Getty Images

Favori, Français, Lewandowski... Les six questions que l'on se pose sur la saison de Bundesliga

Favori, Français, Lewandowski... Les six questions que l'on se pose sur la saison de Bundesliga

Le 16/08/2019 à 19:21

BUNDESLIGA - Le championnat d'Allemagne reprend ses droits ce vendredi soir avec un match d'ouverture entre le Bayern Munich et le Herta Berlin à l'Allianz Arena (20h30). Voici les six questions fondamentales que l'on se pose à l'aube de cet exercice 2019-2020.

Le Bayern est-il toujours favori ?

Le Bayern Munich règne sur la Bundesliga depuis 2013. Mais le septuple champion en titre fait face à une fin de cycle : Arjen Robben a pris sa retraite et Franck Ribéry a quitté la Bavière. La saison dernière, la lutte pour le titre a été acharnée avec le Borussia Dortmund, seulement battu de 2 points, alors que l'opus précédent du championnat allemand avait tourné au cavalier seul munichois.

Le Borussia, dernier club autre que le Bayern titré, va-t-il renverser l'ogre bavarois ? Fort de l'éclosion de Jadon Sancho et du retour de Mats Hummels cet été, après trois ans d'infidélité du côté de son puissant rival, il a de quoi y croire. Le premier duel de la saison entre les deux ténors du pays a d'ailleurs tourné à l'avantage de Dortmund, vainqueur de la Supercoupe d'Allemagne, 2-0.

Le Bayern a obtenu mardi le prêt du milieu offensif croate de l'Inter, Ivan Perisic. Pérenniser son statut de patron à l'échelle nationale passera peut-être par une fin de mercato agressive. "Nous avons besoin de joueurs pour renforcer et améliorer l'effectif" dans le secteur offensif, a d'ailleurs déclaré son coach, Niko Kovac, mercredi. Mais après les achats coûteux de Lucas Hernandez (80 millions d'euros) et Benjamin Pavard (35 millions), le géant allemand devra sans doute avoir le nez creux pour améliorer son effectif.

Quels rôles pour Hernandez et Pavard ?

Le Bayern Munich a donc mis la main à la poche pour recruter deux défenseurs français. Dans des proportions auxquels le champion d'Allemagne ne nous avait pas habitués, Hernandez représentant, avec "ses" 80 millions, l'acquisition la plus onéreuse de l'histoire du club bavarois. Pavard et lui partagent un point commun : leur polyvalence. En équipe nationale, ils sont latéraux… et en club ?

Hernandez, qui a la capacité de jouer en défense centrale et sur le flanc gauche, semble avoir été pris pour évoluer dans l'axe. Niko Kovac l'a même cité au moment d'évoquer le départ de Mats Hummels, visiblement peu enclin à accepter la concurrence. Il paraît destiné à former la charnière centrale bavaroise avec Niklas Süle.

Vidéo - Kovac : "Hummels a refusé la concurrence avec Süle et Hernandez"

00:49

Quel attaquant français va briller ?

25 buts pour Anthony Modeste en 2016-2017, le total moins impressionnant mais notable de 9 pour Jean-Kévin Augustin en 2017-2018, et 41 pour le trio Haller (15) - Mateta (14) - Pléa (12) l'année écoulée. Les attaquants français ont l'habitude de se faire plaisir en Bundesliga.

Haller parti à West Ham, Anthony Modeste a de bonnes chances d'être le Tricolore le plus prolifique en Bundesliga cette saison. Revenu d'une expérience ratée en Chine, il a retrouvé en novembre 2018 son club de Cologne, où il avait marqué 45 buts en deux saisons entre 2015 et 2017. Alassane Pléa a lui réalisé une première saison pleine (34 matches, 12 buts) avec Mönchengladbach et s'est vu affubler d'un renfort intéressant en attaque avec Marcus Thuram, transféré de Guingamp pour environ 12 millions d'euros.

Très proche de Pléa en termes de statistiques la saison dernière (34 matches, 14 buts), Jean-Philippe Mateta a lui aussi crevé l'écran outre-Rhin avec Mayence. Mais le jeune Français s'est blessé au genou à l'entraînement et sera absent au moins jusqu'à début novembre.

Anthony Modeste sous le maillot de Cologne.

Anthony Modeste sous le maillot de Cologne.Getty Images

Leipzig, troisième puissance ?

Derrière le Bayern, inlassable vainqueur, et le Borussia, jamais loin du podium et très souvent dauphin, les dernières saisons de Bundesliga n'ont pas dessiné de hiérarchie nette. Le RB Leipzig peut-il s'imposer, durablement, comme le troisième cador du pays ? Deuxième dès son accession à la Bundesliga, en 2016-2017, il est remonté sur la boîte en 2018-2019 (3e) après une saison plus compliquée, mais tout de même correcte, en 2017-2018 (6e).

Leipzig avait la meilleure défense de Bundesliga la saison passée (29 buts encaissés, contre 32 pour le Bayern, deuxième de ce "classement"). Son nouveau coach, le jeune Julian Nagelsmann (32 ans), débarque d'Hoffenheim avec un playbook bien garni et une philosophie ambitieuse. Cela peut faire passer un cap au RB, comme représenter un changement difficile à assimiler pour une équipe tout aussi juvénile que son entraîneur. D'où l'excitation qui entoure la saison de Leipzig et la question de sa place sur l'échiquier germanique.

Julian Nagelsmann (32 ans), le nouveau coach du RB Leipzig

Julian Nagelsmann (32 ans), le nouveau coach du RB LeipzigGetty Images

Le titre de meilleur buteur peut-il échapper à Lewandowski ?

Double meilleur buteur de Bundesliga en titre, Robert Lewandowski est le meilleur canonnier outre-Rhin. Depuis son arrivée au Bayern Munich en 2014, le Polonais a terminé trois fois meilleur buteur (2016, 2018, 2019). Et lorsque ce n'était pas le cas, il a terminé deuxième (2015, 2017). L'année dernière, il a ralenti le rythme avec "seulement" 22 buts en 33 matches. Avec la même marque au prochain exercice, il deviendrait déjà le troisième meilleur buteur de l'histoire de Bundesliga devant Jupp Heynckes. Qui pourra l'empêcher de ravir un cinquième trophée pour se rapprocher des 7 de Gerd Müller ?

Le duo Alcacer-Reus apparait comme un sérieux concurrent au Polonais, mais aucun n'a jamais marqué plus de 20 buts en championnat. Luka Jovic est parti au Real Madrid. Timo Werner, auteur de 16 buts l'an passé, souhaiterait quitter Leipzig à un an de son contrat. A priori, Lewandowski a la voie royale pour réaliser le triplé. Mais le Bayern s'est déplumé offensivement.

"Nous avons perdu trois joueurs offensifs avec Franck Ribéry, Arjen Robben et James Rodriguez et nous n’avons pour l’instant pas de nouvelle recrue ! Jouer toute une saison avec treize ou quatorze professionnels expérimentés, ça va être dur" a d'ailleurs estimé Lewandowski. Les seuls Coman, Perisic et Gnabry seront-ils suffisants pour le servir ?

Vidéo - Lewandowski : "Nous avons besoin de grandes recrues au Bayern"

00:54

Francfort, une grosse année et puis s'en va ?

Septième à quatre points de la quatrième place et demi-finaliste de la Ligue Europa, l'Eintracht Francfort a réussi une superbe saison 2018-2019, peut-être sa plus belle de la dernière décennie. Il en a profité pour renflouer les caisses cet été. Il a vendu son duo d'attaque Sébastien Haller-Luka Jovic pour 100 millions d'euros. A eux deux, ils valaient 32 buts la saison passée en Bundesliga, soit plus de 50 % de leurs 62 buts marqués.

L'équipe du Land de Hesse est bien parvenue à attirer pour de bon Kevin Trapp, mais les lacunes offensives risquent d'être criantes après une telle année. Francfort va-t-il suivre une trajectoire comme le FC Cologne, surprenant 5e en 2016-2017 et dernier l'année suivante ? Une telle chute est peu probable tant les bases de jeu semblent consolidées, notamment avec le parcours en Ligue Europa. Un parcours à la Hoffenheim, 4e en 2016-2017, 3e en 2017-2018 puis rentré dans le rang à la 9e place la saison dernière, parait plus crédible.

Ante Rebic - Eintracht Frankfurt

Ante Rebic - Eintracht FrankfurtGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0