Reuters

"Beckham est juste derrière Keegan dans l’histoire du foot anglais"

"Beckham est juste derrière Keegan dans l’histoire du foot anglais"
Par Eurosport

Le 17/05/2013 à 11:09Mis à jour Le 17/05/2013 à 13:45

Pendant une heure, vous avez échangé avec Xavier Rivoire, journaliste, sur David Beckham. Pour lui, Becks fait partie des plus grands.

Franky Vincent : David Beckham n'est-il pas le joueur le plus surcoté de l'histoire du foot anglais ? S'il avait eu la gueule de Dirk Kuyt, il aurait fait carrière en milieu de tableau de Premier League. Point barre.

Xavier RIVOIRE : Non. Je ne suis pas d'accord avec ces affirmations. D'abord, je trouve que Dirk Kuyt a une vraie gueule, de guerrier qui sait monter au front - et justement, je crois que Beckham a su monter au front plus qu'à son tour durant sa carrière et a su se rebeller y compris face à son coach Ferguson. Ensuite, pour avoir vu de mes propres yeux Beckham jouer, il est un grand footballeur. J'étais au match contre Wimbledon quand il a mis un but de 50 mètres, j'étais aussi à Old Trafford lors des matches de Ligue des champions que United survolait : Beckham est un grand technicien, qui sait (savait) aussi se mettre minable sur un terrain. Après, sa gueule, ses styles, sa communication sont des atouts supplémentaires, complémentaires. 

Rennais : Beckham est-il le plus grand joueur anglais de tous les temps ?

X.V. : Il existe, dans cette catégorie, tant de noms à mentionner et qui entrent en compétition pour ce titre : Kevin Keegan, bien sûr, Bobby Charlton, mais aussi mais encore Chris Waddle, voire Paul Gascoigne, et on pourrait ajouter certains grands gardiens anglais comme Peter Shilton. Mais Beckham entre certainement dans la catégorie des tous meilleurs footballeurs anglais, par sa vista, sa technique, sa finesse sur coups de pied arrêtés, son influence sur le jeu (je pense en particulier de sa période mancunienne). Et par son aura et l'impact qu'il a eu sur le foot anglais, et l'image qu'il a transmise dans le monde entier : professionnel jusqu'au bout. Pour moi, Beckham se classe donc juste derrière Keegan dans l'histoire du foot anglais.      

Cr7ibra34 : Beckham a-t-il un avenir au PSG malgré sa retraite ?

X.V. : La question pourrait aussi être celle-ci : pourquoi est-ce que Beckham ne tiendrait pas le rôle attribué par le Real Madrid à Zidane ? D'un point de vue sportif et historique, je crois que ce serait difficile si l'on tient compte des liens très récents de l'Anglais avec le club parisien ainsi que du passage furtif de Becks au Parc des Princes. Pour représenter un club, être son ambassadeur, il faut "sentir" ce club, en connaître l'histoire, y avoir passé du temps... Ce n'est évidemment pas le cas. En revanche, si les dirigeants parisiens souhaitent un porte-drapeau international, connecté, surmédiatisé, alors ils peuvent demander à Beckham de tenir ce rôle. Je pense que la dispersion des rôles de l'Anglais (il est aussi devenu l'égérie du championnat chinois) nuirait au PSG, plus qu'à Beckham lui-même. En termes de réputation mondiale, le nom de Beckham dépasse celui du PSG.

Prinshcool : Pourquoi Beckham a décidé de mettre un terme à sa carrière ?

X.V. : Par lassitude. Par désir de changement. Par fierté. Lassitude : on ne reste pas au haut niveau sans sacrifices physiques extrêmes. Or après une très longue carrière, je ne pense pas que Beckham avait envie de continuer à se faire mal. Platini l'avait d'ailleurs expliqué lorsqu'il avait quitté la Juve pour prendre sa retraite. Désir de changement : les rôles, propositions, attributions de tous genres affluent en direction de Becks. Il peut mener tant de carrières car il est aussi à l'aise avec William et Harry et toute la cour d'Angleterre qu'avec les fans chinois ou américains qui quémandent des autographes. Fierté, enfin, car il est difficile de rentrer pour 60 secondes de jeu, au fin fond d'un match de L1, quand on s'appelle Beckham. Sur ce point je précise qu'il ne s'est jamais plaint. Mais...

Buddz : Becks mérite un Ballon d'Or pour l'ensemble de sa carrière ?

X.V. : Pour avoir longtemps travaillé et écrit pour France Football, pour avoir vu de près certains des derniers Ballons d'or : Kaka, Cannavaro, Cristiano Ronaldo, je répondrais que oui, Beckham - joueur de club - méritait le Ballon d'Or si le critère de l'aura et de l'influence est retenu en priorité. Sur les qualités intrinsèques du footballeur, oui aussi. En 1999, lors de la saison du fameux Triplé, Beckham avait été exceptionnel. En revanche, l'influence de Beckham en tant que capitaine ou joueur de l'équipe d'Angleterre aura été faible, trop faible.

Romain : Rien à redire sur sa carrière mais je trouve qu'il aurait mérité une meilleure dernière saison. On ne l'a presque jamais vu sur le terrain…

X.V. : C'est exact. Le club parisien a mentionné que le recrutement de Beckham était sportif avant tout. Mais on l'a très peu vu jouer. Certes, la concurrence est grande à Paris aujourd'hui, mais, comme je le mentionnais dans l'une des questions précédentes, c'est à mes yeux un manque de respect de faire entrer Beckham pour quelques secondes de jeu ou une poignée de minutes. "Super remplaçant" d'accord, mais au moins qu'on le fasse jouer une mi-temps entière !

Adrien Wesh : Est-ce que David est aussi gentil dans la vie comme dans les vestiaires avec ses partenaires ?

X.V. : Je ne veux pas faire croire être un intime de Beckham mais j'ai eu l'occasion de le croiser, de le voir et de l'interroger lorsque j'étais correspondant de l'équipe et de France foot en Angleterre. Et je peux dire qu'en toutes circonstances, il s'est montré souriant, voire attentionné, en tout cas attentif. Même si se présenter face à la presse a dû le fatiguer à certains moments, même si les critiques étaient parfois dures à son égard, il s'est toujours montré pro. Pour moi, être pro, c'est prendre ses responsabilités, continuer à se présenter face aux reporters, et répondre à leurs questions. Car la presse n'est que le vecteur du public. J'ajoute simplement que Beckham est "classe". Oui, il est "fashion", "marketing" et tout cela, mais il a su garder une part de sincérité, et d'authenticité qui le rend si populaire partout où il est passé. 

Salut Xavier ! J'ai toujours eu le sentiment que Beckham aurait pu faire plus dans sa carrière ? J’ai comme un sentiment d'inachevé. Qu'en penses-tu ?

X.V. : Oui, inachevé est le terme juste quant à la marque que Beckham laissera en tant que joueur de sélection. Beckham n'aurait pas dû avoir ce geste stupide au Mondial 98 face à l'Argentine et il aurait donc dû rester sur le terrain avec ses coéquipiers. Beckham aurait dû montrer plus de caractère aux Coupes du monde 2002, 2006... Et je ne parle pas des Euros, où Beckham a souvent brillé par son manque d'allant, par exemple en 2000, quand l'Angleterre se fait bousculer d'entrée par le Portugal après avoir eu le match en main. Sur la pelouse ou en vestiaires, Beckham n'a pas pris sa mesure avec les "Three Lions". Mais je pense que la carrière de Beckham en club est remarquable : on ne joue pas à United et au Madrid et au Milan par hasard. Ce sont là, certainement, les trois plus grands clubs au monde avec le Barça et Boca... En club, Becks a non seulement été bon, mais il a gagné : C1, Coupes, Championnats, y compris la Liga pour sa dernière saison en Espagne. Donc, sa carrière en club aura été complète. Exhaustive.

ManchesterUnited : Est-ce que Beckham peut devenir l'adjoint de Moyes à Manchester United ?

X.V. : C'est une question qui mérite d'être posée. Je pense que David Moyes serait bien embarrassé pour y répondre. Il est déjà difficile de prendre la suite de Ferguson, difficile, aussi, de débarquer de Liverpool (Everton est le second club de Liverpool, ville en rivalité permanente avec Manchester), difficile d'entrer dans un nouveau club. Moyes a déjà son staff en tête. Je ne crois pas non plus que Beckham soit taillé pour entraîner ou pour être numéro deux. Est-il, en plus, un grand stratège ? Je n'en suis pas sûr. Mais en termes de connaissance du club, d'amour du blason et d'image de marque, Beckham sur le banc de ManU, cela aurait de la gueule. Pour conclure : chance de voir Becks assis à côté de Moyes en 2013-14 : 7 % (comme son numéro de maillot mancunien).

Lodvis : Peut-on considérer Beckham comme étant le meilleur pied droit de ces 30 dernières années ?

X.V. : Oui. Le pied droit de Beckham équivaut au gauche de Messi, pour moi.

Easy : Croyez-vous qu'un joueur comme Beckham existe encore ? Car son style était vraiment unique surtout sur le côté droit vu que ce n'était pas vraiment un joueur de débordement. Mais quelle machine à marquer !

X.V. : Non. Je suis d'accord avec toutes ces remarques, même si j'atténuerais la "machine à marquer", car Becks aurait pu marquer plus encore, mais il en a quand même mis pas mal dans les filets adverses. Techniquement, il existe plus fort que lui, tactiquement aussi, et physiquement... Mais Beckham avait tout pour lui, et il était un jour complet. On parle de ses débordements et de ses coups-francs. Certes. Mais il pouvait aussi mener le jeu, distribuer, il pouvait aussi revenir sur 40 mètres pour tacler, et défendre. Je l'ai ainsi vu contre la Grèce, en barrage de Coupe du monde, livrer une prestation complète : buteur, tacleur, ailier, distributeur, meneur, leader. Ce fut d'ailleurs son meilleur match sous le maillot anglais. Beckham le footballeur + Beckham le "Spice Boy" puis le showman, c'était spécial et unique. Messi est génial mais il n'a pas de charisme en dehors du terrain, Cristiano Ronaldo est grand, mais il se croit très bon, bref, un Beckham, on n'en retrouvera pas.

Xavier Rivoire, journaliste, a écrit un livre enquête sur le joueur du PSG aux Editions Solar, "Beckham system". Il est également l'auteur de "Stades de Légende : les 50 enceintes mythiques d'Europe"(Solar), "Arsenal Wenger : The Coach" (Mango), "Robert Pires : profession Footballeur" (Hachette Littératures).

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0