Manuel Neuer, 35 ans, Robert Lewandowski, 33 ans, et Thomas Müller, 32 ans, sont trois des joueurs les plus importants et influents, pour tout dire incontournables, de l'effectif actuel du Bayern. Qu'il vienne d'eux, de leur club ou des deux parties, le désir de prolonger des contrats qui arrivent tous à échéance en 2023 est réel. Pour ces fringants trentenaires, c'est un gage de fidélité, une preuve de continuité, une réelle culture de la stabilité, même s'il existe, par-ci par-là, des contre-exemples, tel Jérôme Boateng, poussé récemment vers la sortie.
C'est une difficulté d'autant plus grande, aussi, pour permettre à des jeunes, recrues ou formés au club, de percer dans le onze et a fortiori de s'y installer. C'est ainsi que le Bayern manque régulièrement ces derniers temps de possibles transferts de joueurs dont le talent leur permettrait, dans l'absolu, d'avoir leur chance dans un club de ce standing. Mais, le sextuple vainqueur de la Ligue des champions ne pouvant leur garantir un temps de jeu qui les satisfasse, ils vont voir ailleurs.
Transferts
Les 11 infos mercato qui vous ont échappé dimanche
IL Y A 13 HEURES
Le cas Karim Adeyemi est le plus récent d'une longue et prestigieuse liste. La roquette de Salzbourg, révélation de la saison à 19 ans, se dirige lentement mais sûrement vers un transfert dans la Ruhr, chez le rival jaune et noir. Les Bavarois, pourtant, ont pleinement conscience de la valeur du jeune international allemand.

Adeyemi, la machine à provoquer les penalties que le Bayern a laissée filer… il y a dix ans

Mi-octobre, Thomas Solomon, le conseiller d'Adeyemi, s'est fendu d'une visite au siège du Bayern, Säbener Strasse, à Munich. Il s'y est entretenu avec les responsables du club. Personne n'a fait mystère de cette rencontre de gala qui apparaît en fait, de la part de l'agent, comme une manière de brouiller les pistes dans la mesure où il n'a jamais sérieusement semblé dans les plans de ce dernier d'oeuvrer pour la venue de son poulain en Bavière. Les options les plus probables conduisant plutôt vers Dortmund, donc, ou Leipzig.
Sancho puis Bellingham filent à Dortmund
Ce scénario sonne comme un refrain bien connu dans la valse du football germanique. Les recruteurs du Bayern ont évidemment les meilleurs jeunes de la planète football sur leur radar ; l'effectif bavarois est cependant si compétitif que les possibilités de s'y développer et de s'y frayer du temps de jeu sont minimes.
Ainsi, les décideurs du Bayern n'ont jamais poursuivi la piste avec une réelle conviction, tant le poste d'ailier est pourvu dans leur troupe aujourd'hui, de Leroy Sané à Kingsley Coman en passant par Serge Gnabry. Le premier nommé, dont le talent donne enfin sa mesure à 25 ans, dispose d'un contrat jusqu'en 2025, tandis que son compatriote de 26 ans sera concrètement en discussion pour prolonger au-delà de 2023 à partir de janvier.

"Pour les bookmakers, c'était gagné pour Lewandowski" : la douche froide vécue par l'Allemagne

À ce même poste, un précédent procédait de la même logique. D'intenses discussions auraient eu lieu en 2018 dans la perspective de la venue de Jadon Sancho, qui a finalement posé ses valises au Borussia plutôt qu'au pied des Alpes. Le directeur sportif du Bayern, Hasan Salihamidzic, avait assuré à l'époque que le club aurait bien volontiers recruté l'Anglais et qu'il lui avait même fait une offre, "qui n'a malheureusement pas été acceptée".
Rebelote en 2020 avec Jude Bellingham, à qui Dortmund offrait alors les meilleures perspectives et qui est devenu en quelques mois, à 18 ans, le meilleur élément de l'effectif des Jaune et Noir. L'adolescent anglais s'était pourtant rendu plusieurs fois à Munich, invité même par le Bayern à assister en tribune à la finale de la Coupe nationale en 2019. Mais comme précédemment avec Sancho ou Pulisic, partis depuis à Manchester et à Londres, les dirigeants du Borussia avaient su persuader le joueur de lui offrir de meilleures perspectives d'évolution et de titularisations.
Musiala dans un embouteillage
Dans ces dossiers, le Bayern tergiverse bien des fois. C'est ainsi qu'il a laissé échapper Ridle Baku à Wolfsburg, finalement surpris par les 10 M€ lâchés par le VfL à Mayence, où évoluait jusqu'alors le jeune arrière, désormais international, de 23 ans. À ce poste, le champion d'Allemagne a créé lui-même les conditions du casse-tête en recrutant à un prix trop élevé Bouna Sarr, qui n'a aucune envie, ce qui peut se comprendre, de renoncer prématurément à des conditions contractuelles avantageuses.

"C’est le Ballon d’Or du storytelling" : comment Messi a finalement supplanté Lewandowski

Mais même lorsque le talent disponible en interne fait l'unanimité, la situation est compliquée. On veut parler ici, évidemment, du cas Jamal Musiala. Le prodigieux milieu offensif de 18 ans, considéré en Bavière comme aussi doué qu'un Messi – c'est dire le crédit dont il dispose, du reste à juste titre –, doit se contenter de bouts de match dont il ne peut, à terme, raisonnablement se satisfaire. Et dont d'ailleurs il ne se satisfait déjà que très moyennement, si l'on en croit ses velléités de discussion avec son entraîneur. Musiala entend fermement continuer sa progression dans son club et s'oppose clairement à un possible prêt.
En pointe, la problématique, on l'aura compris, est exactement la même. Malgré un intérêt à plusieurs reprises pour Erling Haaland, le Bayern a dû se résoudre à voir le colosse norvégien filer chez son rival national. L'équation était insoluble : Haaland n'est une doublure ni sportivement, ni financièrement. Le même raisonnement est en cours chez Dusan Vlahovic : le Serbe de 21 ans est bien sur les radars bavarois mais ses conseillers ne sont pas chauds du tout à l'idée qu'il cire le banc en attendant une hypothétique défaillance de Lewandowski, dont l'agent veut de son côté entamer des discussions de prolongation début 2022.
De l'autre côté du terrain, pas besoin d'une enquête approfondie de l'inspecteur Derrick pour copier-coller les circonstances : Alexander Nübel, prêté à Monaco jusqu'en 2023, a dû avaler une nouvelle couleuvre en entendant Manuel Neuer déclarer récemment que jouer au-delà de 40 ans était une perspective très envisageable. Connaissant le caractère de champion du portier bavarois, on l'imagine assez mal renoncer à des matches simplement pour permettre à quelqu'un d'autre de prendre la place. Dans ce cas, Nübel risque de partir. Et le Bayern de devoir recommencer de zéro la recherche d'un gardien de son standing lorsque Neuer raccrochera les crampons. Dur dur d'être un géant !
Coupe du monde
"Pas fan", "Quand c'est trop, c'est trop" : Mbappé et Lewandowski contre un Mondial tous les 2 ans
27/12/2021 À 17:24
Transferts
Le fantasme Haaland, la nécessité Cavani : Les 5 candidats pour remplacer Agüero
15/12/2021 À 13:12