C'est une petite révolution en première division brésiliens qui pourrait donner des idées ailleurs. La nouvelle règle, approuvée mercredi lors d'un Conseil réunissant les représentants des 20 formations de l'élite du football brésilien, stipule que les clubs ne pourront limoger qu'un entraîneur par saison. Un deuxième changement ne sera possible qu'en interne, à condition que le nouvel entraîneur soit déjà un employé du club depuis six mois.
Les entraîneurs, eux, ne pourront démissionner pour rejoindre une autre équipe qu'une seule fois dans la saison, mais seront libres de retrouver un nouvel employeur à chaque fois qu'ils seront limogés. "C'est une grande avancée pour le football brésilien, cela sera bénéfique aussi bien pour les clubs que pour les entraîneurs", a déclaré le président de la CBF, Rogerio Caboclo, cité dans un communiqué de la confédération.
C'est la fin du jeu des chaises musicales
Barrages Ligue1-Ligue 2
"Guy Roux est passé par là ?" : Dupraz se plaint de l'absence de clim dans le vestiaire stéphanois
IL Y A 9 HEURES
Le dirigeant espère que la nouvelle règle permettra d'instaurer "une relation plus mature et professionnelle (entre clubs et entraîneurs), avec des passages plus longs et consistants" à la tête des équipes. "C'est la fin du jeu des chaises musicales", a-t-il résumé. Selon une étude publiée l'an dernier par les chercheurs Matheus Galdino, Pamela Wicker et Brian Soebbing, le championnat brésilien est celui où l'on observe le plus de changements d'entraîneurs au monde, 37,1 par saison en moyenne de 2003 à 2018, contre 21 en Argentine, 10 en Angleterre ou 4,9 en France.
Botafogo, club mythique de Rio de Janeiro qui a vu briller dans ses rangs Garrincha, Gerson ou Jairzinho, a changé quatre fois de coach la saison dernière et cela ne l'a pas empêché d'être relégué en deuxième division pour la troisième fois de son histoire. Le prochain "Brasileirao", le championnat national de première division, doit débuter le 30 mai. La saison précédente, qui avait commencé en retard à cause de la pandémie de coronavirus, a terminé en février. Certains clubs professionnels jouent à présent les championnats régionaux, mais les compétitions ont été suspendues dans plusieurs Etats, en raison de l'aggravation de la pandémie.
Barrages Ligue1-Ligue 2
Les Verts ne s'affolent pas mais Auxerre a pris confiance : "On peut largement rivaliser"
IL Y A 10 HEURES
Barrages Ligue1-Ligue 2
Tout reste à faire pour Saint-Etienne et Auxerre
IL Y A 12 HEURES