"On était très contents du tirage, on savait qu’on avait une grande chance de tomber contre une équipe professionnelle, on fait ces efforts pour ça de toute façon". Les mots d’Eric Rech, l’entraîneur d’Aubagne (N2) qui affronte Toulouse (L2) ce vendredi à 21h, illustrent toute la motivation des clubs amateurs avant d’entrer dans le tableau final de la Coupe de France, parfois face à des adversaires largement favoris. Dans une édition si particulière, les “petits” entendent perturber la hiérarchie et jouer leur carte le plus longtemps possible.
Car malgré la coupure de plusieurs mois, les amateurs affichent une grande confiance quant à leur niveau athlétique. "Physiquement, on est moins inquiet qu’il y a cinq semaines, on a bien rattrapé notre retard et le rythme des matches successifs aide les joueurs à se sentir mieux" nous dit ainsi Roland Vieira, entraîneur du Puy Foot (N2) opposé à Lorient (L1) ce samedi. Même constat pour Eric Rech, qui ne pense pas avoir un déficit à ce niveau-là comparé à un effectif qui s’entraîne régulièrement depuis le début de la saison : "On s’est bien entraîné, on a enchaîné les tours de Coupe. Sur le plan purement physique, on peut rivaliser sans problème avec une équipe professionnelle."
Coupe de France
Le programme et les affiches des 1/4 de finale de la Coupe de France, à suivre sur Eurosport
HIER À 13:52

La joie des joueurs de l'Aubagne FC et de leur entraîneur Eric Rech (à gauche) après leur qualification en 16e de finale de la Coupe de France (Copyright Aubagne FC)

Crédit: Other Agency

L’absence de prolongation, "un avantage" pour les amateurs

Et même si le physique venait à faiblir dans les derniers instants, les amateurs peuvent s’appuyer sur des aménagements du règlement de cette Coupe de France 2021. "L’écart pourrait se rééquilibrer avec une donnée qui va dans notre sens : la disparition de la prolongation", nous explique Stéphane Saurat, entraîneur de l’Olympique Alès en Cévennes (N3) qui jouera Montpellier (L1) samedi. "Désormais, on n'a plus que 90 minutes à tenir. Avant, les prolongations étaient souvent fatales aux amateurs qui explosaient. Cette année, ce sera tirs au but directement. C’est un avantage pour nous."

La joie des joueurs d'Alès après leur but face à l'AS Fabrègues en 32e de finale (copyright Olympique Alès en Cévennes)

Crédit: Other Agency

Une situation avantageuse qui n’était pourtant pas au programme des tours antérieurs. "La prolongation, c’est vrai que c’était un inconvénient pour les équipes plus faibles, dont on s’est servi dans les tours précédents (contre des adversaires de divisions inférieures, ndlr) pour justement fatiguer nos adversaires dans les 30 minutes supplémentaires", révèle Roland Vieira. "Maintenant que la situation est inversée, on se réjouit de l’absence de prolongation c’est sûr."

Une qualification, ou la fin de saison ?

Mais pour les clubs amateurs, une nouvelle donnée est également à prendre en compte depuis quelques jours : celle de la possible fin de championnat. Alors que le président de la FFF Noël Le Graët s’est montré pessimiste quant au retour du football amateur, le 16e de finale de Coupe de France pourrait bien être le dernier match de la saison de ces clubs. Pour Stéphane Saurat et sa formation d’Alès, "c’est venu se rajouter à cet esprit de Coupe qu'on a chaque année, ça rajoute un défi."
Du côté d’Aubagne, Eric Rech voit plutôt en ce possible arrêt du championnat une pression supplémentaire : "Si on perd alors qu’il y avait une possibilité, on aura encore plus de regrets que d’habitude, parce que la saison sera finie, on n’aura pas de match derrière pour rebondir". Un constat légèrement différent de celui du Puy-en-Velay, où cette volonté de ne pas avoir de regrets se traduira par un désir de jeu chez les hommes de Roland Vieira : "Ce qui est sûr c’est qu’on ne jouera pas le match nul. Quitte à ce que ce soit le dernier match de la saison, je refuse que mon équipe vienne ‘mettre le bus’ devant les cages pour espérer une séance de tirs au but. On va avant tout tenter de prendre le rythme du match, et avoir le moins de regrets possibles, surtout si c’est le dernier de la saison."

Alexy Bosetti et Roland Vieira sont prêts à réaliser un exploit contre Lorient (Copyright Le Puy Foot 43)

Crédit: Other Agency

Car ce qui compte pour ces amateurs, c’est avant tout de jouer au football. La promesse d’un beau spectacle à domicile réjouit les entraîneurs comme les joueurs de ces clubs de divisions inférieures, eux qui savent plus que quiconque que leur histoire peut se créer sur 90 minutes. Et qui, comme Eric Rech avec Aubagne, souhaitent par-dessus tout prolonger leur saison par une qualification inattendue : "On parle souvent de la ‘magie’ de la Coupe, mais on n’y est pas encore entré dans la magie. Pour y arriver c’est simple : il faut réaliser un exploit."
Propos recueillis par Louis GILLES et Martin MOSNIER
Coupe de France
L'OL affrontera Monaco en quart de finale, le PSG opposé à Angers
09/04/2021 À 19:11
Coupe de France
Des boulettes, une lucarne et les tirs au but : le résumé du succès de l'OL en vidéo
08/04/2021 À 20:30