L'AS Monaco s'était préparée au mieux mais est passée à côté de sa finale de Coupe de France. Fébrile face à l'enjeu, elle a craqué en défense, puis s'est montréee incapable de réagir à cause d'une curieuse impuissance offensive. Le club de la Principauté s'est incliné sans jamais inquiéter le PSG (2-0) et pourra nourrir de réels regrets. "On est bien sûr déçu de cette finale, a pesté Kevin Volland à l'issue de ce match loupé. On n'a pas joué à 100 % de notre potentiel, mais c'est toujours difficile face à un adversaire de ce niveau. On les a peut-être trop respectés".
Auteur d'une perte de balle fatale dans sa surface devant Kylian Mbappé, Axel Disasi a permis à Mauro Icardi d'ouvrir le score et au PSG de protéger sereinement son avantage. "Les erreurs, cela arrive dans le foot, c'est un jeune et très bon joueur, il va apprendre de ce match, assure Volland, qui n'en veut pas à son coéquipier de 23 ans. Nous sommes tous déçus mais nous sommes une équipe, nous ne pointons personne du doigt, nous gagnons ensemble, nous perdons ensemble."

Une énorme boulette de Disasi et Mbappé offre l'ouverture du score à Icardi

Coupe de France
L'antisèche : Ce trophée sauve-t-il la saison du PSG ?
19/05/2021 À 22:56
Nous avons montré trop de respect
Le coach monégasque Niko Kovac refuse aussi de mettre la faute sur ses joueurs. Il a cependant tout de même bien noté leur mauvaise entame et leur fébrilité dans l'approche de cette finale. "Les 20 premières minutes, nous avions un peu peur, c'était la première finale pour beaucoup de nos joueurs, ceux du PSG ont joué beaucoup de finales, a fait remarquer l'entraîneur croate, qui peut tout de même se réjouir d'avoir mené Monaco à une finale dès sa première saison sur le banc, mais garde logiquement un petit goût d'inachevé. Nous avons montré trop de respect. Mais c'est un processus d'apprentissage, nous serons plus forts après ce match."
Déjà battu avec Francfort pour sa première finale de Coupe d'Allemagne en 2017, Niko Kovac a pourtant tout fait pour éviter de connaître la même déception sur la scène française. Il a utilisé toutes ses armes offensives, mais Wissam Ben Yedder, titulaire en pointe, a déçu. Krépin Diatta, Stevan Jovetic, Gelson Martins et Cesc Fabregas, tous entrés en jeu en seconde période n'ont pas pu renverser la situation car Monaco n'a cadré qu'un seul de ses douze tirs. "La différence ce soir, c'est Mbappé, a lancé le technicien monégasque en rappelant le rôle encore capital de l'attaquant parisien, auteur d'une passe décisive et d'un but. Il fait partie des meilleurs joueurs du monde, peut-être le meilleur en ce moment. Tous les clubs se battent pour l'avoir. Nous on l'a eu, on ne l'a plus."

Boulette, tour de magie et Mbappé supersonique : Le résumé du succès parisien

Coupe de France
Les titres, son avenir... et le retour de Benzema : Mbappé heureux mais pas rassasié
19/05/2021 À 21:56
Coupe de France
Le PSG reprend une Coupe
19/05/2021 À 21:10