Non seulement le terme employé par Mats Hummels était marquant, mais en plus le taulier de la défense du Borussia a lourdement insisté. Dortmund venait de s'imposer contre l'autre Borussia dans un sacré quart de finale de Coupe d'Allemagne, mardi soir, à Mönchengladbach (1-0). Au micro de la télévision publique, le champion du monde, questionné sur le récent rebond de son club, a lâché : "Le coach fait un travail fantastique." Comprendre : Edin Terzic me fait confiance. Comprendre aussi : l'horizon structurel s'est éclairci, à Dortmund, en vue des prochains mois, avec l'officialisation de l'arrivée à l'été de Marco Rose, l'entraîneur courtisé de Gladbach, et l'acceptation sans faire de vague par Terzic de redevenir, alors, entraîneur adjoint. Cela peut paraître paradoxal mais ce dernier y a gagné en crédibilité et le BvB semble s'être libéré alors qu'il s'affaissait dangereusement au classement de la Bundesliga.
Les récentes victoires – 3-2 à Séville le 17 février, 4-0 à Schalke le 20, 3-0 contre l'Arminia le 27, puis le quart de finale de Coupe – ont donné une ostensible confiance à Terzic, plus à l'aise dans sa communication que jusqu'alors. "Cette saison, nous avons montré à l'occasion des deux matches contre le Bayern que l'écart était moins important qu'auparavant." Les résultats lui donnent raison, avec deux courtes défaites 2-3, l'une en Supercoupe, l'autre au match aller dans la Ruhr, qui auraient même pu se terminer à l'avantage des Jaune et Noir.

"Parler de successeur à Lewandowski..." : Pourquoi le Bayern boude Haaland

Bundesliga
Coup de tonnerre : Flick veut quitter le Bayern Munich
IL Y A 13 HEURES
"Ce sont des détails qui ont décidé du sort de ces matches", estime le jeune entraîneur, qui a pris la peine de revoir les parties en question. "Nous nous sommes procuré de nombreuses occasions, notamment deux ou trois face-à-face avec le gardien", observe-t-il à propos de la Supercoupe. Mais ce sont les détails qui décident des matches. Nous devons posséder la balle, ne pas subir de contre bête et, parfois, il faut savoir commettre une faute."
Le record d'Hummels et ses 2 312 ballons
La conférence de presse d'avant-match a inévitablement aussi été le théâtre de questions sur la mentalité, régulière pierre d'achoppement cette saison pour le BvB, auquel on a reproché sa nonchalance et qui s'est lui-même agacé de son intermittence. "Dans quel match la mentalité ne jouerait-elle aucun rôle ?", a contré Terzic, satisfait de l'état d'esprit des siens à l'occasion des dernières rencontres. Dès que nous avons la sensation d'en faire un peu moins, c'est immédiatement compliqué. Quel que soit l'adversaire." Surtout le Bayern, contre lequel "il faut être prêts" à beaucoup courir et à exercer un pressing intense.
À interpréter, en somme, une partition collective et non des bribes de ces solistes virtuoses dont le Borussia compte une flopée dans ses rangs. Pourtant, une poignée de joueurs clefs auront un rôle prépondérant dans l'optique de faire tomber le leader du championnat. Mats Hummels, par exemple. Encore lui. Si le BvB a retrouvé de l'équilibre, et une assise défensive, l'ancien Bavarois, pivot dans ce secteur, y est pour quelque chose. "Les derniers matches ont été très bons de notre part, a-t-il estimé. En Bundesliga, nous n'avons pas encaissé de but à deux reprises, et c'était d'autant plus important que, précédemment, nous avions vraiment traversé de mauvaises phases. À nous, à présent, de confirmer cela" contre le Bayern.

Mats Hummels - Borussia Mönchengladbach vs. Borussia Dortmund

Crédit: Getty Images

Hummels a pris les devants : cette saison, il a remporté 67% de ses duels ! Peu sont ceux qui le devancent, en championnat, dans ce secteur. Mieux : il ne commet que peu de fautes – 20 en 23 matches. À quoi s'ajoute, évidemment, son intelligence de jeu, qui lui permet d'être souvent parfaitement placé, de couper les offensives adverses et de relancer à l'avenant. Résultat, 101 ballons joués par match en moyenne cette saison, pour un total de 2 312 ballons joués en Bundesliga, record tous postes confondus ! Ajoutez-y à peine 10% de mauvaises passes alors que le bonhomme est, de l'effectif, celui qui s'appuie le plus sur le jeu long, et vous obtenez un candidat légitime... à l'équipe nationale.

Record de passes pour Guerreiro

Un autre joyau de la défense demeure incontournable chez les Jaune et Noir : Raphael Guerreiro. L'international portugais joue tantôt arrière gauche, tantôt milieu gauche, tantôt ailier gauche. Plus il est avancé, plus cela lui sied, comme il l'explique lui-même : "J'ai une forte tendance à l'offensive, je veux donner des passes dans les zones dangereuses pour trouver les espaces." Las, Terzic l'utilise surtout à gauche de la défense à quatre. Mais cela n'empêche pas ce créatif de 27 ans de toucher en moyenne 99 ballons par match, devancé seulement, à Dortmund, par Hummels ! "C'est notre créateur depuis la position de latéral gauche", formule son coach. Pour un résultat, à date, de trois buts et huit passes décisives – record personnel, déjà – en Bundesliga.
Contre les Bavarois, évidemment, la défense, même stable et portée vers l'avant, ne suffira pas. Un artiste et un cyborg devront peser dans la balance. Jadon Sancho semble avoir coché 2021 dans son calendrier tant, depuis le début de l'année calendaire, sa courbe va crescendo. Aucun but avant la trêve, déjà six en championnat depuis. Trois passes décisives avant, six après. Pas étonnant que Terzic, dès lors, couve l'international anglais de 20 ans : "Nous sommes très satisfaits de ce que réussit Jadon en ce moment. Il est décisif et il récompense l'équipe en l'aidant à gagner. Il n'avait pas oublié comment on joue au football ; c'est simplement qu'il est encore jeune. Nous l'avons vraiment dorloté parce que nous avions conscience des performances qu'il avait déjà démontrées."
C'est surtout son entente avec Erling Haaland, sourire jusqu'aux oreilles qui, ces jours-ci, crève les yeux. Confirmée par les statistiques, qui révèlent que six de ses neuf passes décisives ont trouvé l'avant-centre norvégien. "Il joue vraiment bien", appuie Mats Hummels qui le voit à l'oeuvre au quotidien à l'entraînement et dévoile que, "depuis quelques mois, il travaille différemment sur la pelouse et en salle de musculation. Ça porte ses fruits. C'est parfois quelque chose que les joueurs offensifs doivent apprendre : le travail finit toujours par payer. Maintenant, il joue merveilleusement et montre le chemin. Qu'il ait un potentiel offensif parmi les meilleurs de la planète, on le sait tous."

Haaland, un but toutes les 87 minutes

Un regain qui va de pair avec les prestations du cyborg scandinave chargé d'enfiler les buts. Avec 17 buts en 18 matches de championnat, Haaland n'est devancé au classement des buteurs que par André Silva (19) et Robert Lawandowski (28). Ajoutez-y quatre passes décisives pour ne rien gâter mais, même en ne comptabilisant que les buts, avec 30 réalisations en 33 matches disputés dans le championnat allemand, le grand blond n'est devancé, dans l'histoire, que par Uwe Seeler (33).

Haaland - Mbappé, qui est le franchise player ultime ? "Sans être chauvin…"

Le tout en seulement 94 frappes au but et avec, donc, un réalisme prononcé. "C'est une machine", a résumé son capitaine Marco Reus à l'issue de la victoire à Gelsenkirchen. "Affamé de buts, et ce à tous les matches. Son énergie positive sur le terrain nous tire. Il nous fait énormément de bien." Avec un but toutes les 87 minutes en moyenne en championnat, il est dans ce domaine le meilleur de l'histoire parmi les buteurs en ayant inscrit plus de 25. Haaland, en outre, a déjà marqué contre le Bayern à l'aller. Et comme il a de la suite dans les idées...
Bundesliga
En patron, le Bayern se rapproche du titre
IL Y A 14 HEURES
Bundesliga
Accroché par Hoffenheim, Leipzig laisse champ libre au Bayern
HIER À 20:29