'opérer un "turnaround" spectaculaire, aussi bien en attaque, où Patrick Mahomes a retrouvé de sa superbe, qu'en défense. Résultat, huit victoires consécutives et une qualification tranquille pour les playoffs.
Kansas City reçoit Pittsburgh pour entamer son chemin vers Los Angeles. C'est peu dire que les hommes d'Andy Reid sont favoris. Des 14 équipes engagées en playoffs, Pittsburgh est sans doute la plus faible sur le papier. Son attaque, anémique, est menée par Ben Roethlisberger, qui est à quelques semaines de son 40e anniversaire et peut-être à quelques heures de la retraite, puisqu'il s'agit de sa dernière saison. Les Steelers ont été étrillés au même endroit il y a seulement trois semaines. Mais la troupe de Mike Tomlin n'aura rien à perdre et elle compte en T.J. Watt celui qui sera peut-être élu meilleur défenseur de l'année.

Patrick Mahomes (Kansas City Chiefs)

Crédit: Getty Images

NFL
Buffalo lamine New England, Cincinnati 31 ans après
16/01/2022 À 09:20
NFL
Aux Etats-Unis, la toute-puissante NFL écrase tout sur son passage, même la NBA
13/01/2022 À 22:30