CAMEROUN - TUNISIE : 2-2
Buts : Eto'o (47e), N'Guémo (64e) pour le Cameroun - Chermiti (1ère), Chedjou (63e c.s.c.) pour la Tunisie
Peut-on excuser la Tunisie de ne pas s'être qualifiée ? Parce que c'était le Cameroun, parce que les Aigles ressemblaient plus à des aiglons incapables de prendre leur envol ou enfin parce qu'ils n'auraient jamais dû laisser revenir des Camerounais à deux moments-clé de la partie ? La Tunisie a semblé être aux portes de la qualification après avoir mené deux fois au score avant d'être rejointe (2-2). D'abord sur l'une des rares et belles séquences de jeu que les hommes de Faouzi Benzarti ont produites au cours de cette Coupe d'Afrique des Nations. Ensuite sur un cadeau de l'infortuné Aurélien Chedjou alors que la pression se faisait de plus en plus pressante sur le but d'Aymen Mathlouthi.
La chance est passée. Les Tunisiens ne devront cependant pas oublier qu'ils ont fait preuve tout au long de la partie d'une nervosité, voire d'une agressivité inadaptée à un match d'un tel enjeu. Les nombreux avertissements (sept au total) qu'ont récoltés les Tunisiens et l'exclusion inévitable d'Ammar Jmal qui a découlé de cet agacement, dans les toutes dernières minutes, devront interroger sur la capacité de l'équipe nationale à maintenir un sang-froid de rigueur dans les moments chauds. De la main de Mathlouthi aux nombreux tacles très appuyés d'Issam Jemaâ et de Khaled Korbi en passant par les gestes d'énervement de Jmal sur Mohamadou Idrissou, les Aigles de Carthage ont défendu à leur manière et à la limite de la régularité leur but d'avance.
CAN 2010
Courbis avec le Niger
13/12/2011 À 16:01
Une déconcentration coupable
Celui-ci leur a pourtant permis, pendant plus d'une mi-temps, de tenir la première place du groupe et de se permettre même d'éviter l'Egypte, la formation la plus redoutable depuis le début de la compétition. Bien regroupée dans son camp après l'ouverture du score précoce d'Amine Chermiti, la Tunisie a tenu, vacillé mais a fini par craquer, à chaque reprise, à des moments où il ne fallait surtout pas rompre. Dans un premier temps, une minute après le coup d'envoi de la seconde période et à l'issue d'une action d'école de la part des Camerounais conclue par Samuel Eto'o. Dans un second temps, sur une erreur de replacement de la défense tunisienne qui a permis à Landry N'Guémo d'ajuster une limpide et puissante frappe du droit. Même dans l'opération hold-up des braqueurs tunisiens, les arrières n'ont pas été couverts.
Il reste finalement la vague sensation que le cours des évènements aurait pu être différent si les vrais créateurs de cette équipe, que sont Youssef Msakni et Oussama Darragi, n'avaient déclaré forfait en raison de blessures. Car face à une équipe camerounaise toujours aussi empruntée et peu sûre d'elle dans l'animation et encore plus au niveau de sa défense, les ouvertures n'ont pas manqué. A l'instar de son match qualificatif pour le Mondial qu'elle a perdu au Mozambique, la Tunisie laisse encore et toujours d'immenses regrets.
GABON - ZAMBIE : 1-2
Buts : Do Marcolino (83e) - Kalaba (28e) et Chamanga (62e)
Il a fallu se livrer à quelques calculs pour donner le verdict dans un groupe D pour le moins serré. Mais le classement est clair, le Gabon, défait par la Zambie (1-2) quitte la CAN. Les Phantères ont loupé le coche et montré un visage décevant face à des Chipolopolos remontés. Limités dans le jeu, ils ont trop longtemps subi pour prendre le petit point dont ils avaient besoin. Les Zambiens, derniers du groupe avant cette dernière journée, ne se sont, eux, posé aucune question et rejoignent les quarts de finale en compagnie du Cameroun qui a obtenu le nul face à la Tunisie (2-2).
Légitimes au regard du classement après les deux premières journées, les ambitions gabonaises n'ont pas fait long feu face à la pression zambienne au milieu de terrain. Beaucoup plus agressifs dans les duels et mieux organisés, les Chipolopolos se montrent conquérants sur chacune de leurs offensives. Mulenga s'offre la première occasion du match mais le portier gabonais Ovono, abandonné par sa défense, s'en sort bien (11e). Face à des adversaires trop attentistes, les Zambiens enchaînent les débordements et les centres sur la gauche mais manquent de lucidité au moment de frapper. Peu importe, les hommes d'Hervé Renard dominent tellement cette première période qu'ils peuvent perforer le fébrile bloc adverse en passant plein axe pour servir Kabala qui trompe Ovono d'une petite frappe croisée (0-1, 28e). Incapables de construire la moindre attaque, les joueurs d'Alain Giresse se contentent de balancer de longs ballons vers un Cousin trop esseulé.
Do Marcolino arrive trop tard
Battus dans la conquête du ballon et au niveau de l'inspiration, les Gabonais manquent en plus de concentration comme sur ce coup franc en leur faveur où ils se retrouvent à cinq en position de hors-jeu (39e). Sur une action similaire, les Chipolopolos manquent de peu le but du break sur une tête de Katongo (41e). Aucune réaction gabonaise n'intervient après la pause. La défense des Panthères reste dépassée par la vitesse et les dribbles de Chamanga et Mulenga. Si Ecuélé retarde l'échéance grâce à deux sauvetages (50e et 60e), ses partenaires se déconcentrent complètement au moment de l'entrée en jeu d'Aubameyang (61e). Mulenga travaille sur la droite et adresse un petit centre parfait pour Chamanga qui, seul devant le but, reprend tranquillement (0-2, 62e).
Jusqu'au bout, les attaquants zambiens demeurent dangereux pour une défense hors du coup mais le deuxième changement effectué par Giresse se révèle productif (78e). Avec trois joueurs devant, les Panthères bousculent enfin l'arrière-garde adverse et Do Marcolino relance le suspense en marquant de près (1-2, 83e). Le Gabon peut encore croire à une égalisation synonyme de qualification et donne tout dans les dernières minutes. Ses deux très bons coups francs plein axe et sa succession de corners ne suffisent pourtant pas. Les Panthères terminent avec quatre points comme la Zambie et le Cameroun mais elles paient leur petit nombre de buts marqués dans les confrontations directes tandis que leurs adversaires du jour arrachent la première place du groupe.
CAN 2010
72 000 euros pour Obilalé
08/11/2010 À 17:29
CAN 2010
Togo: Obilalé bloqué
25/02/2010 À 12:22