Football
Ballon d'Or FIFA

Messi par K.O.

Partager avec
Copier
Partager cet article

Sawa, messi, 2012

Crédit: AFP

ParEurosport
09/01/2012 à 21:04 | Mis à jour 09/01/2012 à 22:28

L'étude attentive du détail des votes montre que contrairement à l'année dernière, la victoire de Lionel Messi ne souffre aucune contestation. L'Argentin a triomphé sur toute la ligne. Idem pour Pep Guardiola. L'analyse du scrutin offre aussi, au passage, quelques savoureuses pépites...

. MESSI A FAIT L'UNANIMITÉ

Il y a Ballon d'or et Ballon d'Or. Il y a un an, le deuxième sacre de Lionel Messi avait fait débat. Certains estimaient que Xavi ou Iniesta, ses compères espagnols du Barça, auraient dû décrocher le gros lot après leur victoire en Coupe du monde. Les votes avaient donc été beaucoup plus dispersés. Plus saisissant encore, Wesley Sneijder (finaliste de la Coupe du monde et auteur d'un triplé avec l'Inter), qui ne figurait pourtant pas sur le podium final, était arrivé en tête des votes chez les journalistes. Dans l'ancien système, où seuls les représentants des médias votaient, le Néerlandais l'aurait donc emporté. Ce sont les capitaines et les sélectionneurs des équipes nationales qui avaient fait pencher la balance vers Messi.

Ballon d'Or FIFA

Platini : "Messi est un tueur dans l'âme"

09/01/2012 À 20:27

Cette fois, ni débat ni controverse. Messi a mis K.O. tous ses adversaires. Il obtient une écrasante majorité dans chacune des trois composantes du corps électoral. Les médias, qui l'avaient "boudé" l'an passé, lui ont donné la plus large majorité avec 17.40% (sur les 33% réservés aux médias). Chez les capitaines et les joueurs, il recueille respectivement 14.45% et 16.03%. Au total, l'Argentin l'emporte donc avec 47.88% des suffrages, soit plus du double de Cristiano Ronaldo (21.6%). Le Portugais est lui-même un confortable dauphin, puisque Xavi, qui complète le podium, n'atteint même pas la barre des 10% (9.23 exactement). Contrairement à celui de l'année dernière, le classement 2011 apparait donc d'une extrême limpidité.

. GUARDIOLA, L'AUTRE RAZZIA

Si le triomphe de Lionel Messi est total, celui de Pep Guardiola l'est tout autant dans la catégorie entraîneurs. Comme son joueur, le technicien espagnol, devancé l'an dernier par José Mourinho, arrive très largement en tête chez tous les types de votants. Avec 41.92% des voix, il fait un peu moins bien que Messi. En revanche, l'écart sur le deuxième est presque exactement le même, puisque Sir Alex Ferguson arrive 26 points derrière son homologue catalan (15.61), Mourinho le suivant d'assez près (12.43%). A noter dans ce classement des entraîneurs la présence de deux Français parmi les dix premiers: Arsène Wenger, le manager d'Arsenal, se hisse à la huitième place, deux rangs devant Rudi Garcia, récompensé pour la belle année lilloise.

Crédit: EFE

. BLANC ET LLORIS ENTRE CLASSICISME ET ORIGINALITÉ

Petit coup d'oeil maintenant sur les choix de Laurent Blanc etHugo Lloris, appelés à voter en leur qualité de sélectionneur et capitaine de l'équipe de France. Concernant le Ballon d'Or, ils sont d'accord et, sans grande originalité, ont choisi Lionel Messi. Mais pour le reste, leur vote est plutôt iconoclaste. Lloris, solidarité oblige, a placé Iker Casillas sur la troisième marche du podium. Blanc fait plus fort avec une deuxième place pour Gerard Pique et une troisième pour Diego Forlan. Pas de Ronaldo ni de Xavi sur son podium personnel. Et dans la catégorie entraîneurs, ils sont dans le même tempo: Villas Boas est le coach de l'année pour Lloris, et Del Bosque pour Blanc.

Crédit: PA Photos

. LES PÉPITES DU SCRUTIN

En épluchant soigneusement le détail de tous les votes, on trouve quelques surprises, qui relèvent certes de l'anecdote, surtout compte tenu de l'ampleur des victoires de Messi et Guardiola, mais qui méritent quand même d'être soulignées. En voici quelques unes:

- Rancunier, Van Bommel? Il y a un an, le vote de Mark Van Bommel avait été invalidé, le capitaine de l'équipe des Pays-Bas ayant choisi deux Néerlandais dans son Top 3. Or il ne peut y avoir plus d'un vote par compatriote selon le règlement. Qu'à cela ne tienne. Cette fois, le milieu de terrain du Bayern a donné son Ballon d'or personnel à... Wesley Sneijder. Il est le seul, sur tous les votants, à avoir fait ce choix. Derrière, il place Messi et Ronaldo. Pas d'Espagnol, donc. MVB n'aurait-il pas digéré la finale du Mondial 2010?

Crédit: Eurosport

- 20e du classement final, Karim Benzema n'est pas le premier joueur Français puisque Eric Abidal a pris la 18e place. En revanche, l'attaquant du Real Madrid peut se targuer d'avoir été placé à la première place par deux votants. Adel Amrouche, le sélectionneur du Burundi, le met devant... Ozil et Eto'o, pour ce qui est peut-être le tiercé le plus surprenant de cette année. Son autre première place, Benzema la doit au représentant des médias de Djibouti.

- Les "solistes". Si Benzema a eu droit à deux premières places, huit joueurs ont tapé dans l'oeil d'un seul votant au point de se retrouver en première position. Il s'agit de Wesley Sneijder, évoqué plus haut, mais aussi de Cesc Fabregas, Daniel Alves, Wayne Rooney, David Villa, Mesut Ozil, Sergio Aguero et Thomas Muller.

Crédit: EFE

- Pour qui a voté Lionel Messi? Désormais capitaine de l'Argentine (depuis cet été), Lionel Messi n'a évidemment pas voté pour lui. Son choix s'est donc porté sur... Xavi. Presque naturellement, pourrait-on dire. Derrière, le triple Ballon d'Or a complété son podium personnel avec deux autres coéquipiers, Iniesta pour le Barça et Agüero pour la sélection albicéleste.

Ballon d'Or FIFA

Tant pis pour le Ballon d’or, Ibrahimovic a trouvé mieux en Suède

17/12/2013 À 07:06
Ballon d'Or FIFA

Deschamps sur Ribéry Ballon d'Or : "C'est l'esprit français..."

13/12/2013 À 10:01
Dans le même sujet
FootballBallon d'Or FIFA
Partager avec
Copier
Partager cet article