L'arme fatale : Robert Lewandowski

Comment ne pas commencer par lui. Robert Lewandowski signe à 31 ans la meilleure saison de sa carrière. Il a d'ores et déjà battu son record avec 31 réalisations en Bundesliga en signant le but de la victoire face au Werder Brême (0-1). Le Polonais était déjà entré dans la légende en détrônant le Péruvien Claudio Pizarro pour devenir le meilleur buteur étranger de l'histoire du championnat allemand. Il est aussi le meilleur réalisateur de la Ligue des champions cette saison avec 11 buts au compteur. Il totalise la bagatelle de 46 buts en 40 matches toutes compétitions confondues. Les faits et les chiffres se passent de commentaires.

Bundesliga
Sacré Bayern !
16/06/2020 À 20:20

Lewandowski est devenu la référence à son poste d'avant-centre. Il ne se contente pas d'être décisif mais c'est bien sa qualité première. En réalité, c'est plus simple de compter le nombre de fois où il ne l'a pas été. Cela ne lui est arrivé qu'à quatre reprises sur les 28 rencontres de championnat auxquelles il a participé. L'ancien attaquant de Dortmund avait donné le ton en inscrivant au moins un but à chacune des 11 premières journées de Bundesliga. Il est le seul à avoir maintenu son niveau de jeu quand le Bayern battait de l'aile à l'automne dernier. Depuis, il a été dominant et régulier. Et à la pointe de l'impressionnante armada bavaroise, c'est bien lui l'arme fatale.

Rétro - La saison folle de Robert Lewandowski

Le stratège retrouvé : Thomas Müller

Revoilà le fameux "Raumdeuter". L'interprète de l'espace. Le concept peut toujours paraître aussi abstrait, mais Thomas Müller était bien tout ce qu'il y a de plus concret cette saison. C'est une surprise. En nette perte de vitesse ces dernières années, évincé de l'équipe d'Allemagne par Joachim Löw, le polyvalent attaquant bavarois semblait inexorablement sur le déclin après avoir passé la trentaine. Il a trouvé son second souffle avec l'arrivée d'Hansi Flick sur le banc du FCB. Avec 7 buts et surtout 20 passes décisives à son actif en Bundesliga, on pourrait même parler de vent de folie. Müller incarne parfaitement le renouveau des cadres du Bayern sous la houlette de Flick, avec Jérôme Boateng et Manuel Neuer.

Il est surtout redevenu un facilitateur essentiel dans l'animation offensive de la formation bavaroises. Ses passes décisives et son entente avec Robert Lewandowski sont souvent mises en avant, mais le rayonnement de Müller est bien plus large que cela. Milieu offensif, attaquant de soutien ou ailier droit, il a cette faculté unique de balayer tout le front de l'attaque où son jeu sans ballon permet de libérer des espaces précieux. Il a aussi retrouvé toute son abnégation dans le pressing. Si le Bayern s'installe aussi facilement dans le camp adverse et récupère aussi rapidement le ballon, il le doit beaucoup à Müller. Au-delà de son talent, c'est son esprit de conquête qui le rend indispensable. Il l'a admirablement rappelé cette saison.

Cinq choses à savoir sur la saison de Müller avec le Bayern

L'indispensable métronome : Joshua Kimmich

Il ne faut pas s'y tromper. Le leader de cette formidable équipe, c'est Joshua Kimmich. L'homme à tout faire qui sait tout bien faire. Il n'a manqué qu'un seul match toutes compétitions confondues, pour une accumulation de cartons jaunes. Il a encore fait parler sa précision sur coups de pied arrêtés, un domaine qui lui a permis de réaliser la majeure partie de ses 12 passes décisives, dont 9 en Bundesliga. Utilisé en défense ou, surtout, au milieu de terrain, dans l'axe ou sur un côté, il offre une flexibilité toujours remarquable. Mais le vrai plus, c'est cette science du jeu qui semble encore se bonifier, année après année.

Kimmich a d'incroyables qualités. On ne les découvre pas, mais cela n'empêche pas de continuer à admirer. Du haut de ses 25 ans, l'Allemand a pris les rênes de l'équipe à son poste de milieu défensif avec une facilité déconcertante. Son sens du placement et sa justesse de jeu lui permettent à la fois d'exceller dans le rôle du premier relanceur comme dans celui qui casse les lignes un cran plus haut. Il s'adapte toujours à merveille et cette qualité a rejailli sur son nouvel acolyte de l'entrejeu, Leon Goretzka, très convaincant dans un rôle de milieu box-to-box. Une preuve supplémentaire des vertus exceptionnelles de Kimmich. Si un joueur sait faire briller les autres, c'est bien lui.

Joshua Kimmich - FC Bayern München

Crédit: Imago

Le mur de Bavière : Manuel Neuer

Son avenir a longtemps été au centre des conversations. Avec l'arrivée programmée du jeune espoir allemand Alexander Nübel et un contrat expirant en 2021, tout indiquait que le Bayern Munich allait tourner la page Manuel Neuer cet été, après neuf années de vie commune. Il n'en sera rien. A 34 ans, l'emblématique capitaine du FCB a été prolongé jusqu'en 2023. Un contrat finalement assez long compte tenu de son âge. Mais mérité. Si Neuer a convaincu ses dirigeants de faire durer le plaisir, c'est bien par ses performances sur le terrain. Là, il n'y a pas eu de débat. Et sa saison est d'autant plus impressionnante que Neuer revient de loin.

Contrarié par les blessures ces trois dernières années, le portier allemand ne dégageait plus la même solidité. Il était le plus souvent critiqué. Mais son corps a fini par le laisser en paix et lui le gardien du Bayern a su en profiter faire un retour tonitruant au premier plan. On a retrouvé les réflexes exceptionnels de ses plus belles années et ses parades aussi somptueuses que décisives. On a revu ce portier atypique, remarquable de précision dans son jeu au pied et capable de soulager sa défense par ses sorties loin de son but. Neuer a toujours eu un jeu à risque et il continue à le payer. Mais ses 13 clean-sheets en Bundesliga en disent assez long. Le gardien allemand a retrouvé toutes ses sensations. Et il a parfaitement tenu ce rôle de dernier rempart essentiel dans la course au titre.

Des sorties à 35 mètres et des parades époustouflantes : Neuer, le gardien qui sait tout faire

La bombe atomique : Alphonso Davies

La révélation de la saison. Et malgré le potentiel, c'était difficile de le voir venir. Mais la fusée Davies s'est envolée à une vitesse fulgurante. Quitte à le faire à un poste où on ne l'attendait pas. Le Bayern semblait bien fourni sur le flanc gauche de sa défense avec la référence David Alaba et la recrue phare, Lucas Hernandez, arrivé de l'Atlético de Madrid pour 80 millions d'euros. Mais la blessure du Français et le repositionnement de l'Autrichien dans l'axe, où il a d'ailleurs excellé dans ce nouveau rôle de taulier, ont ouvert la porte au jeune espoir canadien. Il s'y est engouffré de manière fracassante.

Formé dans un rôle d'ailier, "Fonzie", comme le surnomment les supporters du Bayern, a su apporter ses qualités offensives. Une vitesse impressionnante, des dribbles déroutants mais aussi une capacité à réussir le dernier geste qui lui ont permis de signer trois buts et quatre passes décisives en Bundesliga. Mais le plus bluffant, c'est cette faculté à répéter les efforts. Si Davies brille en attaque, il écoeure aussi littéralement ses adversaires par ses retours défensifs tonitruants. "Il est pour nous une assurance vie, grâce à sa vitesse", dit l'entraîneur Hansi Flick. "On ne peut plus imaginer l'équipe sans lui", renchérit le directeur sportif Hasan Salihamidzic. Davies a même trouvé le moyen de battre le record de vitesse en Bundesliga lors de la victoire à Brême. Et dire qu'il n'a que 19 ans…

Alphonso Davies

Crédit: Getty Images

Bundesliga
Le Bayern a fini par tomber
HIER À 15:32
Supercoupe d'Europe
Un bonheur total pour le Bayern
24/09/2020 À 21:33