AFP

CAN 2015 : Le Gabon et Aubameyang frappent d'entrée face au Burkina Faso (2-0)

Tombeurs du dernier finaliste, le Gabon et Aubameyang sont déjà lancés

Le 17/01/2015 à 19:56Mis à jour Le 18/01/2015 à 22:26

Face au finaliste de l'édition 2013, le Burkina Faso, le Gabon a réussi son entrée en lice (2-0) grâce notamment à un but d'Aubameyang, samedi. Les Panthères sont en tête du groupe A.

Le Burkina Faso tombe de haut. Le finaliste surprise de l'édition 2013, tombé dans un groupe à priori abordable, s'est incliné d'entrée de compétition face au Gabon de Pierre-Emerick Aubameyang (0-2). Buteur (19e) et véritable point d'ancrage pour son équipe, le capitaine gabonais a été l'un des artisans de la déroute de la sélection de Paul Put. Plutôt plaisante à voir jouer et bien emmenée par son trio offensif composé de Jonathan Pitroipa et des frères Traoré (Alain et Bertrand), la sélection burkinabé a péché dans le dernier geste et a complètement loupé le coche.

Au summum de sa forme pendant les vingt premières minutes de la seconde période, où il était seul sur la pelouse de l'Estadio de Bata, le Burkina Faso a de quoi nourrir beaucoup de regrets. Pas Didier Ovono, excellent dans la cage gabonaise, et jamais à pris à défaut tout au long de la rencontre. Avec ce succès le Gabon prend logiquement la tête du groupe A, marqué par le nul entre la Guinée Equatoriale et le Congo en fin d'après-midi (1-1).

Aubameyang était partout

Plutôt ancrée dans ses bases, la sélection gabonaise dirigée de main de maître par Jorge Costa, a montré une solidité à toute épreuve samedi soir. Jouant sur la rapidité et l'omniprésence d'Aubameyang sur le front de l'attaque, les "Panthères" ont fait preuve d'un réalisme assez froid. Sur ses six tirs cadrés de la soirée, la sélection gabonaise en a mis deux au fond.

Malick Evouna, l'attaquant de pointe, s'est chargé lui-même de tuer les espoirs adverses à vingt minutes du terme d'un coup de tête limpide en réception d'un centre du très actif Frédéric Bulot (72e). Le score aurait pu être lourd. Mais le Burkina Faso, en la personne de Wilfried Sanou, avait également un gardien en très grande forme. Il lui faudra en revanche être plus réaliste devant le but pour espérer perdurer dans cette Coupe d'Afrique des Nations. Au haut niveau, l'approximation ne pardonne pas.

0
0