Marseille a souffert, mais Marseille reste invaincu en 2012. Et l'essentiel est acquis : les Olympiens poursuivent leur route en Coupe de France. Mais les Phocéens ont eu recours à la prolongation pour se défaire de valeureux Havrais. Des minutes supplémentaires qui finiront pas compter pour une équipe engagée sur tous les fronts. Comme quoi, rien n'est jamais acquis, même pour une grosse cylindrée de Ligue 1 face à une équipe de milieu de tableau de Ligue 2.

Cueilli à froid après cinq minutes de jeu et un but en contre de Mendes (0-1), l'OM a traîné comme un boulet pendant près d'une heure sa mauvaise entame de match. Pourtant, le ballon a passé le plus clair de son temps dans les pieds marseillais. Mais, malgré les envies de Valbuena et Amalfitano, les Olympiens ont peiné à s'approcher du but adverse. Et quand ils y parvenaient, c'est le portier adverse Johny Placide qui s'interposait. Face à son ancien club, Steve Mandanda n'a également pas démérité, vigilant sur les accélérations en contre des deux fusées normandes, Alo'o Efoulou et Mendes. Certes le gardien des Bleus a été nettement moins sollicité que son homologue havrais, mais pris en défaut sur le premier but encaissé en 2012 par l'OM, il a dû attendre la 52e minute pour avoir à s'employer sur un tir de l'incontournable Mendes.

Coupe de France
Lyon aura fort à faire
22/01/2012 À 17:19

Lucho et Mbia blessés

Contraint de composer avec les absents de la CAN (les frères Ayew, Kaboré et Diawara) et Cheyrou blessé, Didier Deschamps avait remanié son équipe: Brandao titularisé en attaque avec Rémy, la charnière centrale confiée au tandem Mbia-Fanni. La seconde n'a pas été exempte de tout reproche. Le premier a signé son retour par un but de la tête qui a réveillé les siens (1-1, 64e). Très remuant, le Brésilien a beaucoup tenté avec plus ou moins de réussite. Mais on ne pourra lui reprocher son envie de bien faire. Amalfitano a, lui, continué sur sa lancée. L'ancien Lorientais a été dans tous les bons coups, distribuant le jeu à la perfection. Un travail de sape récompensé d'un coup de canon qui propulsait définitivement l'OM en 8e de finale, lors de la prolongation (2-1, 104e).

Loin de jouer les victimes consentantes, Le Havre gardera sans doute un goût amer de ce déplacement au Vélodrome. Les hommes de Cédric Daury ont eu l'occasion de faire la différence. La plus sérieuse ayant fui au bout du pied d'Alexandre Bonnet dans les dernières minutes du temps réglementaire. L'attaquant du HAC a raté l'immanquable face au but vide (85e). En prolongation, le Havre accusait le coup physiquement et devait laisser ses rêves s'envoler, même si Novilo obligeait Mandanda à un ultime arrêt (120+1). Rémy se chargeait d'alourdir le score dans les arrêts de jeu dans un but déserté par Placide (3-1, 120+1). Si l'OM peut se ravir de cette qualification à l'arraché et d'un prochain match normalement plus aisé sur le terrain de Bourg-Péronnas (CFA), Didier Deschamps s'est peut-être donné des mots de tête supplémentaires avec les sorties sur blessure de Lucho et Mbia.

Coupe de France
Lyon à l'économie
22/01/2012 À 16:51
Coupe de France
Finale féminine : Lyon aussi
13/05/2012 À 16:59