"Je suis venu ici pour gagner des titres, car c'est ce qu'on retient dans la carrière d'un joueur". Ribéry le 7 juin 2007 lors de sa présentation officielle à Munich.
"Guten Morgen, wie geht's ?" ("bonjour, ça va ?") Ribéry le 3 juillet à son arrivée au centre d'entraînement du Bayern pour sa première séance sous le maillot bavarois.
"C'est un joueur extraordinaire, qui peut dribbler, faire des passes et centrer. Pour moi, ce sera l'attraction de la Bundesliga 2007-08. Nous avons l'impression à tous les niveaux d'avoir tiré le gros lot". Ottmar Hitzfeld le 7 juillet, déjà séduit par Ribéry.
Bundesliga
Grâce à Rodriguez, Wolfsburg maintient l'écart
04/04/2015 À 19:06
"Frosch Ribéry" (littéralement, la grenouille Ribéry). Surnom donné par le quotidien Bild au Français chaussé de vert et auteur de deux buts lors de son premier match officiel, en Coupe de la Ligue contre le Werder Brême (4-1). Il deviendra ensuite "Franck Rieséry" (le géant) puis "Kaiser Franck" (l'empereur Franck).
"Je ne suis pas qu'un rigolo qui fait des blagues à Poldi (Lukas Podolski) et Daniel (van Buyten)". Ribéry avant le coup d'envoi du Championnat à propos de ses blagues de potache qui ont contribué à son intégration express dans l'équipe et à sa popularité auprès des supporteurs.
"J'ai eu peur pour Franck après les premiers mauvais gestes ". Hitzfeld à propos du marquage très physique des joueurs d'Hanovre le 26 août lors de la 3e journée.
"Ribéry est à la fois passeur décisif et buteur: sa créativité est digne d'une partition de musique (...) Il n'y a aucun autre joueur dans le championnat actuel qui joue à ce rythme et avec une telle technique", Franz Beckenbauer le 2 novembre en pleine "Ribéry-mania".
"Un ou deux parmi les nouveaux doivent encore comprendre qu'ici, deux ou trois matches ne suffisent pas. Le Bayern, ce n'est pas Marseille et Florence, mais plutôt le Milan AC, le Real, le Barça et Manchester United". Oliver Kahn hausse le ton contre Ribéry et Toni le 10 décembre alors que le Bayern est la peine.
"Ribéry incarne une classe mondiale comme il n'y en avait jamais eu en Bundesliga". Le magazine spécialisé Kicker le 31 décembre dressant le bilan de la phase aller du Championnat d'Allemagne.
"Des joueurs comme lui, il n'y en a vraiment pas beaucoup, c'est une légende". Oliver Kahn au lendemain de la victoire en quart de finale de la Coupe d'Allemagne (1-0 devant 1860 Munich) grâce à un penalty marqué d'une "Panenka" par Ribéry à la 120e et dernière minute de jeu.
"Ce petit gars est une bénédiction (...) Je ne me souviens pas que le Bayern ait souffert d'une telle dépendance par rapport à un seul joueur". Franz Beckenbauer le 1er mars.
"Ribéry, le petit grand Français", le magazine Sport Bild qui consacre sa Une le 5 mars à l'international français déguisé en Napoléon Ier.
"Si tu marques, je te donne 100 euros. Si tu échoues, tu me donnes 100 euros". Le pari scellé le 6 mars entre Mark van Bommel et Ribéry lors du 8e de finale aller de la Coupe de l'UEFA contre Anderlecht (5-0), pari gagné par Ribéry, auteur d'un superbe coup franc en pleine lucarne droite (86).
"On peut le comparer à Zidane. Pas par sa technique, mais par le rythme qu'il instille à la partie et par les choses qu'il fait sur le terrain". Kahn le 9 mars.
"Cet homme, un génie du ballon/Ribéry est son nom/Avec lui, victoire après victoire, nous fêtons/et bientôt aussi en Ligue des champions". Le poème écrit par un supporteur qui a remporté le concours organisé par le Bayern à l'occasion du 25e anniversaire de Ribéry.
"Tout le monde me connaît: j'aime rigoler, ça met de l'ambiance dans l'équipe et tout le monde est heureux". Ribéry le 19 avril après avoir piqué, en pleine cérémonie protocolaire, un sprint avec la Coupe d'Allemagne sous le bras pour la présenter au kop bavarois.
Bundesliga
Namouchi à Fribourg
18/12/2009 À 16:23
Bundesliga
Hoffenheim perd la tête
30/08/2008 À 15:20