Deviner un onze de départ de l'équipe de France (comme de n'importe quelle équipe d'ailleurs) la veille d'un match de première importance, c'est un éternel jeu de chat et à la souris. Une sorte de tradition. Dans le cas de ces Bleus-là, et de ce match-ci, ça l'est encore davantage tant le chat, alias Didier Deschamps, a l'art de brouiller les pistes. Avant le barrage aller de Kiev, il ne s'agit pas seulement de savoir quels hommes prendront part au combat. Mais aussi dans quelle configuration ils l'aborderont. Alors que le sélectionneur tricolore semblait avoir trouvé une formule satisfaisante ces derniers temps avec son 4-2-3-1, le 4-3-3 a refait son apparition mercredi à Clairefontaine, lors du dernier entrainement des Bleus avant leur départ pour l'Ukraine. Et jeudi soir, les deux systèmes ont à nouveau été expérimentés, selon quelques fuites du huis-clos publiées par le site internet de L’Equipe.
Dans son ultime conférence de presse, au Stade Olympique de Kiev, DD a bien pris soin de ne rien confirmer sans rien infirmer non plus. Ni pour ni contre, bien au contraire. "Il y a plusieurs systèmes, avec chacun leurs avantages et leurs inconvénients", a soufflé l'ancien capitaine bleu. Certes. Quand on ose s'étonner du brusque retour en grâce du 4-4-3 à deux jours du match, il s'agace et abat la carte de l'ironie: "De toute façon, c'était à huis-clos, cet entrainement. Vous n'êtes pas censés savoir ce qu'il s'est passé". A côté de ça, il assure pourtant avoir clairement sa "tactique en tête pour demain (vendredi) soir".
Le tweet de Patrick Urbini
Barrages Coupe du monde
Valbuena remplaçant, ce n'est plus tabou
14/11/2013 À 12:20

Varane presque certainement out, Valbuena quasiment sur le banc

Contradiction ou volonté de ne pas en dire trop? "A la limite, reprend Deschamps, je n'ai pas très envie de rentrer dans les détails avec vous. L'équipe d'Ukraine peut s'adapter à ce qu'on voudra faire, et pareil pour nous. Mais oui, il y a plusieurs systèmes possibles." Un confrère insiste: "Pardon Didier, mais je vais prolonger la question du système...". Blasé, Deschamps coupe: "Alors je vais prolonger ma réponse..." On tente une autre hypothèse : celle des profils et des hommes disponibles. Le 4-3-3, s'il était finalement retenu, ne le serait-il pas pour s'adapter, non pas à la nature de l'adversaire, mais à ses propres impondérables ? Comme la méforme de Mathieu Valbuena, par exemple.
Elément important des Bleus en 2013, le Marseillais a été deux fois titulaire dans l'axe sur les trois derniers matches via le 4-2-3-1, en Biélorussie (2-4) et contre la Finlande (3-0), et joué la dernière demi-heure dans cette configuration face à l'Australie (6-0). Le 4-3-3 le condamne. Mercredi, dans cette configuration, le trio offensif était composé de Ribéry à gauche, Rémy à droite, et Giroud en pointe. Mais là encore, Deschamps s'inscrit en faux. "Tout ça, ce sont des interprétations, estime-t-il. C'est vous qui parlez de méforme de Mathieu Valbuena. Il est là. Si je le considérais en méforme, je ne l'aurais pas pris. Je compte sur lui, comme sur les autres." Pourtant, même dans le cas d'un 4-2-3-1, il semble que Samir Nasri tienne la corde face à Valbuena.
Dans ce brouillard, il y a néanmoins quelques certitudes. La défense sera composée, devant Hugo Lloris, de Debuchy à droite et Evra à gauche, avec une charnière Koscielny-Abidal. Sans parler de forfait, Didier Deschamps a laissé entendre jeudi soir que Raphaël Varane ne serait pas en mesure de jouer. "Il a un problème à un genou, il a à nouveau enflé et il est resté aux soins ces deux derniers jours. On voit au jour le jour avec lui." Pas question de jouer avec le feu pour un match d'une telle importance. Offensivement, Rémy, Ribéry et Giroud seront de la partie. Reste à savoir si Deschamps choisira de placer un joueur devant sa défense (donc en 4-3-3, sans doute avec Cabaye) ou... derrière son avant-centre (4-2-3-1, Nasri ou Valbuena). Il lui reste une nuit pour trancher.

Yohan Cabaye, Franck Ribéry, 2013

Crédit: Panoramic

Qualif. Coupe du monde 2014
Ballon d'Or : Valbuena vote Ribéry
12/11/2013 À 18:50
Qualif. Coupe du monde 2014
Pogba, Nasri, Rémy : leur rôle au coeur de la bataille de Kiev
12/11/2013 À 17:36