21 août 2021. Cincinnati vient de jouer et de perdre son deuxième match de présaison à Washington. Pour la deuxième fois, Ja'Marr Chase n'a pas capté la moindre passe. Ciblé à quatre reprises, il a commis quatre "drops" et laissé tomber le ballon par terre. La NFL ricane gentiment. Les Bengals, sans l'avouer, commencent, eux, à se poser quelques questions. Le potentiel de Chase est gigantesque, son physique démentiel, mais s'il n'est pas foutu d'attraper le ballon, à quoi bon ? Le label "bust" (un flop) commence doucement à flotter autour du rookie.
Quatre mois plus tôt, lors de la draft, certains s'étaient déjà interrogés sur la pertinence du choix de la franchise de l'Ohio, qui avait jeté son dévolu sur le receveur de LSU, sélectionné en 5e position. Ce n'était pas tant un acte de défiance envers Chase qu'un regret de ne pas avoir vu Cincinnati opter pour un joueur de ligne offensive, chargée de protéger le quarterback Joe Burrow. Le numéro un de la draft 2019 a déjà dévoilé tout son potentiel, mais il sort d'une grave blessure au genou et aucun QB n'a été plus sacké que lui lors de ses trois premières années dans la Ligue.
NFL
Kaepernick s'entraîne avec les Raiders
25/05/2022 À 22:02

Ja'Marr Chase (Cincinnati Bengals)

Crédit: Getty Images

600 jours sans jouer

Autre problème, après avoir décidé de ne pas s'aligner lors de sa dernière saison à l'université (les joueurs avaient la possibilité de le faire en raison du Covid-19, aussi bien en NFL qu'en NCAA, mais dans son cas, c'est surtout la crainte d'une blessure avant la draft qui l'avait motivé), Chase n'a plus joué en match officiel depuis plus de 600 jours. L'adaptation au jeu NFL constitue déjà un défi pour tout débutant, mais le concernant vient se greffer un indéniable problème de rythme. Pour expliquer ses soucis, l'intéressé avance une explication :
"Le ballon en NFL est différent, il est plus gros. Il n'y a pas non plus les bandes blanches sur le côté. Cela fait que l'on ne voit pas correctement le ballon arriver. On est obligé d'essayer de voir les lacets, et c'est difficile car le ballon est marron et possède seulement six lacets blancs. Mais je vais m'adapter Il n'y a pas d'excuses à trouver, je dois juste jouer comme un professionnel et capter ce ballon."
Le ballon NFL est effectivement un poil plus volumineux que celui utilisé en NCAA, mais la différence est minime et l'explication ne convainc pas grand-monde. Lorsque débute la saison régulière, le cas Ja'Marr Chase suscite donc, au minimum, un certain scepticisme.

Des records dans tous les sens

12 septembre. Ouverture de la saison. Cincinnati s'impose 27-24 face à Minnesota. Pour le premier match officiel de sa carrière, Chase termine avec 101 yards en 5 réceptions, dont un touchdown. Lorsqu'il se présente en conférence de presse, Joe Burrow a une idée en tête et quelques comptes à régler. "Alors, il parait que ce mec ne peut pas capter le ballon ?", lance le quarterback avec une pointe de sarcasme.
Si la star de l'attaque des Bengals monte au créneau, c'est d'abord parce que les deux hommes sont proches. Formés tous les deux à LSU, ils ont été coéquipiers chez les Tigers. Burrow, consulté lors de la draft, a insisté pour que sa franchise sélectionne le receveur. Puis, lorsque Chase a connu ses soucis en présaison, il s'est chargé personnellement de l'aider. Des séances quotidiennes de trois-quatre heures après l'entraînement. De longues discussions, aussi. Un lien spécial unit ces deux-là depuis leur unique saison commune à LSU, avant le départ de Burrow chez les pros.

Joe Burrow et Ja'Marr Chase à LSU, en NCAA, en 2018.

Crédit: Getty Images

Six mois après ses déboires estivaux, plus personne ne rit ou ne doute de Ja'Marr Chase. Pour la première fois depuis 33 ans, Cincy disputera dimanche le Super Bowl, et Chase a joué un rôle majeur dans la saison de rêve des Bengals. Désigné rookie de l'année ce jeudi, "Uno" (son surnom, en raison de son numéro de maillot, mais aussi parce qu'il est né le 1er mars et que ses parents sont tous les deux nés un "1er", eux aussi) a accompli une des plus extraordinaires saisons de l'histoire pour un débutant.
Sa ligne de stats est effarante : 81 réceptions, 13 touchdowns et surtout 1455 yards, du jamais vu dans l'ère Super Bowl et seulement à 45 yards du record absolu détenu par Bill Groman en 1960. Sur certains matches, il est même devenu inarrêtable. Face à Kansas City, lors de l'avant-dernière journée de la saison régulière, il a battu le record de yards pour un receveur débutant (266). Et il n'a pas peur des "big games". La preuve, en playoffs, il a enchaîné deux rencontres à plus de 100 yards. Là encore, du jamais vu chez un rookie. Les compteurs s'affolent, encore et encore.

Confiance aveugle

Ja'Marr Chase est d'ores et déjà un des meilleurs receveurs de la NFL et son tandem avec Burrow devrait martyriser les défenses adverses dans la décennie à venir. Non, Cincinnati ne s'est pas trompé. Dans l'absolu, il est possible de considérer qu'un "offensive tackle" est un poste plus important que celui de "wide receiver".
Surtout quand on a besoin, comme les Bengals, de protéger un jeune quarterback qui vient de subir, très tôt dans sa carrière, une grave blessure au genou. Mais Chase est un "playmaker" comme on en voit peu, un joueur qui change à lui seul la dimension d'une attaque. Les playoffs ont justifié presque par l'absurde le choix des Bengals. Face à Tennesse, Burrow, très exposé, a été sacké à neuf reprises, un record, mais cela n'a pas suffi pour que les Titans passent.
Reste que même Cincinnati a été bluffé par son impact et ses accomplissements, semaine après semaine, à l'image de l'entraîneur en charge des receveurs, Troy Walters. "Ce qu'il a réussi à faire depuis le début de la saison est incroyable, confiait-il fin octobre. Voir la façon dont il a progressé depuis son arrivée au camp d'entraînement au mois de mai, dont il a surmonté ses problèmes en présaison, c'est vraiment spécial."
Spécial, Ja'Marr Chase l'est sans aucun doute. Si les Bengals doivent soulever le trophée Vince Lombardi dimanche à Los Angeles, cela passera sans doute par un nouveau gros match de leur jeune receveur vedette. Comme ce fut le cas à Tennessee ou Kansas City. Vous pouvez être sûrs que Joe Burrow n'hésitera pas à chercher encore et encore son ex-partenaire à LSU, y compris, et même surtout, dans les moments décisifs du match. "On appliquera la stratégie 'Et puis merde, je lance le ballon et Ja'Marr fera le reste'", rigole le quarterback.
Au-delà de la plaisanterie, un témoignage de la confiance unique qui lie le passeur et son receveur. "J'ai prévenu les défenses toute la saison : si vous êtes en un contre un face à lui, bon courage !" Les Rams, eux, vont tenter de réussir là où tout le monde a échoué ces derniers temps : mettre en place un plan anti-Chase. Bon courage, en effet.

Ja'Marr Chase dans ses oeuvres face à Jansas City, le 2 janvier 2022.

Crédit: Getty Images

NFL
375 M$ sur 10 ans : contrat astronomique pour Brady, futur consultant chez Fox Sports
12/05/2022 À 08:52
NFL
Kaepernick prêt à accepter un rôle de remplaçant si une équipe veut de lui
19/04/2022 À 06:16