Getty Images

Cette fois-ci, le Brésil a résisté aux tirs au but

Cette fois-ci, le Brésil a résisté aux tirs au but
Par AFP

Le 28/06/2019 à 07:46Mis à jour Le 28/06/2019 à 08:29

COPA AMERICA - Le Brésil se moque des adages. "Jamais deux sans trois", les Paraguayens en rêvaient, mais c'est bien la Seleçao qui s'est qualifiée jeudi en demi-finale de "sa" Copa América. Et elle est cette fois-ci sortie vainqueur de la séance des tirs au but (0-0, tab : 4-3), à Porto Alegre, après avoir échoué dans cet exercice face au même adversaire en 2011 et 2015.

Le cauchemar semblait se répéter : quart de finale face au Paraguay, domination stérile de la Seleçao et séance de tirs au but fatidique. Mais cette fois, c'est le Brésil qui l'emporte à la fin, au terme d'un suspense insoutenable (0-0, tab : 4-3).

Le gardien Alisson, champion d'Europe avec Liverpool, a rompu le maléfice en stoppant le tir du capitaine paraguayen Gustavo Gomez, et Derlis Gonzalez a tiré à côté, comme le Brésilien Firmino, un raté finalement sans conséquence.

En attendant l'Argentine...

"Il faut continuer à travailler. Nous méritons la qualification. Il nous reste deux matches pour remplir notre objectif : gagner la Copa América", a affirmé après le match Alisson, héros de la rencontre et natif de Novo Hamburgo, petite ville à 30 kilomètres de Porto Alegre.

La Seleçao affrontera mardi le vainqueur du match entre l'Argentine de Lionel Messi et la surprenante équipe du Venezuela, qui s'affrontent vendredi au stade Maracana de Rio de Janeiro. L'occasion d'exorciser un nouveau démon, après avoir terrassé la bête noire paraguayenne aux tirs au but.

La demi-finale aura lieu au Mineirao de Belo Horizonte, où le Brésil a vécu la pire humiliation de son histoire lors d'une autre demi-finale de tournoi joué à domicile, le 7-1 contre l'Allemagne du Mondial 2014. Mais les hommes de Tite ont déjà battu l'Argentine 3-0 dans cette même enceinte en octobre 2016, lors des éliminatoires du Mondial 2018, un des matches références du sélectionneur à la tête de la Seleçao.

Alisson prend Gabriel Jesus dans ses bras, le dernier buteur brésilien lors de la séance des tirs au but.

Alisson prend Gabriel Jesus dans ses bras, le dernier buteur brésilien lors de la séance des tirs au but.Getty Images

Sous les yeux de Neymar

En l'absence de Casemiro, suspendu, et de son remplaçant naturel Fernandinho, blessé, Allan a été aligné au milieu, aux côtés d'Arthur. Sous les yeux de Neymar, privé de Copa América en raison d'une blessure à la cheville, le Brésil semblait crispé par l'enjeu.

Passes ratées, sorties de balle trop lentes, erreurs de placement... La Seleçao ressemblait plus à l'équipe empruntée et bien muselée qui a fait match nul 0-0 contre le Venezuela au deuxième match qu'à l'armada irrésistible qui a atomisé le Pérou 5-0 samedi dernier. Bien en place, le Paraguay ne laissait pas le moindre espace aux attaquants brésiliens. Seuls Firmino (3e, 22e) et Coutinho (40e) se sont retrouvés en position de frappe dans la surface, mais ils ont buté sur le gardien Gatito Fernandez.

Les Paraguayens n'ont pas trop osé se découvrir, mais ont semé le trouble dans la défense adverse à chaque contre-attaque. Le gardien brésilien Alisson, champion d'Europe avec Liverpool, a dû sortir une parade monstrueuse sur une frappe à bout portant de Derlis Gonzalez (27e). La meilleure occasion d'une première période hachée et peu spectaculaire, les joueurs n'étant pas aidé par l'état déplorable de la pelouse.

Neymar, dans les tribunes du stade de Porto Alegre, pour suivre Brésil - Paraguay en quarts de finale de la Copa America 2019.

Neymar, dans les tribunes du stade de Porto Alegre, pour suivre Brésil - Paraguay en quarts de finale de la Copa America 2019.Getty Images

Le Paraguay réduit à dix

Après la pause, le Brésil a tenté de trouver de la profondeur, avec un jeu plus direct pour mettre sur orbite Firmino. La tactique s'est vite avérée payante : bien lancé dans le dos de la défense, l'attaquant de Liverpool a été séché à la limite de la surface par Balbuena (54e).

Le stade a exulté quand l'arbitre a désigné le point de penalty, avant de déchanter quelques minutes plus tard. L'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) a montré que la faute était en fait en dehors de la surface : coup franc et exclusion de Balbuena, en position de dernier défenseur. Dani Alves s'est chargé de frapper le coup franc, mais Gatito Fernandez a détourné sa frappe du bout des doigts. En supériorité numérique, le Brésil a fait le siège de la surface paraguayenne. Tite a tenté le tout pour le tout, faisant rentrer un attaquant à la place d'un milieu de terrain, Willian prenant la place d'Allan.

Gabriel Jesus a raté l'immanquable (73e), la tête d'Alex Sandro a trouvé les gants de Gatito Fernandez (87e) et Willian a touché le poteau (89e). La tant redoutée séance de tirs au but a bien eu lieu, mais Alisson a redonné confiance au Brésil d'entrée en se détendant de tout son long sur la frappe de Gustavo Gomez. Gabriel Jesus a marqué le tir décisif. Tout un symbole : contre le Pérou samedi dernier, il avait raté un penalty en fin de match.

Malgré la VAR, cinq joueurs (quatre Paraguayens, un Brésilien) entourent monsieur Roberto Tobar Vargas lors de Brésil - Paraguay à la Copa América 2019.

Malgré la VAR, cinq joueurs (quatre Paraguayens, un Brésilien) entourent monsieur Roberto Tobar Vargas lors de Brésil - Paraguay à la Copa América 2019.Getty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0