Keylor Navas : 7

Ca devient une habitude. Quand Paris souffre, il peut toujours compter sur son ange-gardien. Des mains sûres sur une frappe de Rafael (26e), une autre horizontale sur Visca (57e) et une parade exceptionnelle devant Turuc (71e). Rien que ça.

Ligue 1
Une minute de silence en hommage à Maradona avant PSG-Bordeaux
IL Y A 18 HEURES
  • En bref… Merci Navas.

47 tirs concédés en trois matches : "Indigne des ambitions parisiennes"

Alessandro Florenzi : 5

Intéressant en première période dans ses projections offensives et dans ses centres, notamment pour Mbappé (38e), il a baissé de rythme et d'intensité au fur et à mesure de la rencontre. S'il a globalement maîtrisé son couloir, il a fini sur les genoux en perdant des duels.

  • En bref… Précieux malgré tout.

Remplacé par Thilo Kehrer (74e).

Danilo Pereira : 6

A un poste qui n'est pas le sien, rappelons-le, le Portugais a assuré sur chacune de ses interventions avec beaucoup de calme et de lucidité. Sa taille fut un atout précieux sur les très nombreux centres turcs. Danilo a très souvent soulagé les siens, comme sur son sauvetage capital devant Crivelli (53e). Dommage que Paris n’exploite pas davantage ses relances.

  • En bref… De la taille et du sang-froid.

Presnel Kimpembe : 6

Sa présence physique a fait beaucoup de bien face à Crivelli. Dans les duels, il n'a jamais failli. Mais Kimpembe a parfois mal géré la profondeur. Des retours incisifs, une autorité naturelle : le Parisien a joué sur ses qualités. Sans prendre de risque mais en repoussant tout. C’est ce qu’on lui demande avant tout.

  • En bref… Un soldat.

Kimpembe et Danilo face à Crivelli

Crédit: Getty Images

Layvin Kurzawa : 6

En difficulté face à la vivacité de Visca en début de match, il a compensé par beaucoup de générosité dans ses courses. L'ancien Monégasque avait du coffre. Très haut et très agressif, Kurzawa a fait beaucoup de bien. Il manque toujours un peu de rigueur et de discipline, mais on peut difficilement lui en vouloir ce mercredi. Car lui au moins a joué le mors entre les dents.

  • En bref… Vaillant.

Remplacé par Mitchel Bakker (88e)

Marquinhos : 4

Sa première période fut un calvaire. Paris a laissé beaucoup trop de latitude à ses adversaires et il en fut le premier coupable, en se montrant incapable d'impulser un quelconque pressing. On attend du Brésilien qu'il oriente et donne de la largeur au jeu du PSG mais il a connu beaucoup trop de déchet dans son jeu long. Un peu plus à l'aise après la pause mais l'ensemble reste très fragile.

  • En bref… Sans Verratti à ses côtés, il souffre au milieu.

Ander Herrera : 4

Lui aussi a manqué d'intensité en défense et d'idée dans la transition. Bien sûr, il a signé quelques contres importants sur les frappes stambouliotes, mais on attend qu'il impulse un tempo et donne la direction à suivre.

  • En bref… Beaucoup trop neutre.

Remplacé par Idrissa Gueye (88e).

Neymar : non noté

Vingt-six minutes très neutres. Le Brésilien a tenté de prendre le jeu à son compte sans jamais y parvenir. Il lui a manqué des changements de rythme. Sa blessure aux adducteurs est une nouvelle tuile pour un effectif déjà largement décimé.

Neymar avec le PSG en Ligue des champions, 2020

Crédit: Getty Images

Remplacé par Pablo Sarabia : 4,5

Il s'est montré très disponible entre les lignes et les offensives sont souvent passées par lui. Mais quelle maladresse, à l'image de cette frappe complètement ratée à six mètres du but des Turcs (47e). A son crédit, son centre sur le deuxième but de Kean. Mais on attend plus de justesse pour celui qui fut déjà si précieux en C1.

  • En bref… Brouillon.

Angel Di Maria : 4

Sa première demi-heure totalement à l'envers laissait présager le pire malgré une bonne frappe (17e). Il est entré dans la rencontre à la sortie de Neymar et a commencé à proposer des solutions. Sa connexion avec Mbappé a fait peser une menace constante. Mais quel manque d'intensité quand Paris n'a pas le ballon…

  • En bref… Sur courant alternatif.

Remplacé par Rafinha (73e).

Kylian Mbappé : 6

Il n'a pas marqué mais il reste capital. Passeur décisif sur les deux buts, il a multiplié les offrandes gâchées notamment par Sarabia (46e, 88e). On lui a beaucoup reproché son individualisme mais, après la sortie de Neymar, il a joué les chefs d'orchestre. Toujours aussi efficace dans sa filière de jeu, il a posé de gros problèmes à ses gardes du corps dans les un contre un et son action de grande classe sur son côté gauche après avoir éliminé trois joueurs méritait un autre sort (8e).

  • En bref… Du bon Mbappé.

Moise Kean : 8

Deux buts, une tête parfaitement décroisée et une reprise dos au jeu du gauche, l'Italien a sauvé le PSG ce mercredi. Sans son réalisme, la soirée aurait pu tourner au vinaigre. Il apporte de la puissance, de la profondeur et de la vitesse. Très disponible, son profil offre plus de solutions qu'un Icardi parfois statique.

  • En bref… Quatre buts en cinq jours, Paris, en difficulté collective, lui doit beaucoup.

Moise Kean of Paris Saint-Germain celebrates after scoring his sides second goal during the UEFA Champions League Group H stage match between Istanbul Basaksehir and Paris Saint-Germain at Basaksehir Fatih Terim Stadyumu on October 28, 2020

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
Tuchel, mémoire courte et longue agonie
IL Y A UN JOUR
Ligue des champions
Les notes des Parisiens : Marquinhos en patron, Diallo en employé modèle
25/11/2020 À 00:03