AFP

Battue par la Tunisie (2-1), l'Algérie est désormais dos au mur

Battue par la Tunisie, l'Algérie est désormais dos au mur

Le 19/01/2017 à 18:55Mis à jour Le 20/01/2017 à 17:50

CAN 2017 - La Tunisie s'est imposée contre l'Algérie (2-1), jeudi au stade de Franceville. Avec ce succès, les Aigles de Carthage se replacent dans la course à la qualification dans le groupe B. En revanche, pour les Fennecs, qui ne comptent qu'un point après deux matches et ne sont plus maître de leur destin, les quarts de finale s'éloignent dangereusement.

Le talent individuel des Algériens ne suffira pas pour aller chercher le sacre dans cette CAN. Sauvés par deux fois par Riyad Mahrez face au Zimbabwe, les Fennecs ont cette fois buté sur le solide collectif tunisien (1-2), porté par un Mathlouthi des grands soirs, et n’ont désormais plus leur qualification pour les quarts de finale entre leurs mains.

Comme la première rencontre avait laissé des traces et envoyé à l’infirmerie Raïs M’Bohli (genou) et El-Hilal Soudani (cuisse), le sélectionneur belge de l’Algérie, Georges Leekens, a été contraint d'effectuer deux changements pour ce derby nord-africain avec les entrées de Malek Asselah et Rachid Ghezzal. Très attendu, le Lyonnais aura déçu tant il a semblé à la peine pour combiner avec ses partenaires offensifs, Soudani, Mahrez et Brahimi.

Dès la 5e minute, le ton de la première période était donné avec une frappe de Brahimi déviée au-dessus de la barre par Mathlouthi, suivie sur le corner par un arrêt réflexe pour repousser une tête à bout portant de Slimani. A partir de là, en multipliant les parades jusqu’à la pause, le portier tunisien allait provoquer un sentiment de frustration croissant chez les Algériens, muets à la pause malgré plusieurs coups de pieds arrêtés dangereux.

Les Fennecs n'ont plus leur destin en main

Au retour des vestiaires, le scénario parfait allait se dessiner pour des Tunisiens opportunistes qui profitaient de deux bévues de la défense centrale algérienne. Premier fautif, Aissa Mandi : l'ancien Rémois déviait un centre de Msakni dans son propre but avec un dégagement raté à la trajectoire fatale pour son gardien, Malik Asselah (50e). Puis un quart d’heure plus tard, les Aigles de Carthage achevaient leurs adversaires.

Sur un contre, Faouzi Ghoulam allait provoquer un penalty en osant une remise maladroite de la tête pour son gardien. En retard sur Wahbi Khazri qui a intercepté le ballon, le latéral du Napoli n’avait pas d’autre choix que de retenir l’ailier de Sunderland par le maillot avant que Naïm Slïti ne transforme le penalty d'un contre-pied parfait (65e).

Après une réaction trop timide consécutive à plusieurs changements, les Algériens marqueront pour l’honneur dans le temps additionnel, sur une frappe puissante de Sofiane Hanni (90e+1). Comme en 2015 en Guinée Equatoriale, l’Algérie jouera sa qualification pour les quarts de finale lors d’une troisième rencontre face au Sénégal. Mais cette fois, les Fennecs n’auront pas leur destin entre leurs pieds.

0
0