Getty Images

"C'est la victoire de tout un pays"

"C'est la victoire de tout un pays"

Le 20/07/2019 à 00:10Mis à jour Le 20/07/2019 à 09:51

CAN 2019 - Sacrée vendredi au Caire après sa victoire face au Sénégal (1-0), l’Algérie a mis fin à près de trente ans de disette. Un titre qui revêt une dimension politique réelle dans un contexte troublé et où le foot aura eu une place à part ces derniers jours.

Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. Celle de la victoire. Celle qui marque une génération. Et celle qui apaise un pays. Oui, le football peut jouer ce rôle-là. Ce n’est pas une Algérie traversée par les heurts sociaux et par une contestation XXL au niveau politique qui dira le contraire.

Ce vendredi, au Caire, à Alger et partout où la diaspora algérienne s’est implantée, c’est une irruption de joie qui a éclaté. A la hauteur du manque vécu par ce pays pendant tant d’années. Au terme d’une finale hachée, ennuyeuse mais ô combien importante, les Fennecs ont réussi à remporter un deuxième titre continental. Vingt-neuf ans après le premier - et seul - sacre de 1990.

" Une fois au pays, on va réaliser"

Vidéo - CAN 2019 - Les fans algériens font la fête sur les Champs-Élysées à Paris

01:45

"C'est incroyable, c'est la victoire de tout un pays, on est très heureux, a ainsi détaillé l’ange gardien Raïs M'Bolhi, auteur de quelques parades décisives dans cette finale. On leur devait ça (aux gens en Algérie, NDLR), on s'est battus comme des hommes."

Des hommes qui n’étaient même pas encore des enfants en 1990 au moment du dernier sacre algérien. Riyad Mahrez, le capitaine, n'était pas même pas né. Difficile dans ce contexte de comprendre l’engouement autour de cette DZ Team, si souvent placée mais jamais gagnante.

Vidéo - CAN 2019 - Belmadi (Algérie) : "Se porter sur le toit de l'Afrique, c'est extraordinaire !"

01:58

Mais si cette victoire revêt une autre dimension, c’est aussi qu’elle incarne cette jeune Algérie qui s’est mobilisée contre ses dirigeants vieillissants, en plein "hirak". Tout un symbole. M’Bohli, entre les lignes, ne disait pas autre chose.

"J'ai envie de penser à tous ceux qui sont en Algérie, c'est pour eux. C'est un peu dur de réaliser, une fois rentrés au pays, on va réaliser", expliquait ainsi le gardien algérien. Il y a des chances, oui. Car l’ivresse d’une victoire, cela reste gravé à jamais.

Les Algériens célèbrent leur titre en finale de la CAN

Les Algériens célèbrent leur titre en finale de la CANGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0