Football
Bundesliga

Que penser des faux sons d'ambiance ? "Il ne faut pas trahir l’image d’un direct"

Partager avec
Copier
Partager cet article

Robert Lewandowski face à Dortmund

Crédit: Eurosport

ParCyril Morin
28/05/2020 à 21:23 | Mis à jour 29/05/2020 à 17:08
@cyrilmourinho

BUNDESLIGA – Seul championnat majeur à avoir repris après la crise du Covid-19, la Bundesliga a été mise face à un défi technique d’ampleur : réussir à rendre les matches attractifs malgré l’absence de public. Lors du Klassiker, certains téléspectateurs ont notamment pu entendre de faux sonores. Fred Godard, célèbre réalisateur d’évènements sportifs en direct, décrypte le phénomène.

Perturbant. Et réussi ? Si vous étiez confortablement installé sur votre canapé mercredi à 18h30 pour Dortmund - Bayern (0-1), vous vous y êtes sûrement cru. Nous aussi à dire vrai, on avait presque oublié que le match se jouait à huis-clos. Une prouesse de la réalisation allemande qui a tenté d’innover pour combler le vide, visuel comme sonore.

Le défi est de taille. Seul championnat à avoir repris, la Bundesliga est observée de près. Et jouit d’une exposition inédite qui bénéficie à tous les acteurs. En Allemagne, Sky explose notamment les compteurs. Mais comment faire pour rendre un match sans spectateur assez sexy pour que le téléspectateur en oublie les conditions particulières de jeu ? Eléments de réponse avec Fred Godard, réalisateur chevronné d’évènements sportifs en direct.

Bundesliga

Rien ne remplace les fans : comment le huis clos bouleverse les résultats de Bundesliga

28/05/2020 À 21:23

La Bundesliga a-t-elle réussi son pari ?

Difficile d’affirmer le contraire. Si la Bundesliga a réussi sa rentrée, c’est aussi parce que, d’un point de vue technique, tout est impeccable. "Franchement, la situation est compliquée en termes de réalisation : les stades sont vides, sonnent creux, les joueurs n’ont pas le droit de se toucher, rappelle Fred Godard. Donc ils essayent de répondre à un signal international. En tout cas, ce qui est fait est très bien fait".

Les audiences semblent d’ailleurs au rendez-vous. Le "signal international" a été reçu cinq sur cinq dans tous les pays fans de foot. Avec une expérience différente mais pas inintéressante pour le spectateur comme nous l’expliquait David Digili, journaliste à T Online, il y a quelques jours : "Atmosphère d'entraînement, sensation d'être à un match de canton, pas d'ambiance, pas d'émotions... les arguments critiques ont été suffisamment exposés en amont de la reprise. Mais à l'inverse, on peut dire aussi que les téléspectateurs n'auront jamais été aussi proches du terrain : la communication entre les joueurs, les consignes des entraîneurs en bord de touche, les décisions de l'arbitre... on n'en aura jamais autant entendu !".

Manuel Neuer répondant à Sky Allemagne

Crédit: Getty Images

Comment la réalisation visuelle a-t-elle joué à faire oublier le huis-clos ?

Lors du Klassiker, il fallait vraiment être en alerte pour repérer le moindre bout de tribunes vides. Et, mine de rien, ça change tout. Avec un cadre plus serré, les gradins sont moins visibles et l’action sur le pré bien mieux mise en valeur.

Mais Fred Godard irait même plus loin : "Si demain je devais filmer, je changerais forcément certaines caméras de position, nous explique-t-il. Notamment pour les plans larges. Au lieu de travailler à plat comme l’ont fait les Allemands, il faudrait travailler au-dessus. Je ferais ça pour ne pas soumettre le vide aux téléspectateurs et imposer uniquement la tactique du jeu".

Autre idée du réalisateur, mettre des filtres sur les caméras pour les plans serrés. "C’est top ce qu’ils ont fait au niveau des plans serrés, reconnait-il d’entrée. Mais on pourrait aller encore plus loin. Dans un gros plan, même si tu as une profondeur de champ, tu changes le filtre pour oublier la profondeur de champ dans l’image".

28e j. - La boulette de Jarstein, le gardien du Hertha

00:00:17

Que penser des faux éléments sonores fournis aux diffuseurs ?

C’est peut-être le choix qui fait le plus débat. En proposant un faux son d’ambiance aux diffuseurs (dont beIN Sport en France, NDLR), la Bundesliga ne trahit-elle pas son direct ? S’il ne veut viser personne, Fred Godard avoue qu’il n’aurait pas fait ainsi. "Moi, ma ligne de conduite est claire : à partir du moment où on filme en direct, on ne peut pas tricher avec l’image, nous explique-t-il. Je pense que les mecs ont essayé un truc, pourquoi pas. Mais, pour moi, il ne faut pas trahir l’image". Le débat est réel puisqu’avec ce genre de tours de magie, la ligne entre le sport et le divertissement devient fine comme du papier de verre.

  • Mais d'où venaient les chants du Signal Iduna Park ?

Dommageable, d’autant que pendant des huis-clos, il y a toujours de l'action au niveau sonore. Demandez à Jean-Clair Todibo ce qu’il en pense, lui qui a été pris en flagrant délit d’insultes dans un stade vide. "A partir du moment où tu récupères des sons puisqu’il y a beaucoup d’écho, il faut faire une réalisation de sons en même temps, continue Godard. Mais ça, ça n’existe pas. Il faut montrer ce qui est. Mais dans montrer ce qui est, on ne peut pas tout dire. Ce qu’on ne dit pas, il faut le travailler. On ne peut pas apporter des fonds sonores qui ne correspondent pas à l’évènement mais il faut utiliser les fonds sonores disponibles à bon escient. Parce ce qu’il se passe plein de choses".

Bundesliga

Le Werder Brême sauve sa place parmi l'élite

IL Y A 6 HEURES
Bundesliga

Terrain en pente, écolo' : bientôt la fin pour l'atypique Schwarzwald Stadion de Fribourg

03/07/2020 À 22:03
Dans le même sujet
FootballBundesliga
Partager avec
Copier
Partager cet article